Attention à cette publication sur des "bananes de Somalie" contenant un "ver helicobacter"

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.
 

Une publication affirmant vidéo à l'appui que 500 tonnes de bananes en provenance de Somalie contiennent un "ver helicobacter" pouvant entraîner une mort cérébrale circule sur les réseaux sociaux depuis le 30 octobre. Attention, la Somalie n'est pas connue pour ses exportations de banane et le helicobacter est une bactérie invisible à l'oeil nu et non un "ver", soulignent les experts interrogés par l'AFP. 

"Récemment, 500 tonnes de bananes de Somalie sont arrivées sur les marchés, qui contiennent un ver appelé Helicobacter qui libère des bananes vénéneuses dans l'estomac, qui présente alors les symptômes suivants (diarrhée, vomissements, nausées, maux de tête) et après 12 heures la personnes mourra de la mort cérébrale. Veuillez vous abstenir d'acheter et de manger des bananes ces jours-ci, ou si vous en achetez, assurez-vous de les ouvrir à l'intérieur" , lit-on dans des publications partagées sur Facebook et Twitter dans plusieurs langues et dans plusieurs pays.   

Ces publications - ici en français - s'accompagnent d'une vidéo de moins de deux minutes siglée "regardez bien avant de manger", dans laquelle on voit une personne creuser l'intérieur d'une banane avant d'en extraire quelque chose présenté comme un ver.  "Faites attention quand vous mangez des bananes (...) regardez, regardez bien, celle-là elle est infectée", dit, en français, la voix off. 

Une rapide recherche d'images inversée à l'aide de l'outil InVid-WeVerify permet de voir que cette vidéo a circulé depuis le 30 octobre en Égypte, aux Philippines, en Amérique latine et en Iran, et a fait l'objet de publications en portugaisanglais , hindi ou encore en arabe. La viralité sur les réseaux sociaux de cette vidéo, dont l'AFP Factuel n'a pas pu identifier l'origine, a poussé les autorités d'Abou Dhabi et du Maroc à apporter un démenti formel  face à ces "fausses informations".

Capture d'écran réalisée le 15/11/2021

Qu'en est-il réellement ?La Somalie n'exporte quasiment plus de bananes à l'international selon l'ONU et l'helicobacter n'est pas un ver ou un parasite mais une "bactérie" qui est invisible à l'oeil nu, contrairement à ce que la vidéo laisse croire, soulignent les spécialistes interrogés par l'AFP. 

Prenons le premier point, l'exportation de bananes. La Somalie fut bien par le passé un important exportateur régional du célèbre fruit jaune mais ce n'est plus le cas depuis le déclenchement de la guerre civile dans le pays en 1991. Selon la dernière analyse du marché de la banane publiée par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO),  ce sont l'Equateur, les Philippines, le Guatemala et la Colombie qui figurent aujourd'hui parmi les plus gros exportateurs de banane dans le monde. En ce qui concerne l'Afrique, ce sont le Cameroun et la Côte d'Ivoire qui caracolent en tête. Il n'est fait aucune mention dans cette analyse, datant de 2019, de la Somalie. 

Un homme empile des bananes sur le marché de Hamarweyne à Mogadiscio, en Somalie, le 17 mai 2018 (AFP / Mohamed Abdiwahab) ( AFP / MOHAMED ABDIWAHAB)

La Somalie a certes de nouveau exporté des bananes vers l'Arabie saoudite en 2019 et vers la Turquie en 2020 mais le fruit reste loin derrière les moutons, chèvres et  bovins, graines oléagineuses et résines d'insectes dans la liste des produits exportés par Mogadiscio. 

Quid du helicobacter, présenté comme un "ver" et qui serait contenu dans ces bananes comme l'affirme la publication? Selon la Haute autorité de Santé (HAS),  le helicobacter pylori n'est pas un ver mais une "bactérie répandue dans le monde" qui peut "entraîner des ulcères gastroduodénaux et des cancers gastriques" .

"La contamination se fait dans l'enfance, essentiellement au cours des cinq premières années de vie, et peut entraîner une inflammation de l'estomac qui passe généralement inaperçue", peut-on lire sur le site internet de la HAS. "Cependant, elle peut provoquer des troubles digestifs (gêne, douleurs) et peut parfois évoluer vers un ulcère, voire plus rarement vers un cancer de l'estomac : environ 10% des personnes concernées développeront un ulcère et 1% développeront un cancer de l'estomac". 

Capture d'écran du site de la haute autorité de santé réalisée le 15/11/2021

"Ce n'est pas un ver ou un parasite" mais "une bactérie", confirme auprès de l'AFP Sixto Raul Costamagna, spécialiste argentin en biochimie clinique dans le domaine de la parasitologie. "Son infection est associée à des troubles digestifs, notamment des ulcères". 

Cette bactérie n'est pas ailleurs pas visible à l'oeil nu, comme le prétend la vidéo, renchérit Ignacio Silva, infectiologue à l'hôpital Barros Luco, au Chili. "On ne la voit qu'au microscope", explique l'universitaire à l'AFP. 

Si la vidéo ne montre pas un ver, de quoi s'agit-il? Pour Fabricio Loyola, un agronome équatorien membre du collège des ingénieurs agronomes de la province de Pichincha, qui a visionné la vidéo à la demande de l'AFP, ce qui est extrait du fruit ressemble davantage à des fibres et à un problème de maturation de la banane en question.  

Lorsque le processus de maturation des bananes est accéléré, "la partie blanche et comestible du fruit n'atteint pas sa teneur en sucre adéquate et devient un tissu fibreux", explique l'agronome. Une "telle larve géante", comme suggéré dans la vidéo, n'est pas réaliste, ajoute-t-il. 

Traduction et adaptation :