Un paysan du collectif Bergers Urbains effectue une transhumance à Aubervilliers le 13 juin 2018. (Stephane De Sakutin / AFP)

Non, les moutons dans les rues d'Aubervilliers n’ont pas été sacrifiés pour fêter la fin du Ramadan

Une vidéo virale qui montre des moutons déambulant dans les rues d’Aubervilliers a été relayée par des personnes prétendant, à tort, que ceux-ci étaient en route vers l’abattoir à l’occasion de la fin du ramadan. Le troupeau était en fait venu brouter les pelouses de la ville, une initiative de l’association Bergers Urbains. Par ailleurs, la fin du Ramadan n’inclut pas de sacrifice de mouton.

Avec plus de 3.000 partages, une vidéo publiée sur la page Facebook "Je soutiens la police" montrant des moutons dans les rues d’Aubervilliers est devenue virale. “Des moutons pour l’Aïd, une livraison spéciale”, commente l’auteur de la vidéo, en référence à l’Aïd el-Kebir, une fête musulmane durant laquelle un animal est sacrifié, le plus souvent un mouton.

La vidéo a reçu plus de 900 commentaires. (DR)

Les réactions sont outragées : “Scandaleux, horrible, on est a Paris, pas au bled ! Ras le bol de céder à ces barbares qui prétendent imposer leurs coutumes” dit le commentaire le plus populaire sous la vidéo. Un autre qualifie les musulmans de “pourris avec leur traditions de merde ! Leur barbarie sans fin !

Sur Twitter, l’eurodéputée du Rassemblement National Dominique Bilde a réagi à cette même vidéo le 14 juin, affirmant que les moutons sont "prêts à se faire égorger pour l'#AÏd”, et complété sa publication avec "#Ramadan". Le tweet a été effacé après 4 heures mais a néanmoins été sauvegardé par Politwoops, site dédié à l’archivage de tweets supprimés par des personnalités politiques.

Le tweet de l'eurodéputée RN Dominique Bilde, commentant la vidéo montrant la transhumance urbaine. (DR)

Aucun lien avec des pratiques religieuses

Les moutons en question ne sont cependant pas en route vers le boucher, et certainement pas pour être sacrifiés à l’occasion d’une fête musulmane. Il s’agit en fait d’une scène commune en Seine-Saint-Denis, une transhumance urbaine organisée tous les mois par l’association Bergers Urbains. Ils se revendiquent “spécialistes de la transhumance et du pâturage en milieu urbain” et emmènent régulièrement leurs moutons brouter aux pieds des immeubles de la région parisienne.

La bergère à la tête du troupeau, en chemise rouge à carreaux dans la vidéo, est Julie Lou Dubreuilh, co-fondatrice de Bergers Urbains. “C'est toujours dans la bonne humeur, c'est bon enfant. On sent vraiment que ça décompresse la cité, que ça décompresse le stress de la ville”, a-t-elle déclaré à l’AFP pour décrire l’initiative de son collectif.

Par ailleurs, la rupture du jeûne du Ramadan, qui a eu lieu cette année le 15 juin, n’inclut pas de sacrifice. Cette fête est l’Aïd el-Fitr (“petite fête”) et se célèbre en offrant l’aumône, à ne pas confondre avec l’Aïd el-Kebir (“grande fête”), durant laquelle un animal est sacrifié. L'Aïd el-Kebir aura lieu cette année le 21 août.