Les photos trompeuses des incendies en Amazonie

Sous le mot-dièse #PrayForAmazonas, première tendance mondiale sur Twitter mercredi 21 août, des dizaines de milliers d'internautes ont alerté sur les incendies en Amazonie. Mais de nombreuses publications virales s'appuient sur des images anciennes ou prises dans d'autres lieux.

Les feux de forêt au Brésil ont augmenté de 83% depuis le début 2019, par rapport à l'année précédente, notamment en Amazonie en raison de la déforestation et de la sécheresse, peut-on lire dans une dépêche de l'AFP publiée mardi.

Entre janvier et août, 72.843 départs de feu ont été enregistrés dans le pays, contre 39.759 sur la même période en 2018, selon des chiffres de l'Institut national de recherche spatiale (INPE) qui observe notamment l'évolution de la forêt au Brésil.

Sur Facebook et Twitter, de nombreux internautes se sont indignés mercredi en postant des photos et vidéos montrant des pans entiers de forêt dévorés par des rideaux de flammes. Il n'était pas possible d'évaluer mercredi l'ampleur des superficies affectées par des feux de forêt en Amazonie.

Avec l'outil Invid*, l'AFP a vérifié la provenance des images virales. Plusieurs d'entre elles se sont révélées anciennes, montrant par exemple des feux en Amazonie remontant à 1989, ou concernant d'autres Etats brésiliens, ou même pays, tels l'Inde ou les Etats-Unis.

1- Incendies ravageurs

(Capture d'écran facebook du 21 août 2019)

Une photo sur laquelle on voit une forêt presque entièrement carbonisée avec en son milieu un arbre solitaire a bien été prise en Amazonie. 

Mais elle a été prise le 4 août 2017 par un photographe de l'agence Reuters, Bruno Kelly, pendant l'"Opération vague verte", un incendie contrôlé de l'Institut brésilien de l'environnement et des ressources naturelles renouvelables, l'Ibama.

Une autre image montre une vaste forêt et de grandes colonnes de fumée. Cette fois encore, la photographie est ancienne et date de 1989. L'acteur Jaden Smith, le fils de Will Smith, par exemple, l'a partagée mercredi sur son compte Instagram, où elle a récolté plus de 1,2 million de "likes".

L'image, également relayée dans un tweet par le joueur de Tennis Novak Djokovic, mais aussi par les pompiers des Bouches-du-Rhône, a été prise par un photographe de Sipa Press et publiée par The Guardian en 2007 dans un supplément sur la déforestation en Amazonie.

(Capture d'écran Instagram du 21 août 2019)

En France, ces photos ont notamment été utilisées dans le tweet de quatre images ci-dessous, relayé 7.400 fois en quelques heures, pour dénoncer le "silence médiatique" autour de "la forêt amazonienne qui brûle depuis 16 jours".

En bas à droite du tweet, une autre image, largement partagée, a été prise en Amazonie en août 2008 par Greenpeace. Ce feu de nuit s'est déclaré dans la municipalité de Sao Felix Do Xingu, dans l'état du Para

(Capture d'écran twitter du 22 août 2019)

Le tweet ci-dessous, partagé quant à lui 4.800 fois en 48 heures, utilise deux autres clichés décontextualisés.

(Capture d'écran twitter du 22 août 2019)

La photo en haut à droite, où les flammes dévorent des arbres a été réalisée en Amazonie... mais le 22 novembre 2014. L'image a été prise dans l'Etat brésilien de Maranhao (nord-est) par le photographe Mario Tama, de l'agence Getty Images.

Celle d'en bas à droite, partagée des milliers de fois en français et en espagnol, a été prise en Amazonie par Loren McIntyre, un photographe américain connu pour son travail pour National Geographic. McIntyre est mort en mai 2003 à l'âge de 86 ans : le cliché a au moins 16 ans.

Le compte twitter d'Emmanuel Macron a partagé cette photo dans un tweet, le 22 août 2019 à 21h14.

(Capture d'écran twitter du 22 août 2019)

2- Animaux calcinés

(Capture d'écran twitter du 21 août 2019)

L'image d'un singe enlaçant un bébé, apparemment mort, a été l'une des plus virales. Mais elle a été prise par le photographe indien Avinash Lodhi à Jabalpur, dans le centre du pays. 

La photo d'un lapin calciné figure dans diverses publications mais lui non plus n'a pas été victime des feux de forêt en Amazonie. Il a été photographié alors qu'il fuyait les flammes à Woolsey, en Californie, en novembre 2018.

(Capture d'écran twitter du 22 août 2019)

3 - Une vidéo virale

Une vidéo supposée montrer l'ampleur des feux est également devenue virale. "Une indienne pleurant devant les incendies qui touchent actuellement l’Amazonie  'Regardez ce qu'ils ont fait avec notre forêt (...) Demain on va fermer les routes pour protester et nous voulons que les journalistes nous défendent' ", explique un internaute, dans un tweet partagé près de 5.000 fois depuis le 21 août.

