Attention, ce message ne figure pas sur les comptes officiels de Gims sur les réseaux sociaux

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.

Selon une publication partagée plus de 6.200 fois sur Facebook depuis le 8 février 2022, le rappeur Gims promettrait des gains de l’ordre de 5.000 euros aux internautes: il suffirait de lui dire "bonjour" et de cliquer sur un lien. Pour convaincre, la publication est accompagnée d'une vidéo du chanteur, où il s'exprime soi-disant "en direct" dans un long monologue. Mais c'est faux: cette annonce ne vient pas du compte officiel du chanteur et les vidéos qui y sont associées sont antérieures à la publication. 

Il suffirait d'être parmi les 500 premières personnes à dire "Bonjour" à Gims  sur Facebook pour gagner 5.000 euros. C’est ce que laisse croire la légende associée à une publication virale sur le réseau social. "J'enverrai de l'argent. 5.000 €. Je suis réel, à partir de maintenant", lit-on sur le message auquel sont jointes deux vidéos prétendument enregistrées en direct durant près de 7 heures. Elles totalisent plus de 280.000 vues, selon l’outil de comptage de Facebook. 

Capture d'écran d'une publication Facebook réalisée le 16 février 2022

L’une montre la star de rap Gims, portant de grosses lunettes noires et vêtu d’une tunique blanche, qui s’exprime sur la religion. "Je voudrais vous parler d’un prophète qui met +tout le monde+ d’accord, aussi bien les Chrétiens, les Juifs que les Musulmans: c’est Ibrahim, Abraham", dit-il notamment.

La seconde vidéo montre une main qui manipule des liasses de billets de 200 et 500 euros. La publication met en avant un lien vers un site internet pour "gagner en quelques secondes et l’argent sera automatiquement envoyé sur votre compte". 

De nombreux internautes croient à cette offre et remercient le chanteur, adulé pour ses nombreux tubes dont "Bella" et "Sapé comme jamais". 

Au milieu de quelque 13.000 commentaires, une internaute confie avoir respecté les étapes successives pour bénéficier de ce "don",  "mais mes unités -téléphoniques- sont finies”, se plaint-elle, disant attendre un appel de sa "star". Mais elle risque fort d'attendre en vain. 

Des vidéos anciennes

Contactée, l’équipe de Gims n’a pas répondu aux sollicitations de l'AFP. Mais cette annonce ne vient pas du compte certifié de Gims

De plus, les vidéos utilisées dans le post trompeur, censées avoir été prises en direct sur Facebook, sont en réalité des vidéos anciennes. 

En saisissant ces mots clés sur YouTube : "Gims+direct+religion+musulmane", nous retrouvons le contenu de la première vidéo, celle qui montre Gims en plein monologue sur l'Islam. Elle a été publiée le 1er mai 2020. 

La vidéo sur Facebook débute par ces termes : "Le peuple, il dit : +mais tu sais bien que les statues ne parlent pas+”. Nous retrouvons les mêmes propos à la quatrième minute de la vidéo diffusée sur YouTube. 

Le contenu des deux vidéos est similaire, mais elles sont agencées différemment.

L’extrait de 4’21 à 19’27” sur YouTube correspond au contenu de la vidéo de Facebook de 0 à 15’05.

La vidéo de Facebook contient une partie de celle de YouTube, reprise en boucle pour durer près de 7 heures.  

Sur ces deux plateformes, Facebook et YouTube, Gims évoque le même sujet et le même personnage religieux, Ibrahim. Il arbore aussi le même look et la même gestuelle, même si l'image a été inversée sur  la vidéo publiée sur Facebook (voir les captures d'écran ci-dessous). Et à aucun moment, le chanteur n’annonce des gains à donner à ceux qui écriront "Bonjour".

Capture d'écran à 4'29" de la vidéo publiée sur YouTube
Capture d'écran à la 8ème seconde de la vidéo publiée sur Facebook

 

 

La vidéo de YouTube est floquée, en haut de l'écran, d’une étoile noire dans un cercle jaune, laissant penser qu’elle a été enregistrée sur le réseau social Snapchat.

Capture d'écran de la vidéo publiée sur YouTube

  

Elle est actuellement introuvable sur le compte officiel de Gims sur Snapchat parce que sur ce réseau social, les publications disparaissent 24 heures après leur mise en ligne. 

La seconde vidéo remonte à au moins 2021

Nous avons effectué une recherche d’image inversée sur le moteur de recherche Google images, avec des captures d’écran de la seconde vidéo, celle qui présente  une main brassant des liasses de billets. On retrouve la même scène sur une vidéo de 2'40 secondes, publiée sur YouTube le 17 avril 2021.

Capture d'écran des résultats de la recherche d'images inversée sur Google Images.

C'est ce même contenu qui est repris de nombreuses fois sur la vidéo virale sur Facebook,  pour durer plus de 6 heures. Cette vidéo n'a rien à voir avec Gims; il n'y apparaît pas et rien n'y fait référence à lui. 

Ces deux vidéos sont donc anciennes et ne datent pas du 8 février 2022, date à laquelle elles sont supposées avoir été enregistrées en direct de Facebook. De plus, il n'y a aucune trace du message viral sur les comptes officiels de Gims sur Twitter, Facebook ou Instagram. Quant au contenu religieux de la vidéo de Gims, il n’est pas nouveau. Gims (anciennement appelé Maître Gims) a publié plusieurs vidéos où il partage ses convictions religieuses et musulmanes avec son audience, comme ici  

Le chanteur Gandhi Djuna alias "Gims" pose sur le tapis rouge avant la 23e cérémonie des NRJ Music Awards au Palais des Festivals de Cannes, dans le sud-est de la France, le 20 novembre 2021. ( AFP / VALERY HACHE)

Il a d'ailleurs fait polémique avec une vidéo diffusée le 1er janvier 2022 où il appelait à ne pas lui souhaiter la "bonne année". "Laissez les anniversaires, je souffre avec ça. On ne fête pas  [...] ça ne fait pas partie de nos convictions, les Muslims", disait-il.

Le chanteur, arrivé enfant en France avec ses parents qui fuyaient le Zaïre du président Mobutu, a redemandé à être naturalisé Français, mais le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin lui a laissé peu d'espoir en faisant valoir que la nationalité française était refusée "de manière générale aux tenants de l'islam rigoriste".

Le rappeur a présenté ses excuses suite à la polémique sur la vidéo de début janvier. "Cette vidéo, je la regrette totalement (...) Je ne voulais pas blesser les gens. La foi, ça relève de l'intime", a-t-il affirmé dans le Journal du Dimanche. Ne pas être Français, "c'est l'un de mes plus grands regrets. Tous mes souvenirs sont en France (...) Quand je voyage au Qatar, aux Etats-Unis... je me présente comme un artiste français. Pas congolais", a-t-il expliqué. 

Interrogé sur la radio France Inter, Gérald Darmanin a estimé que "ne pas souhaiter la bonne année parce que ce ne serait pas conforme à ce que font les amis, les copains ou les frères de tel ou tel personnage aussi sacré soit-il, ce n'est pas une bonne preuve d'assimilation à la société française". "Les services de l'Intérieur vont réétudier évidemment sa demande", a-t-il toutefois précisé.

17 février 2022 Ajoute une capture d'écran de la publication virale au deuxième paragraphe