(AFP / Dale De La Rey)

Non, ce "calcul" ne montre pas que les votes blancs et nuls ont été comptés pour Macron en 2017

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Alors que la présidentielle 2022 prend doucement de la place dans l'espace médiatique, des publications Facebook datant de 2017, et déjà partagées plus de 10.000 fois ressurgissent. Elles dénoncent une "tricherie" lors du dernier scrutin présidentiel, affirmant que les "votes blancs, nuls et les abstentions" ont tous été comptabilisés en faveur d'Emmanuel Macron. Mais ce "calcul" n'a pas de sens car les scores des deux candidats sont exprimés en fonctions des votes exprimés : les votes blancs et nuls sont donc exclus du calcul, ce qui ne manque pas de susciter des débats. 

"Tricherie des suffrages aux éléections présidentielles de la France 2017 (...) tous les votes blancs, nuls, ainsi que les abstentions ont été comptabilisés en faveur d'Emmanuel Macron", prétend l'auteur de ce visuel. 

Capture d'écran Facebook, prise le 27 avril 2021

Pour soutenir sa théorie, il considère que puisqu'Emmanuel Macron a été déclaré vainqueur l'élection, les abstentions (12.101.366), les votes blancs (3.021.499) et les votes nuls (1.064.225), ont tous été comptabilisés en sa faveur. 

Capture d'écran du site du ministère de l'Intérieur en France, prise le 27/04/2021

Pris individuellement, les différents pourcentages qu'il utilise sont d'ailleurs exacts, à peu de choses près.

Problème, il choisit d'additionner le pourcentage d'abstention (un peu plus de 25 %) qui est exprimé en fonction des inscrits, et les votes blancs et nuls (8,52 % et 3 %), mais qui sont cette fois pris en fonction des votants, pour arriver à 37,29%, ce qui n'a pas de sens. Si l'on additionne les abstentions, les votes blancs et les votes nuls, on arrive plutôt à 34% du total des inscrits sur les listes électorales. 

Capture d'écran du site du ministère de l'Intérieur en France, prise le 27/04/2021

Et même en considérant cela, l'auteur ne fait que décrire le principe, décrié par certains, du scrutin présidentiel en France.

Plusieurs candidats  et membres de la société réclament, et ce depuis plusieurs années déjà, la reconnaissance a minima du vote blanc. Mais en l'état actuel des choses, les résultats des candidats sont exprimés en pourcentage des bulletins ayant exprimé un choix entre les candidats. 

Pour faire simple, en 2017, 31.381.603 personnes ont choisi soit un bulletin "Emmanuel Macron" ou "Marine Le Pen", et parmi eux, 20.743.128 ont voté pour Emmanuel Macron, soit 66,10 %, et 10.638.475 pour Marine Le Pen (33,90 %). 

Plusieurs voix en faveur du vote blanc en France font valoir que les résultats des candidats ne réprésentent ici par exemple que 43,61 % des inscrits (pour Emmanuel Macron), et 22,36% des inscrits (pour Marine Le Pen). Et que les 34% d'inscrits restants, et notamment ceux qui ont voté blanc, représentent une part trop importante pour ne pas être comptabilisée. 

Mais quoi que l'on en pense, ces 34% restants ont choisi de ne pas voter du tout, de voter blanc, ou ont vu leur bulletin invalidé. Il n'y aurait aucune logique à soustraire leur voix à un candidat pour obtenir un résultat "correct", comme le prétend le visuel en soustrayant ces voix à celles obtenues par Emmanuel Macron, mais en n'en retirant aucune à son adversaire Marine Le Pen. 

Déjà réclamé par plusieurs politiques, le vote blanc avait fait l'objet d'un large plébiscite parmi les personnes ayant répondu aux consultations du Grand débat, au printemps 2019. 

Emmanuel Macron avait cependant écarté l'idée de lui accorder "une reconnaissance particulière".