Une dynamo pour charger sa voiture électrique en roulant ? Impossible selon des experts

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.
  

Une publication virale dans plusieurs langues prétend qu’un conducteur a trouvé une solution pour recharger son véhicule électrique sans avoir besoin de borne : connecter un générateur à ses roues pour utiliser l'énergie produite en roulant. Mais cette idée ne peut pas fonctionner, ont expliqué plusieurs experts à l’AFP, car le générateur consomme plus d'énergie qu'il n’en produit.

"Le propriétaire de ce véhicule électrique Chevrolet Bolt a fait ce qu'aucun constructeur de véhicules électriques n'a fait jusqu'à présent", assure cette publication, postée le 31 juillet par un internaute et partagée plus de 35.000 fois en moins d'une semaine. Elle s'accompagne d'une photo du véhicule de couleur blanche à laquelle a été ajouté un générateur accroché à la roue arrière droite.

( Juliette MANSOUR)

"Quelque chose de complètement logique. Je me suis toujours demandé pourquoi ces véhicules n'ont pas été conçus pour utiliser l'énergie qui produit la rotation des roues pour charger les batteries du véhicule. Cet homme l'a fait chez lui. C'est un générateur qui produit du courant qui charge les batteries. Plus besoin de s'arrêter pour charger les batteries aux postes de chargement ou de la charger de nuit chez vous. Pendant que le véhicule court (sic), il charge les batteries. Simple... Élémentaire, mon cher Watson", conclut le texte viral. 

La même publication a été partagée plus de 36.000 fois en Belgique et a également circulée dans de nombreuses autres langues, comme en anglais, en espagnol, en portugais ou encore en russe .

Nous n'avons pas retrouvé l'origine de cette photo, mais elle circulait dès décembre 2019 sur le forum Reddit, postée par un internaute qui se demandait en anglais à quoi pouvait servir une telle installation. Des débats avaient alors émergé sur la possibilité d'installer ou non un générateur de cette manière pour ne plus jamais avoir besoin de recharger son véhicule électrique à une borne.

Un procédé qui ne peut pas fonctionner

Si cette idée a été largement saluée sur les réseaux sociaux, elle ne pourrait pourtant pas fonctionner en pratique, ont souligné des spécialistes interrogés par l'AFP. 

En effet, pour parvenir à recharger ainsi les batteries du véhicule, il faudrait que l'électricité produite par l'énergie mécanique des roues de la voiture et captée par le générateur soit plus importante que celle consommée par les batteries du véhicule.

"S'il  est vrai qu'installer un générateur permettrait de récupérer de l'énergie produite par la rotation des roues de la voiture, cette publication ne précise pas qu'un tel élément demanderait au véhicule de consommer encore davantage d'énergie et réduirait ainsi son autonomie", a souligné le 5 août auprès de l'AFP Adrien Lomonaco docteur-ingénieur spécialisé en recherche et développement thermique et énergétique. 

Le procédé proposé par cet internaute se heurte en effet à une règle de physique : "le premier principe de la thermodynamique indique que l’énergie se conserve et qu’une telle boucle infinie est impossible si l’on considère les pertes par frottements entre le moteur et les roues, puis entre les roues et la dynamo", a également expliqué le 4 août à l'AFP Driss Laraqui, Docteur-Ingénieur en Énergétique.

De plus, en passant dans les différentes parties du véhicules, l'énergie produite par le générateur va se dissiper en partie. "Le générateur attaché à la roue va produire des pertes sous forme de chaleur, met en avant Frédéric Sirois, professeur titulaire au département de génie électrique de Polytechnique Montréal . Par conséquent, une fraction de l’énergie tirée de la batterie de la voiture terminera inévitablement dissipée sous forme de chaleur, qui est irrécupérable par la batterie". 

Nos confrères de Radio Canada ont également consacré un article de vérification à cette affirmation. 

Le système de freinage régénératif

De nombreux véhicules électriques et hybrides ont développé des techniques qui permettent d'utiliser l'énergie mécanique des roues du véhicule pour économiser de la batterie et prolonger ainsi son autonomie. "Il faut savoir que le moteur de la voiture électrique est réversible, c’est-à-dire qu’il peut aussi agir comme générateur, donc c’est encore plus inutile d’aller mettre une génératrice externe sur la roue", précise Frédéric Sirois.

Concrètement, de la même façon que le moteur transforme le courant électrique en énergie cinétique pour faire tourner les roues, il peut permettre de récupérer de l'énergie cinétique qui sera convertie en électricité lorsqu'un conducteur freine ou descend une pente. 

Des véhicules électriques en forte progression en Europe

Les voitures 100% électriques représentaient 7,5% des ventes neuves en Europe au deuxième trimestre 2021, contre 3,5% au deuxième trimestre 2020, selon l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA). "Il y a une fracture dans l'abordabilité des voitures électriques entre l'Europe centrale et orientale et l'Europe de l'Ouest, ainsi qu'une fracture Nord-Sud", soulignait début juillet le directeur général de l'ACEA, Eric-Mark Huitema. 

Les ventes de voitures électriques ont ainsi été très bonnes au dernier trimestre en Espagne, en Allemagne, ou en France notamment, mais aussi en Autriche ou en Belgique. Près de l'UE, le Royaume-Uni et la Norvège enregistrent également une forte hausse. Mais le reste de l'Europe ne suit pas, notamment dans les pays qui ont un revenu par habitant de moins de 17.000 euros, et qui restent sous les 3% de ventes électriques. Cette fracture se retrouve dans l'équipement en bornes de recharge, selon Eric-Mark Huitema.

Le 14 juillet, la Commission européenne a proposé de réduire à zéro les émissions de CO2 des voitures neuves dans l'UE à partir de 2035. Si ce projet de règlement se concrétisait, il entraînerait de facto l'arrêt des ventes de véhicules essence et diesel à cette date au profit des motorisations 100% électriques, ce qui devrait encore favoriser l'essor des voitures électriques.

11 août 2021 Apporte précision au 12e paragraphe
Juliette Mansour