En Allemagne, un interphone presque 100% étranger ? Itinéraire d'un photomontage

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Jean Messiha, responsable des argumentaires au Rassemblement national, a partagé jeudi sur Twitter un cliché présentant un supposé interphone allemand sur lequel l'intégralité des noms sauf un semblent de consonnance étrangère. Détourné d'une photo prise en Italie, ce photomontage intégral a déjà connu des déclinaisons dans divers pays partagées plus de 15.000 fois.

Dans son premier tweet, M. Messiha indique que l'image est ce "à quoi ressemble de plus en plus les interphones des immeubles allemands après l'accueil par Merkel de plus de deux millions de migrants ces dernières années". Il ne précise pas s'il considère cette image comme issue de la réalité ou pas.

"J'ai pas dit que c'était un vrai", se défend-il plus tard face aux nombreuses critiques, même s'il qualifie encore à un moment l'illustration de "photo".

Ce photomontage circule pourtant depuis de nombreuses années, ce qu'ont relevé divers médias comme le Huffington Post jeudi 27 septembre suite à la publication de M. Messiha. On voit que des noms ont été grossièrement apposés sur chacune des cases. 

A chaque fois, le premier nom qui est mis est un nom typique du pays où il est diffusé: "Martinez" en Espagne, "Meier" en Allemagne ou "Vianello" en Italie, dans des versions parfois partagées plusieurs milliers de fois sur Facebook. En Allemagne, une version du photomontage incite même à quitter la CDU, le parti d'Angela Merkel, pour l'Alternativ für Deutschland (AfD), le parti anti-immigrés.

A chaque fois, ce dernier "local" parmi les supposés étrangers est appelé à "résister".

Deux captures d'écran de publications Facebook erronées, le 28 septembre 2018

"Résister" face à qui ? Face à la supposée invasion de noms (Rashid, Liang, Abdul, Abdelkader, Wang, etc.) identifiés par les personnes diffusant ce photomontage comme ceux de personnes forcément étrangères au pays en question.

A l'aide d'InVID, outil co-développé par l'AFP, et de recherches inversées, l'AFP a pu pour la première fois retrouver l'origine du photomontage.

Nous avons d'abord isolé une version "propre" de l'image, sans écriture en quelque langue que ce soit dessus, pour faire une recherche inversée et trouver ainsi son origine. En cherchant via Google images, nous ne sommes parvenus qu'à retrouver des versions similaires de ce photomontage, dans des résolutions très petites (240*360) et donc de qualité médiocre.

Mais une recherche inversée sur Yandex, moteur de recherche russe, a été plus fructueuse. Elle nous a orienté immédiatement vers une version en bien plus haute définition (1200*1600) et de meilleure qualité. Plus la taille de l'image est grande, plus il y a de chances que ce soit une image non retouchée ou originale. Sur cette image, plus aucun nom "étranger" ne subsiste.

Une capture d'écran du blog andreaparrella1.wordpress.com, faite le 28 septembre 2018

En comparant les deux images, plusieurs éléments permettent de penser que cette photo trouvée sur un blog italien dans une publication de 2014 est celle à l'origine du photomontage, même si des versions plus antérieures encore sont peut-être trouvables sur Internet.

Listons les points de ressemblance dans l'ordre, au-delà de l'orientation générale de l'image, exactement la même, et du contraste, plus fort sur celle retouchée (ce qui permet de gommer les disparités) :

1 - les vis sont similaires
2 - au-dessus du nom Crtrescu, une légère excroissance blanche, comme sur l'image originale
3 - même écart noir autour des noms Rashid et Bernabei Claudio
4 - les numéros 10 12 et 14 sont situés exactement au même endroit sur les deux images
5 - une légère tache apparaît sur les deux images
6 - la grille de l'interphone semble légèrement enfoncée
7 - les numéros 5 et 7 sont situés exactement au même endroit sur les deux images.

Ironie de l'histoire, la même photo d'interphone illustre encore le 28 septembre 2018 une vente sur Ebay Italie...

EDIT : coquille corrigée