Ces photos ne montrent pas des préservatifs lavés pour être revendus au Cameroun

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Deux photos relayées par de nombreuses publications Facebook au Cameroun sont censées montrer une usine de nettoyage de préservatifs usagés, destinés à la revente. Faux: ces images montrent bien une saisie de condoms recyclés, mais elles proviennent du Vietnam. 

Les deux photos montrent ce qui s’apparente à des milliers de préservatifs masculins contenus dans des cuvettes et de larges sacs plastiques. "Usine clandestine qui récupère les préservatifs déjà user (sic)lave puis revend sur le marché comme neuf. Sacré Cameroun", s'exclame l’auteur d’une publication partagée 129 fois depuis le 1er octobre 2021.

Le même message est repris par plusieurs posts sur Facebook (ici et ici). Il donne même lieu à un débat lancé par un internaute camerounais sur Twitter sur le thème de la protection de l'environnement par le recyclage des déchets: "pour ou contre" lorsqu'il s'agit de préservatifs ?, interroge-t-il. Entre mai et juin 2021, les mêmes images montraient prétendument une usine à Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC).  

Capture d'écran d'une publication Facebook, réalisée le 06 octobre 2021

Pourtant, ces images ne viennent ni du Cameroun ni de RDC.

D'où viennent ces images ? 

Les résultats d’une recherche d’images inversée avec le moteur de recherche Google images proposent plusieurs publications associées aux images qui circulent, dont un article en ligne du média canadien TVA Nouvelles. Celui-ci porte sur une saisie policière, en septembre 2020 au Vietnam, "d’environ 345.000 condoms usagés et nettoyés qui étaient destinés à être revendus comme neufs". 

L’article de TVA Nouvelles cite abondamment la télévision nationale Vietnam Television (VTV) et est illustré d’une série de captures d’écran d’un reportage de ce média. 

A l’aide d’une recherche avec les mots-clés "VTV" et le titre de l’article de TVA Nouvelles traduit en vietnamien, nous avons retrouvé des reportages vidéo et texte de la chaîne VTV, sur cette saisie. Il s'agit de manière plus générale de reportages sur les produits contrefaits et ceux de contrebande. 

On retrouve les photos qui illustrent la publication au centre de notre article de vérification. L'une d'elles figure dans l'article de VTV publié le 23 septembre 2020 et apparait deux fois au cours du reportage vidéo. On la voit d'abord sur le portable que tient une source policière une minute et 37 secondes après le début du reportage. 

Capture d'écran sur le site vtv.vn, réalisée le 06 octobre 2021
Capture d'écran sur le site vtv.vn, réalisée le 06 octobre 2021

 

 

Notons pr ailleurs que l'uniforme  de la source policière sur la vidéo ne ressemble pas du tout à celui de la police camerounaise

L'image apparaît une seconde fois, en plus large, dans le reportage vidéo de VTV, dès la 2ème minute. 

Capture d'écran d'une publication Facebook, réalisée le 06 octobre 2021
Capture d'écran sur le site vtv.vn, réalisée le 06 octobre 2021

 

 

Par ailleurs, ces deux images ont été publiées le 22 septembre 2020 sur le compte certifié de la chaîne VTV sur Facebook. 


Ce post Facebook mentionne une opération de saisie de "324.000 préservatifs recyclés", menée par le "Département de la gestion de l'information de Binh Duong" (province de la région du Sud-est du Vietnam). Avec cette information supplémentaire, nous avons aussi retrouvé ces mêmes photos sur le site de ce département évoqué dans la publication de VTV, précisément dans la rubrique dédiée aux contrôles. 

Le Département de la gestion de l'information de Binh Duong donne d’autres précisions. On apprend que l’opération de saisie a notamment eu lieu le 19 septembre 2020 et qu'une femme a été interpellée parce qu’elle "traitait et recyclait des préservatifs usagés, sans emballage ni étiquetage". 

Pas de saisie de préservatifs recyclés au Cameroun

Nous avons ensuite voulu savoir s’il y avait eu une pareille saisie de préservatifs déjà utilisés par la police camerounaise. "Non", affirme Barbara Elemva-Amana, cheffe de la brigade nationale de contrôles et de la répression des fraudes au ministère camerounais du Commerce. "Je n'en ai jamais entendu parler au Cameroun", conclut-elle. 

Ces images n’ont donc aucun lien avec le Cameroun et ont été prises au Vietnam. 

Et l'on peut rappeler en conclusion de cet article que selon le Programme des Nations unies pour la lutte contre le Vih (ONUSIDA), "les préservatifs masculins et féminins sont les seuls moyens à la fois de réduire la transmission du VIH et des autres infections sexuellement transmissibles (IST) et d'éviter les grossesses non désirées".