Non, Didier Raoult n’a pas déclaré que le Covid-19 a été créé par la Chine et les Etats-Unis afin de nuire à l’Afrique

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Une publication très virale, partagée plus de 165.000 fois sur Facebook, depuis le 10 mai, prétend que l’infectiologue Didier Raoult a déclaré que “le Covid-19 a été créé par les États-Unis et la Chine, (afin) de provoquer plus de 30 millions de morts en Afrique”. C’est faux. Contacté par l’AFP, l’IHU-Marseille dirigé par le Pr Raoult a démenti ces propos. De plus, les scientifiques s’accordent pour dire que le nouveau coronavirus est d’origine animale et n’a pas été créé par l’homme. 

Je voudrais dire à tous les Africains, que le coronavirus a été créé par les Etats-Unis et la Chine dans le but d’anéantir l’Afrique”: une publication ultra-virale prête ses propos au professeur Didier Raoult

Cette maladie avait pour but de tuer “plus de 30 millions d’Africains”, assure le texte avant d’affirmer qu’un “nouveau virus” est en préparation en Chine.

(Capture d'écran Facebook datée du 14 mars 2020)

La publication accuse également de “complicité” Bill et Melinda Gates, dont la fondation est régulièrement la cible d’attaques complotistes, comme l’a expliqué l’AFP dans plusieurs vérifications (1, 2). 

Cette affirmation a également été relayée par d’autres publications, comme celle-ci, partagée plus de 3.700 fois. 

Contacté le 14 mai par l’AFP, l’Institut Hospitalo-Universitaire de Marseille que dirige le professeur Didier Raoult a affirmé que l’infectiologue n’a “jamais pris position sur ce sujet”.

Didier Raoult bénéficie d’une grande notoriété sur le continent africain pour ses prises de position affirmant que l'hydroxychloroquine, associée à l’azithromycine, est un traitement efficace contre le nouveau coronavirus.

La chloroquine est un dérivé de synthèse de la quinine bien connu en Afrique car il est utilisé pour soigner le paludisme, dont 93% des cas sont enregistrés sur le continent. 

Des études cliniques sont en cours pour évaluer l’efficacité de la chloroquine, contestée par une partie de la communauté scientifique et des autorités médicales. 

Des chefs d’Etats de plusieurs pays africains, dont la Côte d’Ivoire et le Sénégal -où il est né- ont également autorisé des tests sur leur territoire. Au Sénégal, les autorités ont, elles, annoncé le 2 mai vouloir poursuivre les prescriptions de l'hydroxychloroquine aux malades du Covid-19 après une analyse "préliminaire" montrant une réduction de la durée d'hospitalisation.

Sa thèse est très relayée sur les réseaux sociaux africains. Son nom est devenu un gage de confiance et est désormais utilisé pour accréditer diverses rumeurs.

Le nouveau coronavirus a une origine naturelle

L‘une des plus tenaces affirme que le nouveau coronavirus, apparu en décembre dans la ville de Wuhan (Chine) n’est pas d’origine animale mais a été fabriqué par l’homme en laboratoire. 

Pourtant, les nombreuses analyses des génomes du SARS-Cov2, nom scientifique du nouveau coronavirus, menées depuis des mois concluent à une origine naturelle.

Le nouveau coronavirus est très probablement né chez la chauve-souris, avant d’être transmis à l'homme par l'intermédiaire d’une autre espèce animale. Des chercheurs chinois ont affirmé que cet animal intermédiaire pourrait être le pangolin, petit mammifère à écailles menacé d'extinction.

"La plupart des virus émergents viennent d'un réservoir animal", a expliqué début avril à l’AFP Etienne Simon-Lorière, spécialiste des virus à ARN (acide ribonucléique, code génétique à double hélice semblable à celui de l’ADN, ndlr) à l’Institut Pasteur, à Paris. 

"Si un scientifique, aussi génial soit-il, cherchait à créer un virus, ce serait infiniment trop complexe car il s'agirait de créer quelque chose d'entièrement nouveau", estime-t-il. 

"Ce qu'on pourrait tenter de faire, c'est de créer quelque chose à partir d'éléments de virus déjà connus, comme le SARS-CoV-1 par exemple", imagine le chercheur. “Mais alors on aurait des indications dans la séquence d'ARN qui correspondrait à des parties de génomes de virus déjà connus", ce qui n’est pas le cas, souligne-t-il.

Marie-Paule Kierny, virologue, vaccinologiste et experte en santé publique, écarte également l'hypothèse que le virus proviendrait d’une “manipulation au laboratoire” d’un quelconque autre virus. 

Le séquençage de l’ARN du virus SARS-2 CoV montre que la séquence d’un coronavirus de chauve-souris RaTG13 isolée en Chine est le plus proche parent du SARS-2, et un particulier des souches qui ont précocement circulé à Wuhan”, a détaillé cette directrice de recherche à l'Inserm, le 6 avril.

Le 19 février, une trentaine de scientifiques de différents pays a condamné “les théories complotistes qui suggèrent que le Covid-19 n’a pas d’origine naturelle”, dans une tribune publiée dans la prestigieuse revue scientifique The Lancet. 

L’Afrique, continent le moins touché

La publication affirme que l’objectif de ce virus créé artificiellement était de faire “plus de 30 millions de morts en Afrique”. 

Pour l’instant, l’Afrique est le continent le moins touché par le nouveau coronavirus. Au 14 mai, 2.500 morts y avaient été officiellement recensés, selon un décompte établi par l’AFP à partir de sources officielles.

Plus de 70.000 cas d’infection ont été recensés, soit 1,6% du total mondial, alors qu'il représente 17% de la population mondiale.

Au total, la pandémie a fait au moins 297.259 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon le bilan établi par l'AFP le 14 mai. 

 
Sadia Mandjo