Non, le président rwandais Paul Kagame n’a pas affirmé que l’Afrique du Sud devrait être exclue de l’Union Africaine

Le président rwandais Paul Kagame aurait affirmé, d'après des publications sur les réseaux sociaux, que l’Afrique du Sud ne devrait plus être membre de l’Union Africaine suite aux violences xénophobes de septembre. Ces publications sont fausses : Paul Kagame n’avait aucune conférence de prévue au jour mentionné dans ces publications, et Yolande Makolo, l’une de ses plus proches conseillères, a qualifié cette rumeur de “pure fabrication”. 

“Paul Kagame propose la suspension de l’Afrique du Sud dans l’Union Africaine”, lit-on sur un post publié sur Facebook le 8 septembre, et partagé 1.000 fois depuis. Deux photographies l’accompagnent : sur la première, le président rwandais Paul Kagame. Sur la seconde, un mozambicain de 35 ans, Ernesto Alfabeto Nhamuave, est brûlé vif sous l’oeil de deux policiers. Cette photographie a été prise en Afrique du Sud pendant une autre crise de violences xénophobes, 2008, ainsi que le rapportait l’AFP. Des versions similaires de cette publication ont également circulé en anglais : l’AFP les a archivées ici et

(Capture d'écran Facebook datée du 20 septembre )

Ce post est un copier-coller d’un article du pureplayer Benin Web TV. Ce site, connu pour diffuser de très nombreuses fausses informations, avait par exemple été à l’origine de la rumeur portant sur la création d’un collectif de quatre femmes militant pour que leur maris aient quatre épouses. 

Dans cet article publié le 14 septembre, Benin Web TV affirmait qu’au cours d’une conférence de presse, Paul Kagamé aurait annoncé l’accueil des Africains bloqués en Libye sur son territoire, et suggéré que l’Afrique du Sud soit retirée de l’Union Africaine. L’article a depuis été supprimé, mais il est toujours visible en cache - l’AFP l’a archivé ici

Cette annonce aurait eu lieu lors d’une conférence de presse le 10 septembre au siège de l’UA à Addis-Abeba, en Ethiopie. Or, si le Rwanda a bien annoncé à cette occasion l’accueil de 500 migrants dans les semaines à venir, ainsi que le rapportait l’AFP dans une dépêche datée du 10 septembre, il n’a jamais été question d’exclure le Rwanda de l’Union Africaine.

Le reporter Robbie Corey-Boulet couvrait cette conférence pour l’AFP. “M. Kagame n’y était pas”, a-t-il déclaré à AFP Factuel. “De plus, personne n’a parlé de l’Afrique du Sud, et encore moins de son hypothétique exclusion”. 

Sur Twitter, Yolande Makolo, l’une des plus proches conseillères de M. Kagamé, a démenti cette rumeur en interpellant un journaliste du Watan, principal quotidien algérien, qui s’en était fait l’écho. L’article erroné du Watan a depuis été supprimé. En revanche, l’article d’Abidjan TV également mentionné par Mme Makolo était toujours visible à l’heure de l’écriture de ces lignes. 

Dans une dépêche datée du 17 septembre, l’AFP rapportait qu’après la vague d'attentats xénophobes survenue ces deux dernières semaines dans les townships, à Johannesburg et à Pretoria, l'ex-ministre Jeff Radebe avait été désigné par le président sud-africain Cyril Ramaphosa pour aller porter la parole du président, ses excuses et ses réassurances auprès des dirigeants africains dont les réactions de plus en plus vives suscitent des craintes à Pretoria.

Au moins douze personnes ont perdu la vie dans ces violences xénophobes ayant éclaté depuis le mois de septembre en Afrique du Sud.