Non, CNN n’a pas affirmé que le vaccin contre le Covid-19 pouvait favoriser le cancer du sein

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Selon un message partagé sur plusieurs pages Facebook, le média d’information international CNN aurait écrit que le vaccin contre le Covid-19 pouvait favoriser le “cancer du sein” et “d’autres formes de cancer”. C’est faux: l’article auquel ce post fait référence explique que certaines femmes ont constaté l’apparition de gonflements au niveau de la poitrine après s’être faites vacciner, mais assure que les craintes ne sont pas justifiées. Selon les experts interviewés dans l’article, ces réactions physiques sont une réponse biologique normale de l’organisme.

Il est possible que les gens qui sont vaccinés contractent le cancer du sein et d’autres formes de cancer”: voilà le message martelé par plusieurs publications Facebook en République démocratique du Congo (RDC), qui prétendent relayer un article du média d’information CNN international. 

Selon ces publications (1, 2, 3), un “gonflement inhabituel” aurait été observé chez des personnes vaccinées, au niveau de la poitrine. Une situation jugée inquiétante par une partie des internautes, qui assimilent dans leurs commentaires le vaccin contre le Covid 19 à un “poison”.

Capture d’écran Facebook, réalisée le 08 mars 2020

Pourtant, l’article de CNN n’affirme à aucun moment que le vaccin pourrait provoquer le cancer. Son titre se veut d’ailleurs rassurant: “Des gonflements découverts lors de mammographies chez des personnes vaccinées contre le covid-19 créent une panique inutile chez les patientes, selon des radiologues”.

Des grosseurs à ne pas confondre avec une tumeur 

Selon cet article, publié le 3 mars 2021, des radiologues aux Etats-Unis ont en effet vu arriver dans leurs cabinets des femmes victimes de “gonflements” au niveau de la poitrine, interprétés comme un possible début de cancer alors qu’il s’agissait d’un effet secondaire de la vaccination.

Cette situation a pu conduire les médecins à effectuer des “biopsies inutiles”, souligne CNN. D’après le média américain, la Société d’imagerie mammaire (Society of breast imaging) a publié un avis en janvier invitant les médecins à vérifier en amont avec leurs patients s’ils ont reçu une dose de vaccin, et si oui à quelle date.

La biopsie consiste à prélever un petit fragment de peau ou d’organe afin de l’examiner au microscope. Cet examen, indispensable pour diagnostiquer un cancer, est pratiqué sous anesthésie locale mais est souvent vécu comme désagréable et anxiogène par les patients.

Dans l’article de CNN, les experts interrogés ne minimisent pas les risques potentiellement liés à des gonflements ganglionnaires, appelés également ganglions lymphatiques. Mais ils appellent le corps médical et les patientes à la vigilance, pour éviter des “inquiétudes inutiles” sur le cancer.

Si une femme a été vaccinée sur le bras du côté des grosseurs et des gonglements ganglionnaires, c’est une réponse biologique normale et attendue. Pas besoin de faire appelle à l’imagerie médicale”, insiste dans l’article le docteur Lars Grimm, professeur en radiologie à l’université de Duke, en Caroline du Nord. 

Aucun lien mis en évidence

Ce n’est pas la première fois qu’une rumeur faisant le lien entre le vaccin contre le covid-19 et le cancer du sein circule sur les réseaux sociaux. Les journalistes de l’AFP Factuel en Allemagne ont ainsi vérifié le 3 mars des publications en ce sens partagées plus de 200.000 fois sur la messagerie cryptée Télégram.

La fausse information, dans ces publications, était partie d’une mauvaise interprétation des consignes diffusées par le fournisseur de soin américain Intermount healthcare, qui a appelé ses patients à attendre quatre à six semaines après la deuxième dose de vaccin avant de passer une mammographie.

L’objectif, là encore, était d’éviter que le diagnostic établi lors de la radiographie ne soit perturbé par les effets secondaires de la vaccination.

Contacté par l’AFP le 03 mars, un porte-parole d’Intermountain Healthcare, Glen Beeby, a assuré qu’”aucun” médecin de l’entreprise n’avait “affirmé que le vaccin provoque le cancer du sein.” La nouvelle consigne a été diffusée justement pour “éviter la panique”, a insisté ce porte-parole.

Image d’une macrobiopsie par mammotome réalisée le 8 mars 2006 à l'Institut Curie à Paris. (AFP / Joel Saget)

A l’heure actuelle aucune étude scientifique n’a mis en évidence de lien entre le vaccin anti-Covid-19 et le cancer du sein. Les malades du cancer, personnes à risque dont le système immunitaire peut être affaibli par le cancer et ces traitements, sont même encouragés par les autorités sanitaires à se faire vacciner. 


Selon les Nations unies, le cancer du sein est le cancer le plus fréquent et le plus meurtrier chez la femme, devant le cancer du poumon et le cancer colorectal. En 2020, le cancer du sein a provoqué 685.000 décès dans le monde, selon le Centre international de recherche contre le cancer (CIRC).