7.000 pénis venant du Nigeria saisis par la douane chinoise ? Il s'agit d'un article satirique 

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Des publications partagées plus de 6.500 fois sur Facebook affirment que "plus de 7.000 pénis" dissimulés dans un "conteneur réfrigéré" ont été "saisis par la douane chinoise (...) en provenance du Nigeria". Attention : il s'agit d'une histoire inventée, publiée par un site satirique. La photo qui accompagne cette fausse nouvelle montre en réalité l'interception par la douane chinoise de près d'une tonne d'écailles de pangolin en 2020. 

Deux personnes vêtues d'une combinaison blanche de protection sont accroupies près d'une trentaine de cartons posés au sol. Protégées par des gants bleus, elles ouvrent l'un des colis et semblent examiner ce qu'il contient. Il s'agit d'une cargaison de "plus de 7.000 pénis" saisie par la douane chinoise "en provenance du Nigeria", affirment les publications qui partagent cette image.

Capture d'écran d'une publication Facebook, réalisée le 15 avril 2021

Ces publications cumulent plus de 6.500 partages (1, 2, 3, 4, 5…) depuis avril 2021 sur Facebook. En anglais, ces posts ont également circulé massivement sur ce réseau social depuis mars 2021.

Article satirique

Pourtant, cette histoire a été inventée de toutes pièces. 

Selon l'outil de mesure des réseaux sociaux CrowdTangle, la première occurrence de cette information se retrouve dans un article anglophone sur le site web World News Daily Report (WNDR), le 19 mars 2021. 

Capture d'écran de l'article du site World News Daily Report, réalisée le 12 avril 2021

Or, ce site a pour devise "les faits n'ont pas d'importance" : il s'agit en réalité d'un site satirique, comme précisé sur sa page intitulée "Avertissement". WNDR y explique "assumer l'entière responsabilité pour l'aspect satirique de ses articles et la nature fictionnelle de ses contenus".

Le site précise également que "tous les personnages cités dans les articles que nous publions - même ceux qui s'inspirent de personnes réelles - sont fictionnels, et toute ressemblance avec des personnages existants, vivants ou décédés, relève du miracle".

Capture d'écran du site World News Daily Report, réalisée le 12 avril 2021

Plusieurs sites d'actualités africaines ont relayé presque à l'identique cet article, en omettant de préciser qu'il s'agissait d'un texte satirique (1, 2...). Plusieurs publications virales sur Facebook citent notamment comme source le site AfrikMag. Au 15 avril 2021, l'article d'origine est introuvable sur ce site, mais le cache de Google permet de le consulter.

Capture d'écran d'une version archivée du site afrikmag.com, réalisée le 15 avril 2021

Des images de la douane chinoise sorties de leur contexte

Une recherche d'images inversée sur le moteur de recherches Bing permet en outre de retrouver l'origine de la photo qui accompagne les publications virales. Elle apparaît dans un rapport publié en 2020 par le site du service des douanes de Chine.  

Selon ce site, cette image a été prise lors de l'interception par la douane chinoise d'une cargaison de 820 kilogrammes d'écailles de pangolins, arrivées illégalement sur le territoire chinois. La légende en mandarin de cette image précise en effet que celle-ci montre "les douaniers interceptent des écailles de pangolin suspectées d'être de la contrebande dans un entrepôt de stockage". 

Capture d'écran du site customs.gov.cn, réalisée le 12 avril 2021

Une autre recherche d'images inversée, cette fois sur le moteur de recherches TinEye, permet de remonter à la source de l'autre photo qui apparaît dans l'article satirique de World Daily News Report: on la retrouve sur la banque d'images Alamy

Selon cette plateforme, elle montre "le vice-président de l'administration générale des douanes chinoises Hu Wei (2e gauche)" lors d'une conférence de presse à Pékin, la capitale chinoise, le 15 avril 2019. Les trois autres personnes visibles ne sont pas identifiées.

Capture d'écran du site de la banque de photos Alamy, réalisée le 15 avril 2021

Une journaliste de l'AFP basée à Hong-Kong a par ailleurs confirmé qu'aucune des plaques qui figurent devant les quatre hommes n'affichait le nom "Li Wu", le porte-parole fictionnel mentionné par l'article de WDNR. Depuis le 13 avril 2021, le porte-parole de l'Administration générale des douanes chinoises est Li Kuiwen, selon l'agence de presse étatique chinoise Xinhua.

Traduction et adaptation :
Marion Lefèvre