Franck Didron

Âge 20
Blessé le 1er décembre
Lieu de la blessure Paris
Oeil Droit
Certificat médical consulté Oui
Arme mise en cause LBD
Plainte Oui
Enquête administrative IGPN

L'AFP a rencontré à Franck Didron à plusieurs reprises. La première fois lors d'une manifestation organisée pour les blessés à Paris le 2 février, la seconde fois également à Paris, le 11 février.

Pourquoi étiez-vous sur place ?

"Quand j'ai commencé à manifester c'était pour des raisons de pouvoir d'achat. Les fins de mois pour moi c'était la merde, j'avais beaucoup trop de mal à les finir. Quand j'ai appris que ce mouvement existait j'ai foncé pour aller manifester. C'était la toute première fois que j'allais manifester"

Que s'est-il passé ?

"J'étais dans un groupe de manifestants pacifiques. On était encerclé de CRS. Mon téléphone a sonné, c'était ma mère qui m'appelait pour me demander des nouvelles parce qu'elle voyait à la télé que le climat était anormal. Je rassurais ma mère. Des gilets jaunes m'ont dit 'attention les CRS chargent', je regarde à droite, à gauche, et au moment où je tourne ma tête pour regarder derrière je reçois une balle de LBD 40".

Quelle est votre vie maintenant ?

"Depuis que j'ai été blessé je me demande pourquoi il m'a tiré dessus ce CRS. Où était l'acte de violence ? J'aimerais bien que ce CRS se manifeste, qu'il vienne devant moi, et que droit dans les yeux il me dise pourquoi il m'a tiré dessus. Parce que là il a gâché ma vie. Le plus compliqué, c'est d'apprécier les distances, quand tu te sers un verre d'eau. Il faut tout réapprendre. Moi j'étais paysagiste, depuis trois ans dans une entreprise. J'intervenais principalement chez des personnes âgées, mais depuis j'ai beaucoup de mal à retrouver du boulot…. Je ne pense pas qu'un patron va reprendre un ouvrier comme moi avec un œil en moins. Il ne va pas pas prendre le risque de mettre un autre ouvrier en danger".

 

Retrouvez notre dossier sur les manifestants, passants, lycéens grièvement blessés à l'oeil depuis novembre.

Sami Acef