Madeleine Adjovi et sa fille Sandrine près d'un arbre à raifort, à Kpomasse au Bénin le 30 novembre 2007 (AFP / Fiacre Vidjingninou)

L’arbre à raifort, plante miracle qui soigne 300 maladies ? Cela reste à prouver

Le moringa olifeira, ou "arbre à raifort", peut-il guérir 300 maladies, y compris les tumeurs cancéreuses et le diabète ? Un article de sante-nutrition.org partagé plus de 30.000 fois sur Facebook, l'affirme. Mais cela reste très largement à prouver scientifiquement.

"300 maladies", c'est potentiellement un catalogue impressionnant, qui n'est malheureusement pas détaillé sur sante-nutrition.org. On lit ce chiffre dans de multiples articles, publiés sur des sites internet très divers, dont beaucoup sont marchands. Mais nulle part on ne retrouve la liste de ces affections.

Pour bon nombre de ces sites, la moringa olifeira donne depuis des temps immémoriaux des ingrédients à la médecine ayurvédique (médecine traditionnelle indienne), sans qu'on en sache plus. Le site marchand Nature-et-forme.com, par exemple, explique que "des écrits en ayurvéda sur le Moringa remontent à 150 avant J.-C. Les premiers Romains, Grecs et Égyptiens faisaient référence au moringa pour ses actions".

L'AFP elle-même, dans une dépêche du 17 septembre 2011, a fait mention de ce fameux chiffre de 300 maladies: le ministre de l'Agriculture sierra-léonais Sam Sesay en évoquait les "valeurs nutritionnelles et médicinales qui ont la propension de guérir plus de 300 maladies, y compris l'hypertension et le diabète".

Le site internet médical américain WebMD, très fréquenté, donne une longue liste d'usages: le moringa serait aussi bien un aphrodisiaque qu'un contraceptif, un remède aux maux de tête qu'aux problèmes de thyroïde, à la constipation qu'à la diarrhée, etc. Mais, précise-t-il à juste titre, son efficacité reste à évaluer. Et "il n'y a pas assez d'informations" pour savoir jusqu'à quelles doses la plante est sans danger pour la santé.

Interrogé, l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) indique que ses chercheurs se sont intéressés exclusivement à ses bienfaits nutritionnels, pas médicinaux.

Le sujet est aussi exploré dans un article paru en juin 2016 dans la revue chinoise Food Science and Human Wellness, et écrit par deux chimistes et un biologiste indiens: "Moringa oleifera: A review on nutritive importance and its medicinal application". Les auteurs soulignent que la plante est "souvent mentionnée comme panacée", rappelant ce chiffre de 300 maladies. Citant d'autres études, ils se penchent pour leur part sur diabète et le cancer, contre lesquels la moringa aurait des "propriétés importantes", ainsi que sur plusieurs "autres maladies" dont la démence, l'ulcère ou l'arthrite. La revue n'est pas une référence en pharmacologie.

Le Journal of Pharmacy Research ne l'est pas plus. Il a publié en juillet 2009 l'article "Pharmacological And Pharmaceutical Potential Of Moringa oleifera: A Review", signé par quatre chercheurs indiens. L'étude est élogieuse sur cette "armoire à pharmacie de la nature". Avec une réserve à la fin: "De nombreuses études ont été menées sur différentes parties de la Moringa olifera, mais cette plante n'a pas encore été développée en tant que médicament par les industriels pharmaceutiques".

Effectivement, tant qu'aucun laboratoire ne proposera de remède à partir de moringa, impossible de se soigner avec. Il est toujours possible d'acheter sur internet des gélules, mais sans garantie d’aller mieux après une cure.

Les chercheurs occidentaux semblent d'ailleurs à ce stade bien plus réservés, comme l'illustre un article publié en juin 2015 dans l'International Journal of Molecular Sciences, et rédigé par six scientifiques italiens, "Cultivation, Genetic, Ethnopharmacology, Phytochemistry and Pharmacology of Moringa oleifera Leaves: An Overview". Ils concluent qu'"il y a encore trop peu d'études sur les humains pour recommander les feuilles de moringa dans la prévention ou le traitement de maladies". Ce qui semble justifier le peu d’empressement de l’industrie.

Néanmoins, si vous êtes fan de cuisine indienne et curieux de voir ce que donne cette plante comme ingrédient, la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture) donne une recette de korma de feuilles de moringa.

Hugues Honoré