Non, des oranges sanguines ne transmettent pas le VIH

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Depuis des années et sur tous les continents, une rumeur affirme que les oranges sanguines importées de Libye contiendraient le VIH. Pour autant, le virus du sida ne peut se transmettre de cette manière.

“Attention aux oranges importées ! La saisie des douanes algériennes d’une grande quantité d’oranges venant de Libye. Ces oranges seraient remplies de gouttes de sang infecté du VIH. Publiez largement ce message en raison de la gravité de la situation”. Posté le 1er juillet 2015 par un internaute burkinabè, ce message, qui refait surface en Afrique de l’Ouest, a été partagé plus de 138.000 fois en l’espace de quatre ans.

(Capture d'écran Facebook du 23 mai)

L’on retrouve des rumeurs similaires en espagnol et en anglais.

Contacté par l’AFP, le docteur Papa Diallo, responsable du Conseil National de lutte contre le sida au Sénégal, confirme que cette rumeur est fantaisiste. “Le virus est tellement sensible qu’il ne résisterait pas dans ces conditions. En dehors de l’organisme, il ne peut pas vivre plus d’une minute”, expose le docteur Diallo.

“On a jamais entendu parler d’une personne contaminée par un fruit. Le VIH n’est même pas transmissible par les moustiques - alors par un fruit, c’est impossible”.

Les experts en santé végétale contactés par l'AFP, ont expliqué que la couleur de ces oranges pouvait être liée à des bactéries ou champignons, ou encore au fait que les oranges visibles sur ces photos soient des oranges sanguines.

La fausse rumeur des bananes contaminées par le VIH

D’autres publications extrêmement virales prétendent démontrer que le virus du sida est présent dans les bananes. “Ces derniers jours, plusieurs médias à travers le monde ont annoncé que l’Organisation mondiale de la Santé s’alarmait d’avoir trouvé près de 1 million de bananes dans lesquelles avait été injecté le Sida”, affirmait ainsi en octobre 2016 le site Africa24.info.

(Capture d'écran Facebook du 23 mai)

En novembre 2015, le Washington Post a démenti une publication virale aux Etats-Unis, affirmant qu’une personne injectait du sang contaminé par le VIH dans des bananes, et qu’un hôpital au Nebraska détenait les preuves de cette affirmation.

La même année, une autre version de cette rumeur a vu le jour - en affirmant, cette fois, que des bananes vendues dans un magasin Walmart en Oklahoma avaient été testées positives au VIH. Le texte affirmait qu’un enfant était décédé après avoir mangé l’un de ces fruits, et que huit autres avaient contracté le virus. Cette histoire a été démentie par plusieurs sites américains de fact-checking, et par d’autres spécialistes du VIH.

D’où vient la coloration rouge des bananes ?

Certaines bactéries peuvent donner aux bananes la coloration rouge présentée comme étant “le virus du sida” par des publications mensongères. Le mokillo, bactérie présente notamment en Amérique du Nord, peut donner une coloration rouge aux bananes. Il en va de même pour le Nigrospora, maladie fongique qui colore de rouge le centre des bananes. Selon l’agence canadienne d’inspection des aliments, ces deux maladies sont sans conséquences pour la santé humaine.

Comment peut se transmettre le virus du sida ?

Selon l’OMS, le VIH peut se transmettre par “l’échange de divers liquides corporels provenant de personnes infectées tels que: sang, lait maternel, sperme et sécrétions vaginales”.

Toujours selon cette institution, il est impossible d’être infecté par “les contacts de la vie courante” : baisers, étreintes, poignées de mains, partage d’objets personnels, ingestion d’eau ou de nourriture.

Pour conclure,  le virus du sida ne peut se transmettre par le biais de fruits dans lesquels on aurait hypothétiquement injecté du sang, étant donné qu’il ne survit pas en dehors du corps humain.

La coloration rouge visible à l’intérieur de certains fruits est, quant à elle, causée par des bactéries et des champignons.

Traduit et adapté de l'espagnol par Anne-Sophie Faivre Le Cadre
Anne-Sophie Faivre Le Cadre