MIGRATIONS

Port d'accostage de l'Ocean Viking : attention aux déclarations politiques trompeuses sur le droit maritime

Mis à jour le 23/11/2022 à 15:53

Après trois semaines d'errance et de vives tensions politiques franco-italiennes, l'Ocean Viking a finalement accosté le 11 novembre au port français de Toulon pour y faire débarquer 234 migrants sauvés des eaux de la Méditerranée. Plusieurs personnalités politiques se sont exprimées à ce sujet, invoquant régulièrement des notions de port "sûr" et/ou "le plus proche" pour arguer du fait que le navire aurait dû accoster ailleurs qu'en France. Mais ces affirmations contiennent plusieurs imprécisions et inexactitudes. Si l'Ocean Viking a accosté loin des zones où les migrants avaient été sauvés, c'est parce qu'il n'a jamais reçu le feu vert de la Libye, Malte, ou l'Italie, comme l'a expliqué l'ONG SOS Méditerranée. Un accostage en Tunisie, comme l'a évoqué la présidente du groupe RN à l'Assemblée Marine Le Pen, était également impossible dans ce cas de figure au vu du droit maritime international. De plus, la notion de port "le plus proche" n'existe pas dans le droit, et si la notion de "lieu sûr" existe, elle est soumise à interprétation, comme l'ont expliqué des experts des migrations interrogés par l'AFP.