Un complexe soupçonné d'être un camp de rééducation pour Ouïghours, à proximité de la ville de Hotan, dans la province du Xinjiang, le 31 mai 2019 (AFP / Greg Baker)

Internement forcé des Ouïghours en Chine : ce que nous savons

Au nom de la lutte contre le séparatisme et le terrorisme islamiste, le régime chinois a considérablement renforcé les mesures de surveillance au Xinjiang depuis environ deux ans. Les quelque 10 millions de Ouïghours, ethnie musulmane turcophone majoritaire dans cette région du nord-ouest du pays, sont particulièrement visés. Selon des organisations de défense des droits humains, plus d'un million d'entre eux sont internés dans des camps de rééducation.

De nombreux internautes ont interrogé récemment l'AFP Factuel sur le sort réservé aux Ouïghours détenus au Xinjiang. Voici le point de situation réalisé par les journalistes de l'AFP :  

Combien de Ouïghours sont détenus au Xinjiang ?

"Plus d'un million" de personnes, pour la plupart membres de minorités ethniques musulmanes, sont "détenues arbitrairement" dans des camps de rééducation du Xinjiang, selon des estimations citées lors d'une réunion d'un groupe d'experts de l'ONU. 

"La Chine détient par la force plus d'un million de musulmans dans le cadre d'une campagne systématique et brutale pour éradiquer leur religion et leur culture", a déclaré le 9 octobre le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. 

L'AFP n'est pas en mesure de confirmer ce chiffre. 

Que se passe-t-il à l'intérieur de ces camps ?

Des organisations de défense des droits humains et d'anciens détenus affirment que les prisonniers font l'objet d'un endoctrinement politique et religieux voire de violences.

"Les camps d’internement sont avant tout des lieux de sanction et de torture, pas d’apprentissage. Des informations persistantes font état de coups, de privation de nourriture et de détention à l’isolement", a affirmé l'ONG Amnesty International dans un rapport publié en octobre 2018.

Omir Bekali, un homme d'affaires kazakh qui dit avoir passé plusieurs semaines à l'automne 2017 dans l'un de ces camps, à Karamay, a affirmé à l'AFP que ces lieux avaient pour but principal de débarrasser les détenus de leurs convictions religieuses. 

Selon lui, les détenus sont forcés à entonner des chants patriotiques chaque matin ainsi qu'à manger du porc, en violation des principes de l'islam.

Voici son témoignage :

Une enquête menée par l'AFP l'an dernier sur plus de 1.500 documents publics consultables en ligne, a révélé que les camps du Xinjiang -- au nombre de 181 implantés dans la région depuis 2014 -- fonctionnaient davantage comme des prisons que comme des écoles, contrairement à ce que soutient Pékin, qui les qualifient de "centres de formation professionnelle".

Des pistolets à impulsion électrique, des gaz lacrymogènes et des "chaises du tigre" (une sorte de pupitre permettant d'attacher les pieds et les mains des suspects comme dessiné ici, NDLR), figurent parmi les articles commandés par les centres.

L'entrée d'un centre soupçonné d'être un camp de rééducation pour Ouïghours, à proximité de Hotan, dans la province du Xinjiang, le 31 mai 2019 (Greg Baker / AFP)

 

Les centres doivent "enseigner comme des écoles, être gérés comme à l'armée et défendus comme des prisons", résume l'un des documents consultés par l'AFP, citant le chef du Parti communiste chinois (PCC) au Xinjiang, Chen Quanguo.

D'après une directive de fin 2017, les étudiants devront subir régulièrement des tests de chinois et de politique et rédiger des autocritiques.

Ils passeront leur journée "à crier des slogans, chanter des chants révolutionnaires et apprendre par coeur le Classique des trois caractères", un texte d'enseignement confucéen, selon cette directive.

