Cette femme n'est pas la fille de Joseph Kabila, mais une pilote de chasse de la marine américaine 

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Des publications cumulant plus de 500 partages depuis le 5 février montrent une photo d'une femme noire en tenue de pilote. Les internautes prétendent qu'il s'agit de la fille de l'ancien président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, qui suit une formation militaire. C'est faux: la femme prise en photo est Madeline Swegle, première femme afro-américaine pilote de chasse de l'US Navy. Contactée, la conseillère en communication de la mère de Sifa Kabila, Olive Lembe Kabila, évoque une "simple ressemblance" avec la jeune femme.

"Elle s'appelle Sifa Kabila", assure un internaute en partageant la photo d'une femme noire dans sa tenue de pilote, sac dans la main et casque sur la tête. Selon lui, cette militaire est "la fille de Joseph Kabila kabange et olive lembe" en formation à "l'Académie militaire américaine".

Capture d'écran d'une publication Facebook, réalisée le 8 février 2021

Cette photo, accompagnée de diverses légendes mentionnant Sifa Kabila, a été partagée plus de 500 fois sur Facebook depuis le 5 février (1, 2, 3, 4, 5…). 

Or l'image ne montre pas la fille de l'ex-président congolais. "Ce n'est pas elle", confirme à l'AFP Angèle Kanam, conseillère en communication d'Olive Lembe Kabila, ancienne Première dame de RDC et  mère de Sifa Kabila, qui reconnaît néanmoins que "cette personne ressemble étrangement" à l’intéressée.

Première pilote de chasse afro-américaine aux Etats-Unis

La photo qui circule sur les réseaux sociaux est en réalité celle de Madeline Swegle, la première pilote de chasse afro-américaine à avoir intégré l'US Navy.

Une recherche inversée sur le moteur de recherches Google permet de retrouver un portrait qui lui avait été consacré par le magazine français Elle, en juillet 2020.

Capture d'écran du site du magazine Elle, réalisée le 8 février 2021

Comme indiqué par le magazine, la photo a été publiée sur Twitter par le compte du Naval Air Training Command, un organisme de formation appartenant à l'armée américaine.

Ce tweet célèbre le fait que Madeline Swegle soit devenue, le 25 juin 2020, "la première femme noire à accéder à un poste de pilote tactique depuis la création de la force aéronavale de la Navy, il y a 110 ans", comme l'explique Slate.

Dans les commentaires de certaines publications virales, plusieurs internautes ne sont d'ailleurs pas dupes. 

Capture d'écran de commentaires Facebook, réalisée le 8 février 2021

D'autres, cependant, s'inquiètent ("C'est triste franchement !!"),  l'encouragent ("Bonne chance") en croyant voir la fille de l'ancien dirigeant suivre une formation militaire, voire spéculent sur un éventuel avenir politique ("Future candidaté du Congo Kinshasa en 2032"). 

Capture d'écran de commentaires Facebook réalisée le 8 février 2021
Capture d'écran d'un commentaire Facebook, réalisée le 8 février 2021

 

"Dérives dictatoriales"

Ces publications surviennent alors que la République démocratique du Congo est confrontée depuis fin 2020 à une crise politique entre le président Félix Tshisekedi et ses anciens alliés du Front commun pour le Congo (FCC), plateforme politique de l’ex-chef d’Etat Joseph Kabila.

M. Tshisekedi avait conclu après son élection fin 2018 un accord de coalition avec son prédécesseur. Mais ce contrat a été rompu le 6 décembre, après des mois de désaccords. Et Joseph Kabila s’est retrouvé peu à peu isolé, nombre de ses proches ayant rejoint le nouveau président.

Dans ce contexte, plusieurs sénateurs fidèles à M. Kabila, un militaire de formation, ont dénoncé le 4 février un "coup de grâce asséné aux institutions" du pays et ont appelé l'actuel président Félix Tshisekedi à mettre fin à des "dérives dictatoriales".

Le président du Sénat de la République démocratique du Congo, Alexis Thambwe Mwamba, un partisan de l'ancien président, a présenté le lendemain sa démission, sous la pression des proches du chef de l’État Félix Tshisekedi.

Photo d'archive: M. Alex Thambwe Mwamba, alors ministre des Affaires étrangères de RDC, répond à la question d'un journaliste lors d'une conférence de presse le 23 décembre 2008, à Paris. (AFP / Bertrand Guay)

"Considérant d’une part que la confiance n’existe plus entre un groupe des sénateurs et moi-même, et d’autre part, l’installation d’un Bureau d’âge désormais opérationnel, je vous remets ma démission en tant que Président du Sénat", a écrit M. Thambwe Mwamba dans une lettre adressée au bureau provisoire mis en place pour examiner une motion de censure contre lui.

Ancien garde des Sceaux, M. Thambwe Mwamba, plusieurs fois ministre, était le dernier proche de l'ex-président Kabila à être à la tête d'une institution politique: le président Tshisekedi a réussi à renverser en sa faveur la majorité parlementaire qui était acquise jusque récemment à M. Kabila.

Marion Lefèvre