Non, la Chine n’a pas légalisé la consommation de fœtus de bébés morts issus d’avortements

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Une rumeur virale appuyée de photographies présentées comme étant des foetus cuisinés affirme que la consommation d’embryons morts issus d’avortements serait désormais légale en Chine. Mais cette rumeur provient d’un site satirique, et les photographies censées l’étayer montrent une performance d’un artiste chinois, Zhu Yu.

Depuis leur publication sur un groupe Facebook congolais, des photographies choquantes présentées comme étant des foetus humains cuisinés ont été partagées plus de 8.000 fois. “La Chine a annoncé de nouvelles lois pour la consommation de fœtus, établissant pour la première fois leur légalité dans un marché colossal de la nourriture fortifiante”, lit-on dans le texte accompagnant ces trois photographies. 

Ces photographies ont également été partagées par la page ivoirienne Great Magazine, le 5 novembre 2018. Elles ont généré près de 500 commentaires, certains dénonçant “l’inhumanité” des Chinois et appelant à les “chasser de l’Afrique”. 

(Capture d'écran de la page Great Magazine du 6 août)

La Chine a-t-elle "légalisé la consommation de foetus"? 

Une recherche des termes “La Chine a annoncé de nouvelles lois pour la consommation de fœtus, établissant pour la première fois leur légalité dans un marché colossal de la nourriture fortifiante” renvoie à un article du site SecretNews daté du premier mai 2017. On y retrouve, mot pour mot, les affirmations véhiculées dans les posts Facebook viraux affirmant que les Chinois mangent des foetus. 

Or, SecretNews précise dans la rubrique “à propos/contact” de son site que ses contenus sont parodiques. “La plupart des informations présentes sur ce site sont probablement fausses, publiées dans un but satirique et humoristique elles ne peuvent être tenues comme authentiques”, lit-on. 

Tous les dignitaires cités dans cet article ne sont ainsi que pure fiction. Il n’existe pas, en Chine, de ministère “de la naissance et des maternités”, et le nom de Lau Xaoling, qui, selon SecretNews, aurait annoncé lors d’une conférence de presse que “la Chine serait devenu le plus gros marché mondial pour la consommation de bébés morts”, n’a jamais été celui d’un dignitaire chinois.

Il en va de même pour “Dada Chuxong”, dont le nom ne renvoie à rien d’autre, sur internet… Qu’à des sites internet copiant l’article de SecretNews, à l’instar du site Dakar Soir

D’où viennent ces photographies ? 

Une recherche d’images inversée* permet de remonter à la source de ces photographies. Elles ne montrent pas des pratiques cannibales en Chine, mais une performance de l’artiste chinois Zhu Yu (on retrouve une image similaire de lui ici).

Zhu Yu, qui se présente comme “le premier artiste anthropophage”, est connu pour ses mises en scène macabres incluant des organes hyper-réalistes et des poupées ressemblant à des foetus que M. Zhu fait semblant de manger.

“Ce travail parle de la nature humaine et de la nature de Dieu”, explique l’artiste dans un documentaire diffusé par la société de production britannique ZCZ Films, diffusé en 2003 (dont des extraits sont visibles ici).

* sur le navigateur Google Chrome, il suffit pour cela d'effectuer un clic droit sur une image 
et de cliquer sur "Rechercher une image avec Google"
Anne-Sophie Faivre Le Cadre