Attention, cette publication au sujet du vol du sperme d'un millionnaire provient d'un article parodique

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Une publication cumulant plus de 2.000 partages sur Facebook prétend relayer l'histoire d'une "femme de ménage" tombée enceinte après avoir volé "le sperme d'un millionnaire" pour profiter de la pension alimentaire allouée à l'enfant né de cette opération. Attention: il s’agit d’une fausse histoire, tirée d'un article publié sur un site parodique africain.  

"Une femme de ménage vole le sperme d'un millionaire (sic) à travers un préservatif usagé": voilà comment les auteurs de cette publication largement relayée sur internet résument cette histoire incroyable, survenue selon eux "à Las Vegas", aux Etats-Unis.

D’après leur récit, cette femme de 36 ans aurait volé le préservatif en faisant le ménage dans la chambre d'un "technicien millionnaire", puis se serait inséminée artificiellement. Tombée enceinte, elle serait alors devenue riche en gagnant au tribunal une "bataille pour une pension alimentaire" d'un montant de deux millions de dollars.

Capture d'une publication Facebook réalisée le 7 janvier 2021

Accompagnée d'une photo d'un visage de femme accolé à un préservatif usagé, la publication a cumulé près de 2.000 partages sur Facebook en quelques heures, selon les recherches de l'AFP (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9…). Plusieurs sites africains francophones avaient déjà relayé cette fable ces derniers mois (1, 2, 3, 4…). 

Site parodique

Une recherche d'images inversée sur le moteur de recherches Google a permis de retrouver l'origine de l'histoire : il s’agit du site anglophone Ihlaya News, qui avait publié en novembre 2019 un article relayant le même récit, intitulé "Hotel cleaner who stole sperm from a used condom won child support battle" ("Une femme de ménage ayant volé du sperme sur un préservatif usagé gagne la bataille pour une pension alimentaire"). 

Capture d'écran du site Ihlayanews.com, réalisée le 7 janvier 2021

Or la page Facebook de ce média précise en lettres capitales qu'il s'agit d'un site parodique, dont tous les articles "relèvent de la fiction". De plus, le mot "ihlaya" signifie "plaisanterie" en Afrikaans. 

Capture d'écran d'une page Facebook, réalisée le 7 janvier 2021

Aux Etats-Unis, et notamment dans l’Etat du Nevada, où les faits sont censés s’être déroulés, aucun média n’a relayé une telle l’histoire. L'AFP n'a par ailleur pas été en mesure de retrouver l'origine des deux images utilisées pour illustrer cette publication. 

Traduction et adaptation :
Marion Lefèvre