Non, l'hôpital de Garches ne va pas "fermer" pour "museler" le professeur Perronne

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Des publications partagées plus de treize mille fois sur Facebook en cinq jours, affirment que l'hôpital de Garches, où travaille le professeur Christian Perronne, va être fermé par le ministre de la Santé Olivier Véran afin de "museler" cet infectiologue, "détracteur" du gouvernement durant la crise sanitaire actuelle. C'est faux selon des documents officiels consultés en ligne par l'AFP. L'hôpital de Garches va en réalité déménager en 2028 à Boulogne-Billancourt et cette décision remonte à 2017, soit trois ans avant la pandémie et la nomination d'Olivier Véran comme ministre.

Des publications Facebook partagées plus de 13.000 fois en cinq jours accusent le ministre de la Santé Olivier Véran de "museler ses détracteurs" en fermant l'hôpital Raymond Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), où travaille le professeur Christian Perronne, très critique des autorités sanitaires françaises ces derniers mois.

Capture d'écran prise le 15 décembre 2020

Durant la pandémie de Covid-19, cet infectiologue qui compte 50.000 abonnés sur Facebook, a multiplié les déclarations polémiques et erronées,  notamment autour de l'hydroxychloroquine, de la rémunération des médecins, ou des vaccins à ARN.

Le ministre de la Santé a-t-il décidé de fermer l'hôpital de Garches afin de "museler" ce professeur à la fois très suivi et controversé, comme le prétendent ces publications virales ? 

C'est faux, selon des documents publiés en ligne et consultés par l'AFP. En réalité, la fermeture de l'hôpital de Garches a été décidée en juillet 2017, près de trois ans avant l'apparition du Covid-19 et la nomination d'Olivier Véran comme ministre.

Cette décision n'a donc aucun lien avec les prises de position de Christian Perronne sur le Covid-19, comme l'ont déjà démontré nos confrères de LCI.

De plus, il ne s'agit pas d'une fermeture pure et simple, mais d'un "transfert des activités" de l'hôpital de Garches vers le site de l'hôpital Ambroisé Paré à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), précise la direction de l'AP-HP (Hôpitaux de Paris) dans un document daté d'avril 2018, disponible sur le site internet de l'hôpital de Garches (voir ci-dessous).

Capture d'écran du document PDF "Construire ensemble" disponible sur le site internet de l'hôpital de Garches

L'annonce avait été qualifiée de "brutale" par les syndicats qui redoutaient un "démantèlement des équipes existantes" de cet hôpital spécialisé dans la prise en charge du handicap des enfants, écrivions-nous dans une dépêche AFP publiée le 3 août 2017.

A l'époque, la direction assurait que les équipes soignantes "ont vocation à travailler dans le nouvel hôpital", dont la construction est prévue sur le site de l'hôpital Ambroise-Paré de Boulogne, distant "de sept kilomètres".

De fait, M. Perronne, actuellement chef de service à l'hôpital de Garches, pourrait donc continuer à travailler dans le nouvel établissement s'il le souhaite et n'est donc pas "muselé", comme l'affirment les publications Facebook.

Evoqué au Sénat le 5 novembre 2020 par le sénateur communiste des Hauts-de-Seine Pierre Ouzoulias, ce projet de déménagement est toujours qualifié de "projet de démantelement" par ses détracteurs.

Il permettra, au contraire, "de doter les Hauts-de-Seine d'un nouveau plateau technique de pointe et de renforcer l'offre de soins sur le territoire" défend pour sa part, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Santé, Adrien Taquet.

Les débats, passés et actuels, sur le transfert de l'hôpital de Garches concernent essentiellement son impact futur sur la couverture hospitalière dans le département, et n'ont donc aucun rapport avec les positions de Christian Perronne sur la pandémie de Covid-19 en 2020.

Enfin, le gouvernement, via le Comité interministériel de la performance et de la modernisation de l'offre de soins hospitaliers (Copermo) "a donné un avis favorable à l’éligibilité" de ce déménagement en septembre 2019, explique la communication de l'AP-HP à l'AFP, dans un courriel envoyé le 16 décembre 2020.

Cette décision a donc eu lieu sept mois avant la nomination d'Olivier Véran comme ministre des Solidarités et de la Santé, contrairement à ce qu'affirment les publications virales. 

Selon le "calendrier prévisionnel", le "transfert de l'ensemble des activités" vers l'hôpital de Boulogne-Billancourt, devrait se faire en 2028, toujours selon la communication de l'AP-HP.