Non, cette mannequin n'est pas entrée au Guinness des Records pour sa couleur de peau très sombre

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.

La photo d’une femme à la peau très noire circule abondamment sur les réseaux sociaux en Afrique francophone depuis début novembre, mais aussi en France ou en Belgique. D’après des publications cumulant des milliers de partages sur Facebook, il s’agit du mannequin Nyakim Gatwech, qui serait "entrée dans le Guinness Book Of Records, pour avoir le teint le plus sombre du globe terrestre".  C'est faux,  le Guinness Book a démenti toute record lié à la couleur de peau. De plus, la photo qui circule n'est pas celle de Nyakim Gatwech mais d'une autre mannequin.

"Native de Gambela en Éthiopie, la Sud-Soudanaise d’origine, Nyakim Gatwech (27 ans), est finalement entrée dans le Guinness Book Of Records, pour avoir le teint le plus sombre du globe terrestre", affirme un message largement relayé sur Facebook (1,2,3,4…) et Twitter (1 et 2). Les commentaires d’internautes sont élogieux envers la supposée heureuse élue. Associée à cette affirmation, on voit l'image d'une jeune femme noire, au teint très sombre,  accroupie dans un décor de sable. Elle est vêtue d’une robe bleu clair et affiche un sourire timide.

Capture d’un post viral sur Facebook, réalisée le 6 décembre 2021

Mais tout cela est erroné.

Contacté le 6 décembre 2021 par l'AFP, le service de communication de la société Guinness World Records a indiqué : "cette histoire est fausse". "Nous ne répertorions pas ce record ni aucun autre record basé sur la couleur de peau", a ajouté l'entreprise. 

Cette rumeur affirmant que Nyakim Gatwech était entrée dans le Guinness pour sa couleur de peau en tant que "personne la plus noire de la planète" avait déjà fait surface en 2020 (1, 2) et le Guinness World Records avait déjà réagi dû démentir en des termes similaires sur son compte Twitter le  4 mai 2020.

Contacté par l'AFP, l'agent de Nyakim Gatwech, Erodney Davis, a confirmé le 7 décembre 2021 : "ce n'est pas vrai, le Guinness des Records ne s'occupe pas des couleurs de peau".

La photo d'une autre femme 

Les publications fausses de 2021 ajoutent en plus un autre élément erroné : la jeune femme en robe bleue de la photo n'est pas Nyakim Gatwech. 

"Ce n'est PAS Nyakim Gatwech sur la photo", a confirmé son agent à l'AFP Factuel.

En procédant à une recherche d’images inversée avec le moteur de recherche Yandex, on retrouve en effet  l'origine de l'image, qui permet d'atterrir sur le compte Instagram d'une autre mannequin noire, Florence Baitio, qui a elle aussi un teint de peau très foncé. Son compte Instagram est localisé à Perth, en Australie.

En remontant les publications de ce compte aux 195.000 abonnés,  on trouve effectivement une vidéo où l'on retrouve la jeune femme, en robe bleu clair accroupie sur du sable.  Elle est datée du 26 octobre 2020.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Florence Baitio (@florence_baitio)

 

Capture d'écran de la vidéo postée sur le compte Instagram de Florence Baitio faite le 6 décembre 2021
Capture d'écran d'une publication virale sur Facebook faite le 6 décembre 2021

 

 

L'image des publications virales semble bien venir de la même séance de pose.

On reconnaît aussi Florence Baitio sur cette Page Facebook à son nom, et en date du 11 juin, on y trouve aussi une photo similaire: même robe, même pose, même décor. 

Capture d'écran de la Page Facebook "Florence Baïtio" faite le 7 décembre 2021

Contactées à plusieurs reprises par l'AFP Factuel,  Florence Baitio, ainsi que son agence, n'ont pas donné suite. 

Nyakim Gatwech et Florence Baitio 

Selon le magazine de mode américain destiné aux adolescents, TeenVogue, auquel s'était confiée en 2017 Nyakim Gatwech, 24 ans à l'époque et surnommée "Queen of dark" (ou "Reine des ténèbres" en français), est un mannequin qui a grandi au Soudan et qui vit aux Etats-Unis.

Selon cet  article  de juillet 2017, "Nyakim est devenue (un phénomène) viral après avoir raconté sur Instagram une discussion avec un chauffeur Uber. Lorsque le chauffeur d'Uber lui a demandé si elle voulait blanchir sa peau pour 10.000 dollars (environ 8.857 euros, NDLR), Nyakim a ri. +Je ne ferais jamais ça. Je considère ma peau comme une bénédiction +, avait-elle rétorqué". 

La même année, elle avait aussi donné une interview au site français Kombini, où elle évoquait ses origines : "ma famille vient d’un village appelé Mawut, au Soudan, mais je suis née à Gambella, à la frontière avec l’Éthiopie".  

Elle explique dans ces entretiens avoir été régulièrement confrontée à des remarques déplacées voire carrément racistes sur sa couleur de peau.

Capture d'écran d'une publication sur le compte certifié de Nyakim Gatwech sur Instagram
Capture d'écran d'une publication sur le compte Instagram au nom de Florence Baitio

 

 

Elle multiplie les séances de shooting pour des magazines et créateurs de mode et défile  sur les podiums à travers le monde.

Florence Baitio, quant à elle, est d’origine ougandaise et vit en Australie. Dans le magazine en ligne américain Galore, également en 2017, elle raconte qu'elle vivait dans un camp de réfugiés en Ouganda avant d'arriver en Australie à l'âge de 7 ans.  Elle aussi évoque des moments difficiles, liés à des troubles alimentaires et au racisme auquel elle a pu être confrontée dans son pays d'adoption.

Ce n'est pas la première fois que les réseaux relaient un faux record de ce genre. En août 2021, l'AFP Factuel avait vérifié une fausse information alléguant que deux mannequins étaient respectivement l'homme le plus noir et l'homme le plus blanc du monde. 

9 décembre 2021 Corrige : "Nyakim Gatwech a grandi au Soudan"
7 décembre 2021 Ajoute confirmation de l'agent de Nyakim Gatwech qu'elle n'est pas la jeune femme de la photo virale