Non, ces photos de lions décharnés n'ont pas été prises en RDC

Des photos partagées plus de 1 000 fois sur Facebook accompagnent des publications qui prétendent montrer des lions décharnés dans le jardin botanique de Kisantu, en République démocratique du Congo. Ces images proviennent en réalité du parc d'Al-Qureshi au Soudan.  

“J'ai fait aujourd'hui une décente au jardin zoologique de Kisantu, voici l'État auquel j'ai trouvé ces lions, ça crains [sic]”, affirme l’auteur de la publication partagée depuis le mercredi 21 janvier. 

Capture d'écran Facebook datée du 27 janvier 2020 (Capture d'écran Facebook datée du 27 janvier 2020)

Dans les commentaires, de nombreux internautes sont consternés par l’état de santé des lions et interpellent le gouvernement.

Capture d'écran Facebook prise le 27 janvier 2020
Capture d'écran Facebook prise le 27 janvier 2020

D’autres commentaires mettent en doute les affirmations de l’auteur en soulignant le fait qu’il n’existe pas de jardin zoologique à Kisantu, ville située à 130 km à l’ouest de Kinshasa. En revanche, il existe dans cette ville un jardin botanique. 

Capture d'écran Facebook prise le 27 janvier 2020

D’où proviennent ces images ? 

Contacté par l'AFP, Jérémy Ngumbi, responsable informatique de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), l’organisme qui gère le jardin botanique de Kisantu, répond : « Non, il n’y a pas de lion à Kisantu. L’image que vous avez vue sur Facebook c’est Khartoum, ce n’est pas la RDC ».

En effet, une recherche d’image inversée permet de remonter la piste de ces photos jusqu’à Khartoum, au Soudan. 

On retrouve ces images dans des publications Facebook datant du 18 janvier d’Osman Salih, un ingénieur et informaticien à Khartoum. Ses messages, en arabe et en anglais, alertent sur l’état de santé des lions du zoo de sa ville.

Capture d'écran de la publication Facebook d'Osman Salih

Contacté par l'AFP, Osman Salih affirme qu’il est l’auteur de ces photos : “Je les ai prises à Khartoum le 18 janvier, au parc d'Al-Qureshi”. 

De nombreux articles (comme ici ou ici), dont une dépêche de l’AFP datée du 19 janvier, font état de la situation des animaux du zoo du parc d'Al-Qureshi de Khartoum. Certains médias reprennent les images d’Osman Salih, tandis que d’autres ont envoyés des photographes sur place. C’est le cas de l’AFP : notre photographe Ashraf Shazly a pris plusieurs photos des lions dans leurs cages (voir la gallerie ci-dessous). 

On retrouve les mêmes détails dans des photos et vidéos publiées par Osman Salih sur Facebook et dans les clichés pris par notre photographe, montrant qu’il s’agit bel et bien du même lieu. 

Ci-dessous, à gauche : une photo prise par photographe de l'AFP. À droite: une capture écran d'une vidéo partagée sur Facebook par Osman Salih.

Ci-dessous, à gauche: une photo publiée sur Facebook par Osman Sali. À droite: une photo prise par le photographe de l'AFP ( à droite). 


Quel avenir pour ces lions ? 

Dans une interview réalisée par nos confrères des Observateurs de France 24, Salih explique que l’un des cinq lions est mort la semaine dernière, mais que la viralité de ses publications Facebook a permis de lever des fonds pour les approvisionner en nourriture. 

Jeudi dernier, un correspondant de l’AFP a constaté que des vétérinaires ont prodigué des soins aux quatre lions restants alors que des bénévoles nettoyaient leurs cages.

Cette semaine, l’agence Associated Press a rapporté qu’une organisation internationale de sauvegarde des animaux basée à Vienne, Four Paws, a envoyé des vétérinaires à Khartoum pour soigner les lions. 

Ange Kasongo