Greta Thunberg, le 13 septembre 2019 à Washington DC (AFP / Nicholas Kamm)

Autour du monde, Greta Thunberg inspire aussi les fausses informations

La jeune Suédoise Greta Thunberg, égérie de la lutte contre le réchauffement climatique et autrice d'un récent discours rageur à l'ONU, est la cible dans le monde de nombreuses fausses informations. En voici quelques unes repérées par l'AFP.

 

Greta Thunberg et George Soros

La photo a circulé en France, en Pologne, en Géorgie, au Royaume-Uni, au Canada, en Australie... Greta Thunberg posant avec George Soros, milliardaire américain juif d'origine hongroise. Du pain bénit pour les détracteurs de la militante, car M. Soros est la cible de prédilection des nationalistes et des partisans de théories du complot, en Europe et aux États-Unis. 

La photo vient pourtant... d'un site satirique français, secretnews.fr : à l'origine, Greta Thunberg posait avec l'ancien vice-président américain Al Gore, dans une photo publiée en décembre 2018.

Notre article.

 

Greta Thunberg et le cannabis

Des centaines de sacs et de bouteilles en plastique et des dizaines de détritus jonchant une pelouse après une manifestation écologiste organisée à l'occasion de la venue de Greta Thunberg à New York ? 

C'est ce que prétendent montrer des publications partagées plusieurs milliers de fois sur Facebook. Mais la photo a en réalité été prise en avril 2019, après un rassemblement à Londres en faveur de la légalisation du cannabis.

Notre article.

Greta Thunberg et les enfants affamés

Au Brésil, une photo a circulé, prétendant montrer Greta Thunberg mangeant avidement dans un train alors qu'à l'extérieur de celui-ci, des enfants noirs affamés et en guenilles la regardent.

Il s'agit d'un photomontage. L'activiste a publié la photo originale début janvier sur son compte Twitter avec la légende "déjeuner au Danemark". A l'extérieur, des rangées d'arbres défilent.

(Article en portugais par nos collègues d'AFP Checamos)

Greta Thunberg et l'enfance volée

Le discours tranché de Greta Thunberg à l'ONU a suscité des flots de réactions, dont celles de commentateurs ou d'internautes qualifiant d'indécente ou déplacée pour une jeune occidentale élevée dans un pays riche sa phrase choc "Comment osez-vous? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses". 

La militante du climat a bien prononcé cette phrase, mais en relevant immédiatement qu'elle faisait "partie des chanceux". "Des gens souffrent, des gens meurent. Des éco-systèmes entiers disparaissent, nous sommes encore au tout début d'une extinction de masse, et tout ce dont vous parvenez à parler, c'est d'argent et de contes de fées de croissance économique éternelle", a-t-elle poursuivi.

Nos confrères des Décodeurs sont aussi revenus dessus dans cet article.