Non, cette photo ne montre pas une récente manifestation contre la présence de l'armée française au Niger

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Des publications partagées plus de 500 fois depuis le 21 mai sur Facebook prétendent relayer une photo d’une manifestation "contre la présence des forces armées françaises" au Niger. Attention: cette photo a bien été prise à Niamey, la capitale nigérienne, mais en 2017, lors d'une manifestation contre la loi de finances prévue par le gouvernement. Selon une correspondante de l'AFP dans le pays, il n'y a eu aucune manifestation contre l'armée française récemment, ni à Niamey, ni dans aucune autre grande ville nigérienne. 

"INFO DIRECT", alertent plusieurs internautes: une "manifestation [est] en cours au Niger" pour protester "contre la présence des forces armées françaises" dans le pays. Selon les auteurs de ce message, les manifestants entendent dénoncer le "néocolonialisme" de la France et réclamer "le départ immédiat de l'armée française".

Le texte de ces publications s'accompagne d'une photo où l'on voit un manifestant  en veste grise lever les bras en l’air, dos à l'objectif, des pierres dans chaque main. Face à lui, une foule s’affaire devant un feu d’où s’échappe une épaisse fumée noire. "Le néocolonialisme touche à sa fin car la vérité se propage sur le continent", conclut le message.

Capture d'écran d'une publication Facebook, réalisée le 26 mai 2021

Ces publications ont été partagées plus de 500 fois depuis le 21 mai sur Facebook (1, 2, 3, 4…). 

Une manifestation anti-loi budgétaire en 2017

Si cette photo a bien été prise au Niger, elle ne montre pas une manifestation récente contre la présence des forces armées françaises présentes dans ce pays. 

Grâce à une recherche d'images inversée sur le moteur de recherches Yandex, on tombe sur la même photo répertoriée sur le site de Getty Images, une banque de photographies en ligne.

Capture d'écran d'une recherche d'images inversée sur le moteur de recherches Yandex, réalisée le 26 mai 2021

Il s'agit, selon la légende, de manifestants "qui tentent de bloquer la route lors d'une manifestation contre la loi de finances 2018 proposée par le gouvernement, à Niamey, au Niger, le 29 octobre 2017".

On retrouve ce cliché dans la base de données de l'AFP, avec la même légende. L'image a été prise par un photographe de l'agence de presse turque Anadolu, Balima Boureima. 

Capture d'écran du site AFP Forum, réalisée le 26 mai 2021

D'autres photos prises par Anadolu montrent la même scène. Sur la première, on aperçoit le manifestant en veste grise, les bras baissés cette fois-ci. Le plan, plus large, permet de mieux distinguer la foule autour de lui.

Capture d'écran du site AFP Forum, réalisée le 26 mai 2021
Capture d'écran du site AFP Forum, réalisée le 26 mai 2021

A l'époque, les manifestants ne s'étaient pas mobilisés contre l'armée française: ils protestaient contre la loi de finances 2018, qu'ils jugeaient "anti-sociale". A l'appel d'un collectif de la société civile, plus d'un millier de personnes s'étaient rassemblées sur la place Toumo, près du centre-ville, où devait se tenir un meeting de protestation contre la loi qui, selon ses détracteurs, allait créer "de nouvelles taxes et de nouveaux impôts". Des violents heurts avaient éclaté entre la police et les manifestants. 

Pas de manifestation récente contre l'armée française au Niger

Si la photo relayée sur les réseaux sociaux a été sortie de son contexte, les affirmations des publications virales sont elles aussi fausses. Selon une correspondante de l'AFP sur place, il n'y a pas eu de manifestations "anti-France" durant les jours qui ont précédé la publication de ce message sur les réseaux sociaux, ni dans la capitale, ni dans les autres grandes villes du Niger.

Seules des tensions mineures entre habitants et soldats français ont été relevées dans le pays. Le 20 mai, à Tera, une ville de l'ouest du Niger située près de la zone dite "des trois frontières" (à cheval sur le Niger, le Mali et le Burkina Faso), "des élèves de la ville ont manifesté (notamment) contre des arriérés de leurs pécules", a affirmé à l'AFP un responsable de la municipalité.

"Leur établissement est situé près de la route principale", a indiqué ce responsable, en précisant que "par pur hasard il se trouvait que des soldats français étaient de passage sur cette route". "Les protestataires les ont hués et crié sur eux" mais "c'est tout", a-t-il assuré. 

Les soldats français présents au Niger le sont au titre de l'opération Barkhane, lancée en août 2014 après l'opération Serval de 2013, et menée dans cinq pays (Tchad, Niger, Mali, Mauritanie, Burkina Faso) de la bande sahélo-saharienne. Au total, 5.100 soldats sont déployés à travers ces cinq pays. 

La sécurité dans la région du G5 Sahel, avec la mission de l'ONU, les opérations françaises Barkhane et la Force conjointe du G5 Sahel (AFP / Kun Tian, Gillian Handyside)
Marion Lefèvre