Non, les Américains n’ont pas jeté ces Corans pour les remplacer par une nouvelle version

Une publication virale montrant des Corans entassés au sol affirme qu’ils ont été jetés là par “les Américains” qui veulent les remplacer par de “nouveaux corans” dont ils ont “modifié des propos”. Il s’agit en réalité d’exemplaires endommagés, jetés en 2016 par l’ambassade d’Arabie Saoudite au Maroc, en vue de leur destruction.

(Capture d’écran Facebook datant du 10 février 2020)

La publication a été partagée plus de 18.000 fois depuis le 2 février.

Cette pile de livres saints musulmans entassés sur un sol en sable, non loin d’un bosquet d’arbres, est l’"oeuvre des americains, ils ont fabrique des nouveau corans dans lequel il ont change ou modifie des propos” (sic), affirme l’auteur, en appelant à partager sa publication “pour informer tout les musulmans de cette piege” (sic).

Aucune indication de date, ni de lieu n’est donnée.

 Cette photo a en réalité déjà été utilisée à plusieurs reprises sur la Toile ces dernières années.

Une recherche d’images inversée la fait notamment apparaître sur deux vidéos YouTube en arabe, publiées en juillet et octobre 2017. Les titres et les propos reprennent la même idée : une attaque américaine contre l’islam et le Coran.

“Le livre du monothéisme (ou de l'unicité), une attaque américaine contre l’Islam, une malédiction contre l’Amérique et les Juifs”, indique l’une. “L’Amérique a déformé le Noble Coran et l'a publié dans un nouveau livre intitulé !!! Livre du monothéisme (ou Livre de l'unicité)”, lance l’autre.

L'occurrence la plus ancienne de cette photo sur le web remonte au 4 octobre 2016 sur le site iranien iqna.ir.

(Capture d’écran datant du 13 février 2020)

Ce site, qui se présente comme une “Agence Internationale de presse coranique” et “le seul centre d’information coranique spécialisé, dans les pays musulmans, qui s’efforce de rapporter les évènements d’Iran et du monde”, affirme alors qu’il s’agit de “livres religieux jetés dans les poubelles près de l’Ambassade saoudienne au Maroc”. 

 Les auteurs de ce bref article donnaient des explications sur le contexte de la photo. “Les responsables saoudiens ont déclaré qu’ils avaient demandé aux employés marocains de l’ambassade de brûler ces livres endommagés par des intempéries”, écrivaient-ils.

Cette image était également ressortie en début d’année pour illustrer des publications dénonçant les persécutions subies par les Ouïghours, minorité musulmane de Chine.

Elles avaient été vérifiées par l'AFP le 20 janvier dans un article en anglais intitulé “Des rapports crédibles documentent la persécution des musulmans ouïghours au Xinjiang – mais une seule de ces photos a été prise en Chine”.

(Capture d’écran datant du 10 février 2020 )

Les journalistes avaient retrouvé la photo, publiée à la même date du 4 octobre 2016 (quelques heures après celle du site iqna.ir), sur le site d’information iranien en anglais IFP News.

Ce dernier reprenaient les mêmes explications, sourcées du site d'information saoudien ajel.sa : "Les livres étaient conservés dans le sous-sol de l'ambassade où ils avaient été exposés à la pluie. Des officiels ont affirmé avoir demandé à des employés de déplacer les livres à l'extérieur pour les brûler dans un endroit sûr, mais leurs demandes ont été ignorées par les employés qui ont visiblement jeté les livres par terre".

Sadia Mandjo