Non, ces deux photos n'ont pas été prises lors des affrontements entre l'armée tchadienne et les rebelles du FACT

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Deux photos circulant sur Facebook montrent selon les internautes qui les partagent des scènes récentes observées lors des affrontements entre l'armée nationale tchadienne et les rebelles du Front pour l'alternance et la concorde au Tchad (FACT), qui mènent depuis mi-avril 2021 une offensive depuis la Libye contre le régime tchadien. Attention : ces images ont en fait été prises il y a plusieurs années, et l'une d'entre elles a été capturée au Mali et non au Tchad.

"Le Front pour l'alternance et la concorde au Tchad a réussi à abattre encore deux hélicoptères de combat des miliciens d'Idriss Déby", alertent plusieurs internautes en partageant des photos d'un hélicoptère qui semble s'être écrasé, et d'une série de véhicules militaires en file indienne. Les rebelles du FACT serait, toujours selon ces publications, "désormais à 300 kilomètres de N'Djamena", la capitale du Tchad.

Capture d'écran d'une publication Facebook réalisée le 21 avril 2021

Ces publications ont été partagées près de 300 fois depuis le 18 avril (1, 2, 3) et circulent dans un contexte de tensions politiques et sécuritaires au Tchad. Le 11 avril, se sont déroulées les élections présidentielles dans le pays. Le président Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 30 ans, a été réélu le 19 avril avec 79,32% des suffrages exprimés. 

Il est décédé deux jours plus tard des suites de blessures reçues alors qu'il commandait son armée dans des combats contre des rebelles dans le nord, selon le porte-parole de l'armée qui s'est exprimé sur la télévision d'Etat.

Sa mort intervient après des combats meurtriers opposant des rebelles du FACT en incursion depuis la Libye et l'armée gouvernementale tchadienne. Les affrontements ont fait au moins 300 morts du côté des rebelles, assure l'armée tchadienne.

Crash d'un hélicoptère tchadien… en 2008

Cependant, ces photos datent de plusieurs années et ne montrent pas les combats actuels qui opposent rebelles du FACT et forces tchadiennes.

Une recherche d'images inversées sur le moteur de recherche Bing permet de retrouver une photo du même hélicoptère que celui dont la photo circule sur Facebook. Elle a été publiée sur un blog intitulé "Vigilante Journalist" le 22 juin 2008. 

L'hélice la plus proche de l'objectif est brisée de la même manière (rectangle rouge), la trappe sur le côté droit de l'appareil sur la photo est ouvert de la même manière et le même sac blanc se retrouve en dessous dans les deux photos (rectangle vert). Sur le flanc de la carcasse, on distingue les mots "armée de l'air tchadienne" surmontant un drapeau tchadien. 

Capture d’écran de la photo publiée sur Facebook, enregistrée le 21 avril 2021
Capture d’écran de la photo publiée sur le site Vigilante Journaliste, enregistrée le 21 avril 2021

 

Sur le blog où elle apparaît, cette image illustre un billet au sujet de la situation à Abéché (est du Tchad) en juin 2008. Une recherche inversée sur le moteur de recherches Google avec cette nouvelle image conduit ensuite à un article publié en juillet 2009 sur le site d'actualités spécialisé World Politics Review écrit par un journaliste du nom de David Axe.

Une autre photo presque identique (rectangles verts et rouges) apparaît dans ce texte, et cette fois-ci, la légende indique qu'il s'agit d'un "hélicoptère Mi-24 tchadien descendu par les rebelles" à "Abéché, au Tchad, en juin 2008", qui aurait été pris en photo par l'auteur de l'article.

Capture d’écran de la photo publiée sur le site World Politics Review, enregistrée le 21 avril 2021

Sur le profil de David Axe sur le site de photographies Flickr, on retrouve une photo d'un hélicoptère écrasé dans le désert, qui ressemble fortement au même appareil de l'image virale, pris sous un autre angle. La légende indique qu'il s'agit du même type d'appareil, un hélicoptère Mi-24, "descendu par des rebelles soudanais au Mali en mai 2008, à l'orée d'Abéché dans l'est du Tchad".

