Emmanuel Macron et le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, le 10 avril 2018 à l'Elysée (AFP / Ludovic Marin)

L'Arabie saoudite "pas un grand client de la France" ? C'est le deuxième en matière d'armement

Le président français Emmanuel Macron a affirmé que l'Arabie saoudite n'était pas "un grand client aujourd'hui de la France dans quelque domaine que ce soit". Ryad a été pourtant le deuxième acheteur d'armements français entre 2008 et 2017, selon un rapport parlementaire, même s'il n'est que quatrième pays en termes de commandes pour la seule année 2017.

"Il est faux de dire que l'Arabie saoudite est un grand client aujourd'hui de la France dans quelque domaine que ce soit, ce n'est pas le cas", a affirmé le chef de l'Etat dans un entretien à France 24 vendredi, où il était notamment interrogé sur les ventes d'armes à Ryad.

"Nous avons avec l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis un partenariat de confiance dans la région qui est important, qui n'est pas commercial, qui est stratégique (...) parce que nous partageons des intérêts communs dans la région, parce que la stabilité de la région nous importe, parce que la lutte contre le terrorisme se fait aussi avec ces Etats", a-t-il poursuivi.

D'après le rapport au Parlement 2018 sur les exportations d’armement, publié en juillet, l'Arabie Saoudite a pourtant été entre 2008 et 2017 le deuxième client de la France en matière d'armements avec près de 12 milliards d'euros de contrats, derrière l'Inde mais loin devant le Qatar, l'Egype, le Brésil ou les Emirats arabes unis.

Les principaux clients de la France sur la période 2008 -2017 (en M€) (Rapport au Parlement 2018 sur les exportations d’armement)

On observe dans les annexes de ce rapport, p93, que les livraisons d'armement, stables entre 2008 et 2013, ont depuis augmenté pour atteindre en 2017 1,38 milliard d'euros d'armement livrés à Ryad, sur un total de 6,7 milliards, faisant de l'Arabie Saoudite le deuxième plus gros client de la France dans ce secteur l'an dernier après l'Egypte.

Les commandes ont connu un pic en 2014 à plus de 3,5 milliards d'euros avant de retrouver entre 2015 et 2017 un niveau oscillant sous le milliard d'euros.  

Toujours selon ce rapport, sur 6,9 milliards d'euros de commandes mondiales à la France en 2017, l'Arabie saoudite s'est placée en 4e position (626 millions d'euros), derrière le Koweït (1,1 md EUR) suivi du Qatar (1,08 md EUR) etdes Émirats (701 millions).

Hors secteur militaire, les exportations commerciales en 2017 vers l'Arabie saoudite ont atteint 4,51 milliards d'euros, soit une hausse de 8,8% sur un an, selon les chiffres du Trésor. En 2016 (derniers chiffres disponibles), la France était le 8ème fournisseur de l'Arabie saoudite, derrière les Etats-Unis, la Chine ou l’Allemagne.

En prenant en compte l’ensemble des secteurs d’exportation, l'Arabie saoudite n'apparaît toutefois pas parmi les principaux pays vers lesquels la France exporte entre septembre 2017 et août 2018, selon l'Aperçu du commerce extérieur de la France (données de référence : Août 2018)

Guillaume Daudin
Daphné Benoît