Cette photo montre bien des combattants musulmans mais il ne s'agit pas de tirailleurs enrôlés par la France

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Une photo diffusée sur les réseaux sociaux arabophones et francophones prétend montrer des "tirailleurs musulmans" ayant défendu la France pendant la "guerre mondiale". Si l'image montre bien des soldats musulmans lors de la Première guerre mondiale, il ne s'agit pas de tirailleurs enrôlés par la France. Ce sont des troupes indiennes se battant pour l'Angleterre. 

La photo en noir et blanc montre au premier plan un groupe d'hommes. Alignés les uns à côté des autres, ils sont prosternés, vraisemblablement en train de prier. Au fond de l'image, des femmes sont assises sur des chaises en extérieur, dans ce qui semble être un vaste jardin. 

"Pendant la guerre mondiale quand les tirailleurs musulmans priaient leur religion avant de servir de chair à canon pour défendre notre patrie la France, personne ne s'était offusqué de leurs prières… Nous sommes vraiment ingrats", affirme ce tweet, partagé quelques centaines de fois sur Facebook depuis le 26 octobre. 

Capture d'écran d'un tweet prise sur Facebook le 05 novembre 2020.

Le même cliché circule également en arabe. Dans cet autre tweet relayé plus de 200 fois par des internautes arabophones, il est précisé que la photo date de la Seconde guerre mondiale et qu'elle montre "des combattants musulmans enrôlés pour la défense de la France".

"Ici, ils prient avant de servir de chair à canon contre l'Allemagne. A cette époque, la France n'avait pas de problème avec leur religion ou leur prière", poursuit l'internaute. 

Capture d'écran prise sur Twitter le 05 novembre 2020.

La diffusion de ce cliché est intervenue en pleine escalade des tensions entre la France et le monde musulman, en réaction notamment aux déclarations du président français Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste" et la liberté de caricaturer le prophète Mahomet. Deux attaques terroristes, contre un enseignant puis une église, ont polarisé les débats.

Ce contexte et les incohérences entre les publications en arabe et en français nous amène a nous interroger sur la véracité de l'information relayée dans ces publications. 

Des troupes indiennes 

Ces soldats se battaient-ils pour la France ? Durant la Première ou la Seconde guerre mondiale ?

Une recherche d'images inversée nous a permis de retrouver la photo originale.  Elle a notamment été publiée par la banque de données Getty images sous le titre "des troupes indiennes prient".

La légende indique qu'il s'agit de combattants indiens ayant servi dans les rangs de l'armée britannique et que la scène se déroule devant la mosquée Shah Jahan à Woking, dans le Surrey (sud-ouest de Londres) en Angleterre, pendant la fête musulmane de l’Aïd al-Adha, vers 1916.

Capture d'écran prise sur le site Getty Images le 03 novembre 2020.

Ainsi, le cliché montre des combattants des anciennes colonies britanniques enrôlés lors de la Première guerre mondiale. Il est sans lien direct avec la France. 

Rappelons toutefois que les soldats originaires des colonies ont joué un rôle considérable sur les fronts européens et dans les Balkans en 1914-1918, en particulier pour l’armée française qui a recruté environ 300.000 hommes dans ses colonies d'Afrique, selon l'historien Marc Michel.

Par ailleurs, environ un million et demi de soldats indiens ont participé à la Première guerre mondiale dans les rangs de l'armée britannique, parmi lesquels 400.000 musulmans (1,2,3).

Ces troupes coloniales ont également été mobilisées durant la Seconde guerre mondiale. La France a fait appel à environ 600.000 soldats de ses anciennes colonies pendant le conflit, dont environ 145.000 en métropole, selon le ministère français de la défense.

Souvent en première ligne des affrontements, les troupes coloniales, formées par des engagés volontaires ou des recrutés de force, ont fait face à d'énormes pertes humaines.

La reconnaissance tardive et timide de leur combat peine à combler pour ces anciens combattants et leurs familles, les plaies d'un douloureux passé colonial.

 
AFP Middle East and North Africa
Traduction et adaptation :