D.R. Congo former president Joseph Kabila (L) chats with Namibia's former president Sam Nujoma as Zambia's former president Rupiah Banda (R) looks on September 14, 2019 during the farewell ceremony for the late former Zimbabwe president at the capital Harare's National Sports Stadium (Photo by TONY KARUMBA / AFP) (AFP / Tony Karumba)

Non, Joseph Kabila n'a pas trouvé refuge à Cuba après avoir obtenu un "visa long séjour" dans ce pays

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Des publications Facebook partagées plusieurs centaines de fois depuis le 17 décembre affirment que Joseph Kabila s'est exilé à Cuba, où il aurait obtenu un "visa de long séjour". C'est faux: l'ancien président congolais se trouve toujours en RDC, où il effectue un séjour dans la région de Katanga. Contactée par l'AFP, l'ambassade de Cuba à Kinshasa a par ailleurs démenti lui avoir délivré un titre de séjour.

"URGENT: KABILA S'EST ENVOLÉ VERS CUBA AVEC SA FAMILLE", affirme une publication Facebook partagée plusieurs centaines de fois depuis le 17 décembre. En lien: une vidéo dans laquelle une personne se présentant comme un membre de la diaspora congolaise s'agace de cette "fuite".

"Nous venons d’apprendre que Joseph Kabila a quitté le Congo clandestinement (...) Les gouverneurs du Katanga se sont arrangés pour faire disparaître cet homme", dénonce cette personne, qui appelle à "faire pression sur le gouvernement central" afin que l'ancien président de la République démocratique du Congo soit "arrêté". Il ne faut pas que Kabila puisse passer "le reste de son temps sur des plages", insiste-t-il.

Cette vidéo, relayée sur de multiples pages Facebook (1, 2, 3...), fait écho à une série de posts publiés entre le 15 et le 16 décembre selon lesquels l'ancien chef d'Etat congolais aurait choisi de prendre la "fuite", après avoir obtenu un "visa d'entrée" délivré par l'ambassade de Cuba à Kinshasa.

Ses émissaires viennent d'obtenir de la Havane à Cuba qu'il lui soit appliqué par l'ambassade de Cuba à Kinshasa un visa d'entrée et de long séjour sur le territoire national de Cuba", écrit ainsi un utilisateur Facebook dans un message partagé 330 fois depuis sa diffusion. Il est "en train de fuir seul" vers Cuba, assure  un autre internaute, dans un message partagé une centaine de fois.

Signe de la viralité de cette rumeur: l’outil d’analyse des réseaux sociaux CrowdTangle a recensé 911 publications intégrant les mots clé "Cuba visa long séjour Joseph Kabila" depuis le mois de novembre, dont de nombreux posts montrant une photo où l’on voit l’ancien président congolais et père de Joseph Kabila, Laurent-Désiré Kabila, serrer la main de Fidel Castro.

Capture d’écran d'une page de recherche sur Crowdtangle, réalisée le 18 décembre 2020

Pourtant, Joseph Kabila est toujours bel et bien présent en RDC, où il effectue depuis plusieurs jours un séjour dans la région de Katanga. Selon plusieurs médias locaux, l'ex-président de la RDC est arrivé à Lubumbashi le vendredi 18 décembre (12...). 

Les images de son arrivée ont été diffusées sur plusieurs comptes twitter, et notamment sur le compte officiel de l’une de ses conseillères en communication.

Contactée par l’AFP, l’ambassade de Cuba à Kinshasa a par ailleurs démenti avoir délivré un visa à Joseph Kabila. “C’est un mensonge, nous n’avons reçu aucune demande de visa au nom de la famille politique ou biologique de Joseph Kabila l’ex-président congolais”, a-t-elle affirmé.

Cuba et la RDC entretiennent des relations diplomatiques étroites de longue date. Au milieu des années 1960, l'île communiste avait envoyé plusieurs centaines de soldats dans le pays, sous la houlette du révolutionnaire argentino-cubain Ernesto "Che" Guevara, venu soutenir les rebelles Simba, dont l'un des dirigeants était Laurent-Désiré Kabila, père de Joseph Kabila.

Selon Radio France International, c’est à Cuba que Laurent-Désiré Kabila ( le père de Joseph Kabila, ndlr) a appris, en 1997, que ses alliés militaires préparaient un coup d’Etat contre lui. Il avait alors interrompu son séjour pour revenir en urgence en RDC.

La rumeur du faux départ de Joseph Kabila survient dans un contexte de tensions politiques en RDC. Le président Félix Tshisekedi, élu en 2018, avait conclu suite à son élection un partenariat avec son prédécesseur Joseph Kabila, qui a gardé la majorité parlementaire à travers sa plateforme politique, Front commun pour le Congo (FCC). Mais cet partenariat a été rompu le 7 décembre dernier, après des mois de désaccords.

Cette crise politique a été attisée ces dernières semaines par de multiples rumeurs et fausses informations sur les réseaux sociaux, analysée dans un précédent article de fact-checking de l'AFP.