Un Nigérian meurt après avoir bu dans un caniveau pour fêter la victoire du président Buhari ? Il est vivant, et nous l'avons rencontré

Copyright AFP 2017-2023. Droits de reproduction réservés.

Des posts Twitter et Facebook et des articles d'importants journaux nigérians affirment qu'un fervent partisan du président Muhammadu Buhari est décédé après avoir célébré la réélection du chef de l'Etat nigérian. Son décès serait dû à l'ingestion d'eau provenant d'un caniveau. C'est faux : l'AFP a rencontré cet homme vendredi 22 mars 2019, plusieurs semaines après avoir été annoncé mort par ces publications.

Un Nigérian est-il décédé après avoir bu de l'eau provenant d'un caniveau ? C'est ce qu'affirment des publications partagées plusieurs milliers de fois, selon lesquelles un homme, présenté comme Bala Haruna et vivant à Bauchi (nord-est), célébrait la victoire à l'élection présidentielle du 23 février de Muhammadu Buhati en s'immergeant dans un caniveau.

La très populaire blogueuse nigériane Linda Ikeji et le site Legit - site d'information en ligne le plus visité au Nigeria d'après le site d'analyse du trafic Alexa - ont été parmi les premiers à diffuser la nouvelle, fin février.

Quelques jours plus tard, un compte Twitter intitulé "NaijaVirals"  --suspendu depuis -- a partagé la même image, accompagné du texte suivant (en anglais) : "Bala Haruna, le garçon qui avait juré de boire de l'eau dans un caniveau si Buhari gagnait les élections, est mort. Il a été transporté d'urgence à l'hôpital après s'être plaint de douleurs abdominales et de pertes de sang dans les selles. Après une série de tests, il a été établi qu'il souffrait d'hémorragie gastro-intestinale."

Capture d'écran d'une archive du tweet par le compte NaijaVirals, suspendu depuis

L'information a également été partagée par le sénateur nigérian Ben Murray-Bruce sur Facebook et Twitter, et publiée par certains des journaux les plus lus au Nigeria, dont le Guardian Nigeria.

Capture d'écran réalisée sur Facebook le 26 mars 2019
Capture d’écran réalisée sur Facebook le 26/03/2019

JE M'APPELLE ALI MOHAMMED SANI, ET JE SUIS VIVANT

L'AFP a enquêté et retrouvé l'homme en question. Lors de sa rencontre à Bauchi avec un correspondant de l'AFP, l'homme a dit s'appeler Ali Mohammed Sani, avoir 23 ans et travailler en tant que peintre.

Avant l'élection présidentielle, il avait promis de "plonger dans une canalisation et d'y boire si Buhari gagnait les élections". Il a tenu parole.

"Je l'ai fait pour prouver à certains de ses opposants dans mon quartier à quel point j'aimais Buhari. J'étais l'objet de leurs moqueries et de leurs insultes à cause de mon soutien inconditionel", raconte-t-il.

Sani montre à l'AFP le caniveau auquel il s'est abreuvé le 22 mars 2019 (Muazu Hardawa)

Le jeune homme explique que la plupart des habitants de son quartier soutenaient Atiku Abubakar, principal concurrent de Buhari issu du Parti démocratique du peuple (PDP).

"Dès que la victoire de Buhari à l'élection a été annoncée, je suis sorti de chez moi et j'ai réalisé la promesse que je m'étais faite", explique-t-il. "Il fallait que je leur prouve que mon admiration pour Buhari, ce n'étaient pas que de mots."

"La nouvelle de ma mort a de toute évidence été montée par des soutiens du PDP qui cherchaient à ternir l'image de Buhari, mon héros, en racontant au monde entier que la personne qui avait plongé par amour pour lui dans le caniveau en était morte. Et que Buhari ne ferait rien pour s'assurer de son état de santé et la remercier de son soutien", affirme-t-il.

En l'absence de services de collecte des déchets ménagers efficaces au Nigeria, certains caniveaux sont remplis de déchets et de déjections. S'immerger dans ces eaux usées -- ou les boire -- est donc fortement déconseillé.

Ali Mohammed Sani assure ne pas avoir eu de problèmes de santé après coup, à part une irritation des yeux.

"Ca s'est arrêté au bout de deux jours", dit-il.

Traduit de l'anglais par Geoffrey Fernandez