Aucun arbre de 6.000 ans ou plus n'a été découvert à ce jour

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Plusieurs publications très virales sur Facebook partagent une photo d'un baobab, affirmant que cet arbre est âgé d'au moins 6.000 ans et localisé en Tanzanie. C'est faux: selon plusieurs experts contactés par l'AFP, aucun arbre aussi vieux n'a été découvert à ce jour. Le plus vieil arbre du monde identifié par les scientifiques se trouve aux Etats-Unis: il s'agit d'un pin Bristlecone.

"Ce baobab est l'un des plus vieux arbres encore debout depuis que le monde existe", s'extasie un internaute, en commentant la photo d'un arbre gigantesque à côté duquel se tient un homme, la main posée sur un tronc imposant. L'arbre dépasse largement du cadre et surplombe l'inconnu, le faisant apparaître ridiculement petit. Selon l'auteur de la publication, ce baobab a "près de 6.000 ans d'âge". 

Capture d'écran d'une publication Facebook, réalisée le 9 avril 2021

Des posts similaires circulent depuis au moins le mois d'août 2018 sur Facebook, cumulant plus de 21.000 partages (1, 2, 3…). Certaines publications plus anciennes partagent également cette image, en affirmant que le cliché a été pris au Sénégal et non en Tanzanie. Sur internet, la photo circule depuis au moins 2004, sans mention de pays.

Pas de baobab aussi vieux

Quel est cet arbre et où a-t-il été photographié? Sollicité par l'AFP, l'écologue Pascal Danthu, membre du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), émet l'hypothèse qu’il puisse s’agir d’un baobab de la région de Morombe, dans le sud-ouest de Madagascar. 

Le scientifique, qui étudie ce genre d'arbres depuis de nombreuses années, a transmis à l'AFP deux photographies qu'il affirme avoir prises "il y a quatre ou cinq ans" lors d’un séjour à Madagascar. Le baobab visible sur ces images présente de nombreuses similarités avec celui viral sur Facebook: des branches réparties de la même manière (rectangles bleus), des formes (rectangles rouges) et des marques (rectangles jaunes) identiques sur le tronc. 

Capture d'écran d'une photo publiée sur Facebook, réalisée le 12 avril 2021
Photos fournies par Pascal Danthu à l'AFP

 

Si le scientifique souligne un "air de ressemblance" entre les deux arbres, il avoue ne pas pouvoir affirmer avec certitude que ces photos montrent le même baobab. L'AFP, de son côté, n'a pas été en mesure de confirmer la localisation exacte de l’arbre dont l’image circule sur Facebook.

Quelle que soit sa localisation exacte, ce baobab ne peut cependant pas avoir 6.000 ans, cette longévité étant excessive pour ce type d’arbre. 

Selon une étude du journal scientifique Nature Plants parue en 2018, le plus vieux baobab connu se trouvait au Zimbabwe: les auteurs ont estimé son âge à environ 2.450 ans à sa mort, en 2011. Depuis, les scientifiques n'ont pas découvert de spécimen aussi âgé que ne le prétendent les publications virales.

Le baobab, un arbre mythique

Le baobab, qui appartient à la famille des Bombacaceae, "est un arbre caduc couramment rencontré aux Comores, à Madagascar et en Afrique tropicale où il est d'ailleurs l'emblème du Sénégal", comme l'explique le blog du Monde dédié au jardinage.

Neuf espèces de baobabs sont recensées dans le monde, mais le continent africain n'en accueille qu'une: l’Adansonia digitata. Les autres variétés sont présentes à Madagascar, à l'exception de l'une d'entre elles, endémique de l'Australie.

Un baobab dans les champs, à la lisiée de la forêt de Bandia, au Sénégal, le 25 septembre 2019. (AFP / John Wessels)

Selon l'écologue Pascal Danthu, le baobab est "très utilisé par les populations" locales, notamment pour ses fruits, ses feuilles et autrefois ses fibres. Mais au-delà de ces utilisations pragmatiques, l'arbre a "un côté sacré" et sert parfois pour "des cultes plutôt liés à la femme et à l'enfant". 