Sur Facebook, cette vidéo a été partagée près de 28.000 fois dans une publication en français qui date du jeudi 22 août, et elle également été relayée en espagnol.

(capture d'écran twitter du 26 août 2019)

Ces images circulent au moins depuis le 6 juillet 2019 et n'ont pas été tournées en Amazonie. La scène s’est produite lors d’un incendie dans le village de Nao Xoha, dans l’État de Minas Gerais (sud-est), loin de la forêt amazonienne.

La femme dans la vidéo était l'épouse du chef de cette communauté. qui avait été touchée par la rupture du barrage de Brumadinho, le 25 janvier 2019. Un journaliste de l'AFP l'avait prise en photo lors d'un reportage à cette occasion.

4- La pluie

Depuis le 22 août, de nombreuses publications en français, en anglais et en espagnol (123456,7,8,9,10...), affirment qu'il a commencé à pleuvoir en Amazonie. Mais comme pour les photos des incendies, les images qui accompagnent ces publications sont decontextualisées.

Le retweet ci-dessous, d'une publication en anglais, a récolté 8.200 partages depuis le 23 août. Le tweet d'origine a quant à lui été partagé 35.000 fois depuis le 22 août.

(capture d'écran twitter du 26 août 2019)

L'image en haut à droite a été photographiée en Amazonie entre 2003 et 2004 par Margi Moss. On l'a retrouve dans son livre "Brasil de las aguas: revelando el azul del verde y el amarillo", dans lequel elle raconte un périple de 12.000 km effectué avec son mari, l'ingénieur Gerard Moss, pour collecter des échantillons de vapeur d'eau.

Celle de gauche est une capture d'écran d'une vidéo Youtube qui date de 2013, de l'opérateur touristique Witoto Tour, basé en Equateur. La vidéo a été filmée dans le parc national Yasuni, situé dans le bassin amazonien.

Doris Grefa, employée de Witoto Tour, a expliqué à l'AFP que la vidéo avait été filmée par son frère Freddy "avec son téléphone portable".

A quoi ressemble l'Amazonie en 2019 ?

Les photos satellites, utilisées dans plusieurs publications pour alerter sur la situation (1,2,3...), n'ont pas été décontextualisées.

Elles ont été prises par la Nasa, les 11 et 13 août 2019 et reflètent la situation dans les états de Rondonia, Amazonas, Pará et Mato Grosso.

(Image satellites de la Nasa, prises les 11 et 13 août 2019)

"Au 16 août 2019, les observations satellites ont indiqué que l'activité totale des feux dans le bassin amazonien était légèrement inférieure à la moyenne par rapport aux 15 dernières années. L'activité des feux a été au dessus de la moyenne dans l'Amazonas (...) mais en dessous au Mato Grosso et à Pará, selon la base de données Global Fire Emissions", précise le site de la Nasa.

Interrogé par l'AFP, Paulo Moutinho, chercheur à l'Institut de recherche environnementale sur l'Amazonie (IPAM), explique que "la déforestation explique la majorité des incendies".

"Les incendies ont toujours eu une origine humaine, le feu est utilisé pour nettoyer des zones déjà déforestées, pour ouvrir des pistes ou pour préparer des terres à la culture. Le manque de prévention fait que ces incendies se propagent à des zones plus sèches qui n'étaient pas destinées à être brûlées", a-t-il détaillé.

"La zone du bassin amazonien (au Brésil et dans d'autres pays) qui a été déforestée est équivalente à la surface du territoire français. Cela représente environ 20%. Il en reste encore 80%", a-t-il estimé . 

Le 7 août 2019, l'Institut national de recherche spatiale (INPE) brésilien, l'organisme public chargé de mesurer la déforestation en Amazonie, a fait état de 2.254 kilomètres carrés de zones déforestées dans le pays le mois passé, contre 596,6 kilomètres carrés en juillet 2018, soit une augmentation de 278% sur un an.

*Outil développé notamment par l'AFP et permettant, entre autres, d'effectuer des recherches 
inversées à partir de vidéos.

Edit 1  -Le 22 août 2019 à 18h35 - Correction au 3e paragraphe. 
Merci de bien lire "Entre janvier et août, 72.843 départs de feu ont été enregistrés dans le pays, 
contre 39.759 sur la même période en 2018, selon l'INPE" 
et non "sur la totalité de l'année 2018" comme écrit précédemment par erreur

Edit 2 - Le 22 août 2019 à 23h55 - Ajout au 14e paragraphe : 
lien et précisions photo McIntyre et tweet d'Emmanuel Macron

Edit 3 - Le 26 août 2019 à 12h30 - ajout vérification d'une vidéo et des photos de pluies