Le mot "Palestine" effacé de Google Maps et d'Apple Plans ? C'est trompeur

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Plusieurs publications sur Facebook et sur Twitter aimées et partagées plusieurs milliers de fois depuis le 15 juillet affirment que "la Palestine a été officiellement retirée des cartes du monde sur les cartes Google et Apple". C'est trompeur : selon Google, le mot "Palestine" n'est jamais apparu sur les cartes distribuées par l'entreprise et une cartographe confirme à l'AFP que le nom n'apparaît généralement pas sur les cartes standards utilisées en Occident. Ce sont les mots "Cisjordanie" et "Gaza" qui y figurent le plus souvent.

"Aujourd'hui, la #Palestine a été officiellement retirée des cartes du monde sur les cartes Google et Apple!", affirme la publication Facebook de la page en français de l'agence de presse palestinienne WAFA. "Google, la Palestine existe que cela plaise ou pas, elle s'appelle la Palestine et le restera 🇵🇸 ✌"

Capture d'écran d'une publication Facebook prise le 21 juillet 2020.

Trois cartes accompagnent le texte: une première montre les territoires palestiniens qui y sont appelés "Palestine" et sur la seconde, le même territoire est renommé "Cisjordanie" et "Bande de Gaza". La troisième est plus artistique et montre la carte recouverte de fleurs rouges et roses. 

Des publications similaires ont été partagées plusieurs milliers de fois en anglais sur Twitter (1, 2, 3) et sur Facebook (1, 2, 3) en arabe également (1, 2, 3). Elles ont aussi été partagées plus d'un millier de fois en portugais (1, 2, 3). 

Or, cette affirmation est trompeuse : le mot "Palestine" n'a jamais figuré sur Google Maps pour nommer la Cisjordanie et la bande de Gaza, selon une porte-parole de Google jointe par l'AFP le 20 juillet.

"Peut-être que la personne qui a posté ceci n'était pas au courant de tous les détails", reconnaît Maer Abou Khater, responsable du site anglais de l'agence Wafa, contacté par l'AFP le 21 juillet. 

"Je ne suis pas un expert mais je comprends que Google ne faisait pas figurer auparavant le nom Palestine sur la carte. Cela ne signifie pas que la Palestine n'existe pas", poursuit-il. 

"Google tente de nier l'existence de la Palestine en n'en parlant pas, et Apple non plus, ce qui n'est pas juste", ajoute le responsable. Il précise que selon lui la publication ne demande pas à ce que la Palestine soit nommée de nouveau sur la carte, mais à ce qu'elle y apparaisse, "pour que son existence soit reconnue".

Maer Abou Khater déclare ne pas savoir d'où vient la carte partagée sur la page Facebook française de l'agence palestinienne, mais assure que Wafa ne l'as pas créée et qu'elle circulait auparavant sur les réseaux sociaux.

De son côté, Google affirme ne pas avoir pas récemment modifié les tracés des frontières ou les noms des pays et des territoires de la région sur ses cartes. 

L'entreprise américaine souligne également avoir déjà été interrogée à ce sujet par le site d'informations spécialisé dans la technologie Engadget et par le service de vérification de faits du journal Le Monde.

Apple n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

Dans l'article d'Engagdet, Google précise qu'en août 2016, date à laquelle l'entreprise avait été interrogée, elle avait "découvert un bug qui effaçait les noms de la Cisjordanie et de la bande de Gaza" et "travaillait activement à faire réapparaître ces noms sur les territoires".

Capture d'écran d'un article de Engadget prise le 21 juillet 2020.

Christine Leuenberger, maîtresse de conférence à l'université américaine Cornell et spécialisée dans l'étude de l'histoire et la sociologie de la cartographie d'Israël et des territoires palestiniens, explique à l'AFP le 21 juillet que "le mot Palestine n'aurait jamais figuré sur ces cartes - tout au plus, on pourrait y lire les termes Cisjordanie et Gaza".

"Sur les cartes, le nom Palestine est généralement associé à la Palestine historique, avant l'établissement de l'Etat israélien, et n'est pas utilisé par les médias généralistes occidentaux", ajoute-t-elle. 

Selon la chercheuse, "habituellement, les territoires palestiniens sont délimités par une ligne de démarcation en pointillés, qui signale [dans le langage cartographique] la présence de territoires contestés. La Cisjordanie et la bande de Gaza ne sont alors pas nommés."

Ces publications en différentes langues font écho aux tensions entre Israël et les territoires palestiniens : le gouvernement israélien avait fixé au 1er juillet la date à partir de laquelle il pourrait commencer à mettre en application le plan américain pour le Proche-Orient.

Celui-ci prévoit notamment l'annexion par Israël d'une partie de la vallée du Jourdain et de certaines colonies juives établies en Cisjordanie, un territoire palestinien que l'Etat hébreu occupe depuis 1967.

Traduction et adaptation :
Marion Lefèvre