Dans les pays où il est présent, le baobab est en effet "vu comme un arbre mythique, mystique", auquel sont associées de nombreuses "vertus", a confirmé à l'AFP Jean-Marie Amoa, représentant au Cameroun de l'Association pour la Protection de la diversité et l'Adoption des Gestes Marqueurs (ASPROBIO/AGM).

Les baobabs peuvent notamment rétablir "une aura perdue", favoriser les "remèdes", "l'abondance"... Et se laver avec ses feuilles est un "gage de prospérité", cite notamment M. Amoa. Dans le centre du Cameroun, l'arbre est surnommé "Douma, la gloire", souligne-t-il encore.

Deux cueilleuses de fruits de baobab, Annah Muvhali, 55 ans (gauche) et Cristina Ndou (droite) tiennent dans leurs mains les fruits qu'elles ont récolté dans le village de Muswodi Dipeni, dans la province de Limpopo, dans l'est de l'Afrique du Sud, le 28 août 2018.  (AFP / Marco Longari)

Aujourd'hui, les plus âgés de ces "arbres de vie", comme ils sont parfois surnommés, sont menacés par le réchauffement climatique. "Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, les grands baobabs d'Afrique australe ont commencé à mourir, mais depuis 10/15 ans, leur disparition a rapidement augmenté à cause des températures très élevées et de la sécheresse", expliquait en 2018 à l'AFP Adrian Patrut, coauteur de l'étude de Nature Plants citée plus haut.

"Ces décès n'ont pas été causés par une épidémie", affirmaient à l'époque les auteurs de l'étude, en suggèrant que le changement climatique pourrait affecter la capacité du baobab à survivre dans son habitat. Mais "la région dans laquelle les baobabs millénaires sont morts est l'une de celles où le réchauffement est le plus rapide en Afrique", s'inquiétait Adrian Patrut.

Un pin Bristlecone, doyen mondial des arbres

Si les baobabs africains sont bien les arbres à fleurs dont la longévité est la plus importante au monde, le plus vieil arbre identifié sur Terre n'est pas un baobab, et ne se trouve pas en Afrique: il s'agit d'un pin Bristlecone (Pinus longaeva) appelé "Mathusalem", situé dans l'est de l'Etat de Californie, aux Etats-Unis.

Selon le Rocky Mountain Tree Ring Research, une organisation américaine spécialisée dans l'étude du vieillissement sylvestre, ce spécimen est âgé d'environ 4.850 ans, ce qui en fait à ce jour le plus vieil arbre encore vivant au monde, daté de manière fiable par des scientifiques.

Le pin Bristlecone, une espèce très rare, est uniquement présent dans le Nevada, en Californie et en Utah. 

De très anciens pins Bristlecone pris en photo le 13 septembre 2007 dans les Montagnes blanches, situées dans la Forêt nationale d'Inyo, près de Bishop, en Californie (Etats-Unis). (AFP / Gabriel Bouys)

Un autre pin Bristlecone, abattu en 1964 par un étudiant américain et situé dans cette même région, avait été identifié comme l'arbre le plus ancien du monde avant sa disparition. Toujours selon le Rocky Mountain Tree Ring Research, ce spécimen, baptisé "Prometheus",  avait alors 4.900 ans. 

Néanmoins, la dendrochronologie, c'est-à-dire l'étude de l'âge des arbres d'après les couches concentriques repérables dans la coupe transversale des troncs, "n'en est qu'à ses débuts, surtout dans les régions tropicales", souligne auprès de l'AFP Neil Pederson, un chercheur en sciences forestières à l'université américaine d'Harvard. Selon lui, dater précisément un arbre est donc "très difficile, à cause de la manière dont les cernes de croissance se forment dans les zones tropicales". 

"Pour l'instant, le pin Bristlecone semble être le plus vieil arbre vivant sur Terre, que nous avons été en mesure d'identifier", explique le chercheur. Un autre pin Bristlecone encore vivant, et situé dans la même région, aurait lui plus de 5.000 ans - mais cette datation n'a pas été confirmée, conclut Neil Pederson. 

14/04/2021 10h22 : Correction du nom de la région malgache au 3e paragraphe (Morombe, et non pas Mobombe). 
Marion Lefèvre