Capture d'écran du site flickr.com, réalisée le 21 avril 2021

Contacté par l'AFP, David Axe, qui est aujourd’hui journaliste spécialisé aérospace et défense pour le magazine américain Forbes, a affirmé ne pas être l'auteur de la photo virale, mais qu'il s'agit du même appareil que celui qui apparaît dans sa photo ci-dessus, publiée sur son profil Flickr. 

Elle montre selon lui un "un hélicoptère des forces aériennes tchadiennes qui s'est écrasé ou bien a été descendu près d'Abéché en 2008". David Axe renvoie notamment vers une dépêche de l'AFP en anglais qui évoque l'atterrissage "dur et forcé" d'un appareil tchadien après une attaque menée contre les rebelles dans cette région frontalière avec le Soudan, le 12 juin 2008.

Une opération contre les jihadistes au Mali en 2013

L'autre photo virale, celle où l'on voit plusieurs véhicules militaires progresser en file indienne dans le désert, a été prise en 2013 au Mali. Une recherche d'images inversée sur le moteur de recherches Bing permet de retrouver un article de Libération de 2015 illustré par cette image. 

Capture d'écran du site de Libération, réalisée le 21 avril 2021

En réalité, ce cliché a été capturé lors "d'opérations contre les jihadistes d'Aqmi et du Mujao au Mali" par le photographe Patrick Robert, indique la légende qui figure sur le site du quotidien français. Le site Jeune Afrique, qui a également publié cette photo en 2013, précise qu'il s'agit d'un "convoi d'une centaine de pick-up quittant Kidal, le 30 mars".  

Contacté par l'AFP, Patrick Robert a confirmé être l'auteur de cette photo, et qu'elle a bien été prise "au Mali", "au nord de Kidal", en 2013 - et non lors des récents affrontements entre l'armée tchadienne et les rebelles. 

Troupes de rebelles "en route" vers la capitale

Quelques heures après le décès d'Idriss Déby Itno, l'armée tchadienne a annoncé qu'un de ses fils, un général quatre étoiles à 37 ans et commandant de la garde présidentielle du nom de Mahamat Idriss Déby Itno, dirigerait un conseil militaire chargé de remplacer le président tchadien.

Le général quatre étoiles et commandant de la garde présidentielle au Tchad, Mahamat Idriss Déby Itno, fils du défunt président tchadien Idriss Déby Itno, dans un bureau de vote à N'Djamena, le 11 avril 2021. (AFP / Marco Longari)

Ce conseil militaire de transition présidé par le général, jusqu'alors chef de la redoutable Garde présidentielle, unité d'élite et garde prétorienne du régime, a dissous gouvernement et Assemblée nationale et juré que de nouvelles institutions verraient le jour après des élections "libres et démocratiques" dans un an et demi. 

Les rebelles, qui mènent depuis le 11 avril une offensive contre le régime tchadien, ont promis de marcher sur N'Djamena et rejeté "catégoriquement" ce conseil militaire. "Nous comptons poursuivre l'offensive", a assuré Kingabé Ogouzeimi de Tapol, porte-parole du FACT. 

L'histoire du Tchad indépendant est ponctuée d'épisodes de rébellions armées venues du Nord, de la Libye ou du Soudan voisin. Idriss Déby Itno était lui-même arrivé au pouvoir à la tête de forces rebelles ayant foncé sur N'Djamena.

Dans le massif du Tibesti, frontalier avec la Libye, mais aussi dans le Nord-Est qui borde le Soudan, des rebelles tchadiens affrontent régulièrement l'armée, depuis leurs bases arrière dans ces pays. En février 2019, venus de Libye pour tenter de renverser le régime, ils avaient été freinés par des bombardements d'avions de combat français sur demande de N'Djamena. En février 2008, une attaque rebelle avait déjà atteint les portes du palais présidentiel avant d'être repoussée, là aussi grâce au soutien militaire de Paris.

Marion Lefèvre