Coronavirus : non, l’archevêque de Douala n’a pas dévoilé la recette de son breuvage controversé

Des publications partagées des milliers de fois sur Facebook affirment révéler la composition d’un breuvage controversé élaboré par un archevêque camerounais et qu'il présente comme un remède contre le nouveau coronavirus. Mgr Samuel Kleda dément qu’il s’agisse de la recette de son "remède secret", dont l’efficacité n'a pas été prouvée. Il n’existe actuellement aucun traitement préventif ou curatif ayant prouvé son efficacité contre le Covid-19.

 

Capture Facebook prise le 08/05/2020
 

"Monseigneur Kleda a dévoilé le secret du remède du coronavirus", annonce l’auteur d’une publication qui a cumulé plus de 14.000 partages sur Facebook depuis le 3 mai.

Le breuvage à base de plantes médicinales de Mgr Samuel Kleda, archevêque métropolitain de Douala, la grande ville portuaire du Cameroun, a créé le buzz ces dernières semaines dans le pays, faisant l’objet de reportages dans les médias locaux et nationaux (1,2), bien que son efficacité n'ait pas été prouvé.

Le ministre camerounais de la Santé publique a dépêché son directeur de la Pharmacie, Vandi Deli, qui a rencontré le prélat le 1er mai, comme l’a évoqué le journal télévisé de la télévision nationale (CRTV) (18’30”-20’35”). "Monseigneur a accepté l’accompagnement technique du Ministère de la Santé pour que le produit soit évalué et qu’on sache s’il peut être utilisé et efficace contre le Covid-19", a annoncé M. Deli à cette occasion.

L’archevêque, également réputé pour ses prises de position contre le pouvoir en place, a reçu le soutien, moral et parfois financier, de nombreux anonymes et de membres de l’opposition camerounaise.

Depuis le 3 mai, de nombreuses publications sur les réseaux sociaux (12) tentent de surfer sur ce succès populaire en publiant ce qui est présenté comme étant les ingrédients (papaye, ananas, ail, citron…) et la recette de ce breuvage controversé tant convoité.

Capture Facebook prise le 08/05/2020

"Les gens vont s’empoisonner"

Interrogé le 4 mai 2020 par l'AFP, Mgr Samuel Kleda a démenti ces publications.

"Cette recette (publiée sur internet) n'est pas la mienne. Je n'ai rien mis sur le net. On ne peut pas s'amuser avec la vie des gens comme ça. Je ne peux pas donner de recette n'importe comment… Les gens vont aller s'empoisonner", déplore-t-il, tout en assurant de l’efficacité de son remède.

"J'ai dit que je ne vais pas publier la recette", a-t-il souligné.

Ce produit est disponible depuis deux semaines dans des hôpitaux et centres de santé sous tutelle de l’archidiocèse de Douala. 

Efficacité non prouvée 

Avec ce breuvage à base de plantes issues de la pharmacopée qu’il étudie depuis une trentaine d’années, "nous visons le problème respiratoire puisque selon les études, le coronavirus s’attaque aux poumons", a expliqué l’archevêque dans une interview télévisée.

"Il reste aux scientifiques de prendre le temps de vérifier", conclut le prélat.

L’Ordre des médecins du Cameroun émet toutefois des réserves sur le breuvage de l’archevêque, estimant que son efficacité doit être scientifiquement prouvée.

Joint le 5 mai 2020 par l’AFP, Gervais Atedjoe, secrétaire général de l’institution, a qualifié de "mitigée" la position de l’Ordre sur ce breuvage. "Pour donner un avis, il faudrait qu'on comprenne de quoi il s'agit", a-t-il estimé.

Les autorités entendent, elles, évaluer ce breuvage. "Si tout est OK avec sa potion, on pourra davantage aider les compatriotes dans cette lutte" et le prélat "sera accompagné" par les services du ministère, a expliqué à l’AFP Claver Nken, le chargé de communication du ministère camerounais de la Santé.

Protocoles scientifiques stricts

Tout en disant "soutenir la médecine traditionnelle" et ne pas être opposée à des traitements qui en sont issus, l’OMS prône la plus grande prudence envers les remèdes naturels. 

"L’OMS est ouverte à toutes les recherches, mais cela doit être fait dans les règles", a déclaré Michel Yao, responsable des opérations d’urgence de l’OMS Afrique, interrogé par l’AFP le 29 avril.

"Même lorsque des traitements sont issus de la pratique traditionnelle et de la nature, il est primordial d’établir leur efficacité et leur innocuité grâce à des essais cliniques rigoureux", a également rappelé le 4 mai, l’OMS Afrique dans un communiqué.

Il n’existe actuellement aucun vaccin ni aucun traitement préventif ou curatif ayant prouvé son efficacité contre le Covid-19.

En date du 7 mai 2020, le Cameroun enregistrait 2265 cas confirmés de covid-19, 86 décès et 1221 guérisons selon des données officielles. 

Monique Ngo Mayag