Non, Nancy Pelosi n’aura pas d’amende pour avoir déchiré le discours de Donald Trump

Un article partagé plus de 20.000 fois sur Facebook affirme que Nancy Pelosi, la chef démocrate de la Chambre des représentants américaine (Chambre basse du Congrès), risque une forte amende pour avoir déchiré une copie du discours sur l’état de l’Union du président Donald Trump. Cette allégation fausse, qui a été démentie par l’entourage de Mme Pelosi, provient d’un site satirique. 

Selon cet article, Nancy Pelosi aurait violé une loi fédérale qui oblige le président de la Chambre des représentants à conserver chaque discours "donné devant le Congrès" pour le transmettre aux archives nationales. En conséquence, elle devrait s’acquitter d’une amende de 40 000 dollars.

Mais Drew Hammill, le chef de cabinet de Nancy Pelosi, a assuré à l’AFP dans un mail qu’on ne lui avait pas infligé d'amende et qu'elle n'était pas poursuivie pour de tels faits. 

Le ministère de la Justice des États-Unis, joint par l’AFP, s’est quant à lui refusé à tout commentaire.

La publication d’origine provient d’un site affilié au groupe satirique “America’s Last Line of Defense”, qui indique dans son onglet "À propos ("About us", ndlr) que son contenu est parodique. Mais la publication partagée par la suite, qui a connu plus de succès, ne mentionne pas cet aspect. De nombreux utilisateurs de Facebook ont ainsi partagé l’article en pensant qu’il était véridique.

Capture d'écran prise le 10 février 2020 d'une publication Facebook qui partage l'article en question

La "National Archives and Records Administration” - ou NARA, agence responsable des archives du gouvernement - a indiqué à l'AFP que c’était à Donald Trump d’envoyer la version de son discours. Le document que Nancy Pelosi a déchiré était une copie de celle du président.

Une porte-parole des archives nationales a par ailleurs précisé qu’il n’y avait aucune obligation de transmettre une copie à la NARA.

"Les règles concernant ces archives ne sont pas déterminées par des lois fédérales ni supervisée par la NARA, c’est plutôt un accord convenu entre chaque Chambre (du Congrès)”, précise la NARA dans un communiqué. 

Cela n’a pas empêché l’élu républicain Matt Gaetz d’intenter une action en justice après avoir déposé une plainte contre Nancy Pelosi le 5 février.

Dans sa plainte, il demande à la commission d’éthique de la Chambre des représentants d'entamer des poursuites pour "violation potentielle" d’une loi américaine, qui interdit de détruire "délibérément" des documents déposés dans une agence publique.

Plusieurs versions des accusations de Matt Gaetz ont été partagées sur les réseaux sociaux, dont un tweet ayant été retweeté plus de 8.000 fois.

Capture d'écran prise le 10 février 2020 d'une publication Facebook accusant Nancy Pelosi de violer l'article 18 section 2017 du Code des Etats-Unis

A.J. Kramer, un magistrat spécialisé, a estimé que cette plainte était "insensée". "De ce que j’ai compris, c’était une copie du discours, qui n’a pas été déposé auprès d’un greffier dans aucun des tribunaux américains", a-t-il dit.

Donald Trump lui-même a retweeté une vidéo trompeuse montrant une vidéo de Nancy Pelosi déchirant plusieurs fois sa copie du discours, alors qu’elle ne l’a fait en réalité qu’une seule fois, à la toute fin.

Nancy Pelosi a elle accusé Donald Trump d'utiliser "le Congrès des États-Unis comme toile de fond pour une émission de télé-réalité", et a déclaré qu'elle avait "déchiré un manifeste de fausses vérités".

Trump a également l'habitude de déchirer les documents officiels, rapportait le média américain POLITICO en 2018. Mais comme la loi sur les archives présidentielles exige que la Maison Blanche préserve tous les documents qui passent entre les mains de Trump, son équipe doit souvent recoller les morceaux avec du ruban adhésif pour s'assurer que le président n'a pas enfreint la loi, racontait le média.

*Traduit de l'anglais par Bruno Kalouaz