François de Rugy, capture d'écran de la Chaîne parlementaire. (LCP)

La baisse du nombre de députés prévue par le gouvernement est “inédite” dans le monde selon François de Rugy ? Pas tout à fait

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.

Aucun autre pays au monde n’a fait “un tel effort de réduction du nombre de députés”, affirme le président de l’Assemblée Nationale François de Rugy, après l’annonce d’un plan de réduction de la taille du Parlement français. Plusieurs autre pays ont pourtant réduit leur nombre de parlementaires et la Hongrie, notamment, a divisé de moitié la taille de son parlement national il y a quatre ans.

Un projet de loi organique prévoit de réduire de 30% le nombre de parlementaires français, faisant passer les députés et sénateurs de 925 à 648. “C’est inédit, vous pouvez vérifier, dans aucun autre pays d’Europe ou du monde on fait un tel effort de réduction du nombre de députés”, a affirmé jeudi 28 juin le président de l’Assemblée Nationale, François de Rugy, au micro de la Chaîne parlementaire (42:00). C’est incorrect.

De nombreux pays ont réduit leur nombre de parlementaires, souvent pour suivre l’évolution de la population ou à l’occasion d’une réforme du système électoral, et certaines réductions ont été plus importantes que celle prévue par la France.

Contactée par l’AFP, l’Union Interparlementaire, qui réunit 178 Parlements à travers le monde, a fourni une liste non-exhaustive de pays ayant récemment réduit la taille de leur organe législatif.

Certains pays qui ont récemment réduit leur nombre de parlementaires

Le nombre de parlementaires est passé de 386 à 199 en 2014 suite à une refonte du système électoral.

Le nombre de parlementaires japonais diminue de façon régulière au rythme des évolutions démographiques. Le nombre de députés est passé de 512 en 1986 à 465 aujourd’hui. L’équivalent japonais du Sénat avait 252 membres avant l’an 2000, il n’en a plus que 242 depuis.

Le nombre de personnes siégeant dans la chambre basse du Parlement est passé de 166 à 158 en 2012.

Les projets avortés

Il faut que le texte soit voté conforme avec le Sénat”, a rappelé la journaliste Brigitte Boucher, face à François de Rugy. Avec raison, car le président du Sénat Gérard Larcher (LR) a sévèrement critiqué la réforme, affirmant être “totalement en désaccord avec Macron sur la baisse de 30% de parlementaires” lors d’une interview accordée au Figaro.

D’autres pays européens ont tenté de faire passer des réductions du nombre de parlementaires, parfois plus ambitieuses que celle prévue par la France. Sans succès.

Le gouvernement de Matteo Renzi a proposé un projet de réforme du Parlement, faisant passer le nombre de parlementaires de 951 à 600. Le projet a été rejeté par referendum en décembre 2016.

Le parlement britannique prévoyait de réduire son nombre de parlementaires, passant de  650 à 600, selon un plan approuvé par le précédent gouvernement. Depuis la montée au pouvoir de l’actuelle Première ministre Theresa May, le plan a été abandonné.