"Un centre de formation est essentiellement un internat, où un hébergement gratuit incluant la nourriture musulmane est offert, et les stagiaires rentrent chez eux régulièrement", a déclaré en mars dernier le président du gouvernement régional, Shohrat Zakir, un Ouïghour, selon des propos rapportés par Chine Nouvelle.

Sur quels motifs les Ouïghours sont-ils internés ?

D'anciens internés disent avoir été détenus pour le port d'une longue barbe, d'un voile ou l'envoi de voeux sur internet lors de fêtes musulmanes. 

Les centres se sont généralisés à partir de 2017, après des directives du gouvernement régional appelant à débusquer les extrémistes. Une liste de 75 signes potentiels d'extrémisme a été diffusée, parmi lesquels arrêter de fumer ou de boire de l'alcool.

Des policiers près de la mosquée Id Kah à Kashgar, dans le Xinjiang, le 25 juin 2017 (Johannes Eisele / AFP)

 

Selon plusieurs médias, dont la BBC, des personnes peuvent être internées au seul motif de posséder les applications Facebook et WhatsApp -- interdites en Chine -- sur leur téléphone.

La surveillance en dehors des camps

Pendant de nombreuses années, des attentats commis par des militants ouïghours ont endeuillé le pays. Pékin, qui dénonce des actions "séparatistes" et "islamistes", y a répondu en imposant une sécurité draconienne au Xinjiang, territoire frontalier notamment avec le Pakistan et l'Afghanistan.

En dehors des camps, les résidents du Xinjiang sont également contrôlés étroitement par une série d'outils de surveillance de haute technologie.

Une application mobile baptisée "Plateforme intégrée d'opérations conjointes" rassemble des informations en provenance de nombreuses sources, notamment de caméras de reconnaissance faciale, de mouchards wifi et de visites à domicile, d'après l'ONG Human Rights Watch.

Les autorités du Xinjiang visent à travers cette application ceux qui effectuent des dons à des mosquées de manière "enthousiaste", se tiennent à l'écart de leur voisinage ou ne possèdent pas de smartphone, selon l'ONG.

Des Ouïghours prient dans une mosquée à Hotan, au Xinjiang, le 16 avril 2015 (Greg Baker / AFP)

 

Le New York Times a par ailleurs révélé en avril que la Chine utilisait un vaste système de reconnaissance faciale pour traquer les Ouïghours dans le pays. Une ville du centre de la Chine aurait ainsi scanné en un mois 500.000 visages pour détecter des Ouïghours, selon le quotidien américain.

Campagne mondiale d'intimidation

La volonté de contrôler la population ouïghoure s'est étendue au-delà des frontières chinoises. Être à l'étranger ou avoir un passeport occidental ne suffit pas à la protéger d'une campagne mondiale d'intimidation, comme l'explique cette dépêche de l'AFP publiée en juillet.

Textos et messages audio inquiétants, menaces explicites contre les proches vivant toujours au Xinjiang, le puissant appareil sécuritaire de l'Etat chinois a le bras long.

Le Ouïghour Shir Muhammad Hasan montre des messages inquiétants reçus sur son téléphone, le 6 juillet 2019 à Melbourne (Australie) (William West / AFP)

 

Interrogée sur ces messages, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré que les témoignages des membres de la diaspora ouïghoure étaient "sans fondement" et le fait de "critiques professionnels" tentant de salir et de calomnier la Chine.

Une enquête de l'AFP publiée en août 2018 a également révélé que des Ouïghours établis en France étaient aussi soumis aux pressions des autorités chinoises.

Des militants ouïghours à Paris, le 8 juillet 2009 (Boris Horvat / AFP )

 

En juillet 2017, les autorités égyptiennes ont aidé des responsables chinois lors d'un coup de filet visant cette ethnie dans le pays, comme l'indique cette dépêche AFP d'août 2019. 

Des Ouïghours présents aux Etats-Unis ont également affirmé à l'AFP qu'ils avaient reçu des menaces.