Cette image d’un milliardaire urinant sur un SDF a été jouée par des acteurs pour créer une affiche

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Une photo diffusée dans des publications virales sur les réseaux sociaux prétend montrer un milliardaire new-yorkais du nom de Brandon Torrent urinant sur un sans-abri. Cette image, qui déjà circulé il y a quelques mois, a en réalité été mise en scène et jouée par des acteurs pour une affiche satirique, comme l’a expliqué à l’AFP son concepteur.

"Le 1er janvier 1979, le milliardaire new-yorkais Brandon Torrent se laisse photographier en train d’uriner sur un sans-abri (SDF) endormi dans la rue".

La légende, comme l’image qu’elle présente, est délibérément choquante.

On y voit un homme en chemise et pantalon de costume, de dos, uriner sur un homme allongé sur le trottoir. Une voiture de luxe est garée à côté, portière ouverte, et un homme en smoking tient stoïquement la veste du milliardaire.

Capture d'écran Facebook réalisée le 10 juin 2020

"Cette photo explique, mieux que beaucoup de mots, la division du monde en classes sociales. Le capital te pisse dessus et te raconte qu’il pleut", peut-on lire dans la légende.

L’image circule depuis fin mai en français (123), partagée plus de 29.000 fois pour l’une de ces publications, mais également dans de nombreux posts en espagnol (123) cumulant des milliers de partages sur Facebook.

Une image qui a déjà circulé en 2019 

Une recherche d’image inversée de la photo avec l’outil Google images  révèle que cette image n’est pas nouvelle: elle a notamment été abondamment diffusée sur les réseaux sociaux fin 2019 en français, anglais, espagnol, italien, portugais, turc... (voir ci-dessous). 

Cette recherche nous mène vers plusieurs articles affirmant qu'il s'agit d'un travail artistique, et non d'une scène qui a réellement eu lieu.

On retrouve le récit de l’origine de cette image sur un blog intitulé "Bill and Dave's Cocktail Hour", tenu par l’écrivain Bill Roorbach et l'écrivain et caricaturiste américain David Gessner

Dans un post non daté -mais dont le premier commentaire remonte au 27 avril 2011- David Gessner raconte avoir imaginé et réalisé cette image en 1983 pour une affiche satirique sur le concept économique de la "théorie du ruissellement", appelée en anglais "trickle down theory".

Selon cette idée controversée, les avantages fiscaux accordés aux personnes les plus riches profitent également aux plus pauvres, en stimulant l'investissement et la consommation, et à l'économie dans son ensemble.

Sur ce blog, Gessner raconte qu'il a loué une limousine et embauché deux acteurs pour jouer le chauffeur et le sans-abri dans cette scène phtographiée dans la ville de Worcester, dans le Massachusetts (nord-est des États-Unis).

L'homme présenté comme étant Brandon Torrent est en réalité le grand-père d’un de ses amis.

Inspiré d’un dessin à l’université 

Contacté en novembre 2019 par e-mail par l'équipe de vérification en espagnol de l'AFP, Gessner a confirmé être l’auteur de la photo. Il a indiqué s’être inspiré d'une caricature qu'il avait réalisée à l'université.

"Quand j'étais à l'université à Harvard, j'ai fait une caricature politique de Ronald Reagan (président des Etats-Unis entre 1981 et 1989, Ndlr) en train d'uriner sur un Afro-Américain. Le dessin s’intitulait 'The Trickle Down Theory'. C'était une satire sociale pour critiquer la théorie du 'ruissellement'", a-t-il expliqué. 

"Plus tard, après l'université, j'ai fait une affiche avec un message similaire, mais cette fois c'était un homme riche qui urinait, pas Ronald Reagan. Nous avons utilisé des acteurs pour cette affiche", a-t-il confirmé, précisant qu’elle a été prise en septembre 1983.

Le dessinateur a publié sur le blog la caricature d’origine présentant Ronald Reagan. On peut voir, en bas à gauche, sa signature.

Capture réalisée sur le blog billanddavescocktailhour.com le 8 juin 2020

"Une bouteille de moutarde remplie d’eau"

Dans l’article du blog, l'écrivain explique également le procédé utilisé pour faire croire que le milliardaire est bien en train d'uriner.

"En tant que metteur en scène, cela faisait partie de mon travail de guider le pauvre grand-père de Dave pour asperger, avec une bouteille de moutarde remplie d’eau, l'homme qui jouait le rôle du mendiant sur le trottoir", raconte Gessner.

Dans la section des commentaires du blog, plusieurs personnes indiquent connaître cette affiche ou en avoir possédé une.

"Cette affiche se transmettait dans notre fraternité d’années en années, jusqu'à ce que quelqu'un la vole lors d'une fête", écrit un utilisateur.

"J'ai trouvé cette affiche, enroulée, sur un bateau sur lequel je travaille à East Dennis (quartier de la ville américaine de Dennis, où Gessner habitait alors, ndlr). J’ai vu une adresse locale dessus mais je me demandais d’où ça venait", raconte un autre.

Extrait des commentaires sur billanddavescocktailhour.com

L'histoire de l'affiche a également été racontée par Gessner dans un de ses livres, "Ultimate Glory".

L'écrivain y raconte notamment qu'il a financé l’impression de la première série de posters par un prêt bancaire et en vendant des tapis à des étudiants.

Aucune trace d’un milliardaire appelé Brandon Torrent

Un autre élément qui révèle le caractère faux de ces publications virales est le fait qu'il n’existe aucune trace d'un milliardaire du nom de Brandon Torrent venant de New York.

Ce nom n'apparaît, par exemple, dans aucun article du magazine Forbes, ni dans ses célèbres classements qui recensent chaque année les hommes et femmes les plus riches du monde.

Il n'y a également aucune mention d'un Brandon Torrent dans les archives du New York Times, l'un des journaux les plus réputés de la ville d’origine du milliardaire présumé.

De plus, une recherche Google avec les termes "Brandon Torrent" ne mène qu'à des références à cette image rendue virale ou à des articles de vérification dans diverses langues.

L'une des raisons pour lesquelles l'image a eu un tel impact est que "l'inégalité entre riches et pauvres est encore plus grande aujourd'hui qu'elle ne l'était en 1983", a estimé Gessner lors de ses échanges avec l'AFP.

"Il y a beaucoup de colère et cette image puise dans cette colère".

Article traduit de l'espagnol et adapté par Monique Ngo Mayag