Ces images montrent un exercice militaire conjoint entre les forces armées françaises et ivoiriennes à San Pedro

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.

Des vidéos et des photos montrant des véhicules militaires français quadrillant la ville de San Pedro, dans le sud-ouest de la Côte d’Ivoire, ont inondé la toile le week-end du 12 novembre 2022. Selon plusieurs publications, ce déploiement viserait à protéger le régime d’Alassane Ouattara, le président ivoirien, d'un éventuel coup d'Etat. Attention : ces images qui suscitent de nombreuses spéculations sur les réseaux sociaux ne montrent pas une "opération militaire" en cours. Il s’agit d’un exercice bilatéral organisé par les Forces Armées de Côte d’Ivoire (FACI) et les Forces Françaises en Côte d’Ivoire (FFCI).

Les vidéos et les photos, partagées par plusieurs comptes sur Facebook et YouTube, ont donné lieu aux interprétations les plus diverses. D'aucuns assurent que "l’armée française se déploie pour assurer la sécurité du régime d’Alassane Ouattara", quand d'autres soutiennent que "l'armée française prend le contrôle du Port de San Pedro" ou encore que "la Côte d'Ivoire s'apprête à vivre un coup d'Etat" (1, 2, 3).

L’auteur d'une vidéo visionnée plus de 700.000 fois et diffusée le 12 novembre 2022 affirme que cette présence militaire dans la ville de San Pedro "n’est pas un exercice militaire" mais "un déploiement pour protéger le régime d'Alassane Ouattara" car selon ses sources, "des renseignements indiquent que Ouattara sera frappé (victime d'un coup d'Etat) en Décembre 2022". Cette publication, qui a fait l'objet de plus de 3.500 commentaires et 4.300 partages, est accompagnée de la légende suivante : "URGENT : Côte d'Ivoire, l'armée fr@nçaise déployée à San-pedro avec des armes lourdes".

Capture d'écran Facebook réalisée le 14 novembre 2022

Une recherche réalisée grâce aux mots-clés "déploiement militaire français San Pedro novembre 2022" puis "exercice militaire français San Pedro novembre 2022" nous permet de retrouver plusieurs liens faisant référence à des exercices militaires impliquant les armées française et ivoirienne entre 2021 et 2022. Le premier résultat affiché par Google Search nous renvoie au site internet du Port Autonome de San Pedro.

Dans cet article publié le 11 novembre 2022, il n’est pas question d’un "déploiement de l’armée française" mais plutôt d’un "exercice militaire" qui justifie la présence du Porte Hélicoptère Amphibie (PHA) – TONNERRE de l’armée française. "Accueilli au port de San Pedro par les autorités de la ville notamment le Préfet de Région, Ousmane COULIBALY et le DG du Port Autonome de San Pedro, Hilaire LAMIZANA, le commandant du TONNERRE et son équipage ont présenté leurs civilités avant de dérouler leur programme d’exercice. Rappelons que ce navire est présent dans les eaux ivoiriennes conformément aux accords de coopération militaire entre la Côte d’ivoire et la France, surtout que ce bâtiment a une école embarquée à bord formant des marins ivoiriens et ceux de pays amis", poursuit le site du Port Autonome.

Capture d'écran du site internet du Port Autonome de San Pedro réalisée le 14 novembre 2022

Qu’en est-il des blindés qui ont été aperçus dans les rues de San Pedro ? Contacté par l’AFP le 14 novembre, un porte-parole de l'armée française à Abidjan indique que ces engins étaient présents dans le cadre de "l’exercice bilatéral SOGODJEGUE [qui] s’est déroulé les 10 et 11 novembre dans la région de San Pedro".

"Exercice franco-ivoirien d’envergure, cet exercice a mobilisé de nombreux moyens humains et matériels des Forces Armées de Côte d’Ivoire (FACI), des Forces Françaises en Côte d’Ivoire (FFCI) et du PHA Tonnerre, actuellement en mission Corymbe dans le Golfe de Guinée", précise le courrier adressé à l’AFP.

Les informations selon lesquelles il s’agissait d’un déploiement impliquant exclusivement l’armée française semblent infondées puisque les soldats français ont effectué avec leurs homologues ivoiriens des manœuvres conjointes.

"Une phase de débarquement sur les côtes de San Pedro a permis à la compagnie mixte franco-ivoirienne, intégrant à la fois des militaires des FACI et des FFCI, de mettre en œuvre conjointement les savoir-faire amphibies travaillés la semaine précédente à Locodjoro. Puis l’exercice s’est poursuivi pour les militaires ivoiriens et français avec diverses manœuvres terrestres comme la reconnaissance d’axes, la prise d’objectif, le contrôle de zone, … leur permettant ainsi de travailler ensemble leurs compétences dans le domaine du combat à terre", ajoute le porte-parole du 43e bataillon d’infanterie de marine (43e BIMa), un corps implanté en périphérie d'Abidjan depuis les années 1970.

Capture d'écran Facebook réalisée le 14 novembre 2022 sur laquelle on aperçoit des soldats français (en bleu) et leurs homologues ivoiriens (en rouge)

Les forces françaises en Côte d’Ivoire, qui englobent désormais le 43e BIMa, ont été créées le 1er janvier 2015 et constituent l'une des deux bases opérationnelles avancées françaises (BOA) sur le continent africain. "L’établissement d’une force française prépositionnée sur le sol ivoirien s’inscrit dans la continuité de l’accord de partenariat de défense de 2012 qui scelle une proximité ancienne entre la France et la Côte d’Ivoire", peut-on lire sur le site du Ministère des Armées français.

Dans le cadre de la coopération entre les deux pays, les Forces Françaises en Côte d’Ivoire (FFCI) et les Forces Armées de Côte d’Ivoire (FACI) réalisent régulièrement des exercices militaires conjoints. En juin 2022, les deux forces se sont retrouvées dans la région de Yamoussoukro, la capitale ivoirienne, et en août 2022 à Bouaké, dans le centre du pays. La présence des blindés français à San Pedro le week-end du 12 novembre s’inscrit dans le cadre de ces exercices. Il ne s’agit donc pas d’une opération visant à protéger le régime d’Alassane Ouattara ou prévenir un potentiel coup d’Etat.

L'inquiétude liée au déploiement de soldats français sur le sol ivoirien intervient dans un contexte marqué par une autre rumeur ayant agité la toile ces derniers jours. Celle-ci annonçait la mort du président Ouattara, 80 ans, dont l'état de santé se serait brusquement dégradé. Une allégation vite démentie par la présidence ivoirienne qui a publié lundi 14 novembre sur sa page Facebook l'agenda du chef de l'Etat pour la journée. Quelques heures plus tard, une autre publication accompagnée d'une dizaine de photos montrait le président ivoirien tout sourire en compagnie des ambassadeurs d’Inde et du Burkina Faso à l'issue d'entretiens avec les deux diplomates.

Capture d'écran réalisée sur la page Facebook de la présidence ivoirienne le 14 novembre 2022

Dans les centaines de commentaires qui accompagnent ces photos, les internautes échangent leurs avis sur l'état de santé du président. Si certains lui souhaitent "longue vie" et se disent "soulagés" par cette "preuve de vie", d'autres dénoncent encore une "mise en scène".

Contactée par l’AFP, la présidence ivoirienne a en tous cas confirmé que Mr Ouattara "va très bien" et qu’il ira au 18e sommet de la Francophonie qui se tiendra à Djerba (Tunisie) les 19 et 20 novembre.

17 novembre 2022 Actualise avec un lien archivé au 2e paragraphe