Le palais de Justice à Paris, le 23 juillet 2018 ( AFP / Zakaria ABDELKAFI)

Quotidien contre Francis Lalanne : une plainte a bien été reçue par le parquet de Paris

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Invité le 10 juin 2021 dans l'émission Touche pas à mon Poste, le chanteur Francis Lalanne est revenu sur l'affaire qui l'oppose à deux journalistes de Quotidien, qui l'accusent d'avoir donné un "coup de poing" à l'un d'entre eux, et de l'avoir frappé avec un casque d'écoute en marge d'une d'une université citoyenne à Avignon. L'émission Quotidien a annoncé le 7 juin au soir qu'une plainte avait été déposée contre M. Lalanne. Le chanteur, qui nie les faits, a déclaré que l'annonce du dépôt de plainte était un "mensonge", affirmant avoir interrogé le parquet d'Avignon par le biais de son avocat. Une plainte a bien été reçue, par le parquet de Paris, comme ce dernier l'a confirmé à l'AFP, et est "en cours d'analyse". 

"J'ai fait interroger le parquet d’Avignon, parce que c'est lui qui est compétent, par mon avocat", a déclaré le chanteur sur le plateau de l'émission, avant de lire un document attribué à son conseil : "cher monsieur, je vous confirme avoir interrogé ce jour les services du parquet de M. le procureur de la République d’Avignon, lesquels m'ont confirmé qu’aucune plainte n’a été enregistrée par le journaliste de Quotidien à votre encontre".

"Ça veut dire que c’est un mensonge. Il n’y a pas de plainte déposée", en conclut Francis Lalanne.

Dans un communiqué, Me Lorraine Gay, avocate de la société Bangumi (qui produit Quotidien), s'est "étonn[ée] des propos tenus par Monsieur Francis Lalanne". "Il est absolument ridicule de prétendre qu’aucune plainte n’a été déposée",  a-t-elle dénoncé, précisant que "cette plainte et ses faits ont par ailleurs été spécialement signalés au Procureur de la République de Paris dès le 7 juin". 

L'AFP avait déjà pu consulter le 7 juin une copie du texte de la plainte pour "violences avec arme" transmis par l'avocate au Procureur de Paris. Paul Bouffard, l'un des trois journalistes de Bangumi, y dénonce un "coup de poing violent au visage", un autre coup sur la tête. "Il s'est emparé de mon casque d'écoute puis s'en est servi comme arme", ajoute-t-il.

"Le parquet de Paris a reçu cette plainte, qui est cours d’analyse", a indiqué à l'AFP le parquet le 11 juin. 

Il revient au parquet de Paris d’examiner l’opportunité d’ouvrir ou non une enquête, ou éventuellement de transmettre la plainte au parquet d’Avignon, dans la juridiction duquel se sont déroulés les faits. Également interrogé par l'AFP le 11 juin à midi, le parquet d'Avignon avait lui expliqué "qu'aucune plainte qui aurait été déposée à Paris contre Francis Lalanne" n'avait "été transmise à ce jour". 

"Francis Lalanne conteste formellement avoir frappé quelque journaliste que ce soit. Il s'agit d'une mise en scène grossière à laquelle cette émission est coutumière", avait répondu son avocat, Me Emmanuel Ludot, interrogé par l'AFP le 7 juin.

Dans une séquence diffusée le 7 juin l'émission phare de TMC montre comment ses journalistes ont souhaité interroger le 5 juin à Avignon Francis Lalanne lors d'une université citoyenne dans laquelle intervenaient notamment des "gilets jaunes".

L'entretien débute calmement avant de se tendre, M. Lalanne accusant de "manipulation" les journalistes qui l'interrogent sur des propos de Jean-Marie Bigard qualifiant notamment l'ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn de "connasse".

Il "interdit" aux journalistes d'utiliser ses "images", puis se lève et crie plusieurs fois "enlevez ce qu'il y a dans la caméra", tandis qu'autour de lui, selon la vidéo, des proches crient à plusieurs reprises : "Francis ! Arrête !". Les images deviennent ensuite confuses.

Auteur-compositeur-interprète et acteur, âgé de 62 ans, Francis Lalanne a fait récemment l'objet d'une enquête, finalement classée sans suite, pour "provocation à la commission d'atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation".

Plusieurs fois candidat à des élections dans le passé sous bannière écologiste, Francis Lalanne avait conduit une liste "Alliance jaune" lors des élections européennes de mai 2019, obtenant 0,54% des voix.

13 juin 2021 Corrige la date à laquelle le parquet d'Avignon a été interrogé, il s'agit du 11 juin et non du 11 mai comme indiqué par erreur.