Ce cercueil n'est pas celui d'une prostituée mais une sépulture en hommage à un spécialiste de la circoncision au Ghana

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Une vidéo et des photos, prétendant montrer le cercueil d'une prostituée en forme de pénis, sont virales en Afrique depuis 2020. C'est faux : ce cercueil a été réalisé en hommage à un homme ayant pratiqué des circoncisions traditionnelles sur des garçons de sa communauté durant plusieurs décennies au Ghana.

La séquence de 26 secondes, vue près de 600.000 fois sur Facebook, montre une dizaine d'hommes en uniforme transportant ce qui s'apparente à un grand coffre en bois taillé en forme de pénis.



"Funérailles d'une prostituée au Ghana", selon la légende de cette vidéo partagée plus de 16.000 fois depuis juillet 2020. La même affirmation est partagée par de nombreuses autres publications sur Facebook (1,2) et Twitter (1).

Les photos de la même scène, publiées sur les réseaux sociaux, montreraient pour certains "un cercueil personnalisé pour un coureur de jupons décédé au Ghana" (1, 2, 3) et pour d'autres, "l'inhumation au Ghana d'une femme qui a eu 10 enfants avec 10 différents hommes" ( 1 ).

"Son cercueil a été fait à l'image du zôŕbă , ce qu'elle adorait. Les anges auront de sérieux problèmes au ciel", croit savoir l’auteur de l'un de ces posts.

Des messages trompeurs accompagnent ainsi ces images partagées depuis juillet 2020 au Cameroun, Nigeria, Kenya, en Ouganda, Afrique du sud, entre autres pays d'Afrique francophone et anglophone.

Une capture d'écran montrant les résultats de la recherche du message trompeur sur CrowdTangle, prise le 26 août 2021

Un tweet d'un compte zimbabwéen a prétendu que le cercueil en question renfermait le corps d'une femme décédée lors d'un rapport sexuel.

Ces images sont certes réelles, mais les contextes qui leur sont associés sont erronés.

"Il a circoncis plus de 2.000 pénis"

Une recherche d'image inversée avec l'outil Google images pointe vers des reportages de médias anglophones (1, 2) indiquant que le cercueil est en réalité celui d'un Ghanéen connu pour pratiquer des circoncisions traditionnelles. Il s'agit d'une opération ancestrale qui consiste à couper le prépuce qui recouvre le gland du pénis.

D'autre part, une chaîne de télévision ghanéenne a interviewé William Kpalpo Allotey, le frère du défunt qui se nomme John Nii Addo Allotey. Et il a confirmé que le choix du cercueil par la famille visait à honorer le travail de plusieurs décennies effectué par son frère.

"Dans notre communauté, a-t-il expliqué, la profession qu'exerçait le défunt conditionne le choix et la forme de son cercueil. Pour un pêcheur, nous concevons un poisson et puisque cet homme était un wanzam , nous avons conçu un organe sexuel humain pour l'enterrer", ajoutait-il au cours d'un entretien avec la Télévision CK.

Jeffries Kwabena Sintim-Koree, journaliste ghanéen et fondateur de ce média, a assuré à l'AFP que cet entretien est authentique. "Le défunt (celui du coffre rendu viral, Ndlr- était un wanzam... Il était le principal responsable du rituel de circoncision des garçons dans cette communauté pendant environ cinq décennies. Il a circoncis plus de 2 000 pénis", a-t-il expliqué.

Des cercueils de fantaisie

De tradition, les cercueils au Ghana peuvent être personnalisés en fonction de la vie, des rêves, des passions, de la profession et du statut d'un défunt comme le montrent ces reportages 1, 2 ,3.

"La fabrication des cercueils de fantaisie a commencé avec mon grand-père en 1951", a déclaré à l'AFP, Isaac Tetteh-Fio, qui travaille dans le commerce des cercueils à Teshie-Nungua, au Ghana. "Actuellement, c'est mon père qui contrôle l'entreprise. Nous faisons beaucoup de design: animaux, voitures, avions. Cela coûte environ 2.000 à 3.000 cedis ghanéens (environ 254 à 424 euros). Un cercueil en forme d'avion par exemple coûte 3.500 cedis ; un micro 2500 cédis. Nous avons fabriqué un canoë qui a été exporté", poursuit Isaac Tetteh-Fio.

M. Tetteh fio, administrateur de ce compte Instagram qui présente des cercueils de fantaisie de leur entreprise familiale, a déclaré que même s'il avait déjà conçu des cercueils en forme de pénis, il ne se souvient pas d'en avoir fabriqué un pour une prostituée.

Traduction et adaptation :