Intervention turque en Libye : attention à la désinformation

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé le 5 janvier dernier le début du déploiement de soldats turcs en Libye, en soutien au gouvernement de Tripoli contre le général Haftar. Depuis, de nombreuses images prétendant témoigner de l'intervention turque en Libye ont été diffusées sur les réseaux sociaux. Attention, il s'agit parfois d'images anciennes et détournées.

Des soldats turcs arrêtés en Tunisie ?

Quatre photos, partagées des milliers de fois depuis le 11 janvier dans une publication Facebook en arabe, prétendent montrer des soldats turcs capturés par des citoyens tunisiens, alors qu'il tentaient de rejoindre la Libye via la frontière tunisienne.

Capture d'écran d'une publication Facebook réalisée le 17 janvier 2020.

Pourtant, la scène n'a aucun lien avec les évènements en Libye. En effectuant une recherche d'image inversée, nous avons retrouvé l'origine de ces photos. Elles montrent un accrochage entre des soldats turcs et des citoyens turcs en Turquie, lors du coup d'état avorté de juillet 2016.

Ces photos avaient été diffusées par l'agence officielle turque Anadolu, dans la la nuit du 16 au 17 juillet 2016, alors que la tentative de putsh était en cours. Partagées sur Twitter notamment, les photos ont été réutilisées par différents médias turcs comme ici et .

Dans le tweet ci-dessous, effectué quelques minutes auparavant, l'agence turque a précisé que les soldats tentaient de prendre d'assaut des bâtiments de la radio télévision de Turquie (TRT).

La vidéo d'une opération militaire turque en Libye ?

Une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux a été présentée comme celle de "la première opération militaire turque en Libye en soutien au gouvernement d'union nationale (GNA)", se déroulant "dans la zone de Syrte".

Capture d'écran d'une publication Facebook réalisée le 13 janvier 2020.

D'une durée d'une minute et trente secondes, la vidéo en noir et blanc montre des véhicules ciblés par des tirs depuis les airs.

En faisant une recherche d'image inversée, nous avons aussi trouvé des publications antérieures prétendant que la vidéo montre la frappe américaine contre le général iranien Qassem Soleimani en Irak.

Les images proviennent en réalité d'un jeu vidéo développé par Byte Conveyor Studios, un studio indépendant basé à Buenos Aires.

Elles proviennent plus précisément d'un extrait vidéo diffusé par le studio sur Youtube le 25 mars 2015 pour promouvoir leur jeu : "AC-130 Gunship Simulator: Special Ops Squadron".

Comparaison entre les images des publications sur les réseaux sociaux (à gauche) et l'extrait du jeu vidéo sur Youtube (à droite).

"L'armée libyenne" ciblant des avions turcs ? 

Une série de photos diffusées sur Facebook le 6 janvier prétend montrer une attaque contre des avions turcs en Libye. Les images, prises de nuit, donnent à voir d'importantes explosions. 

Capture d'écran d'une publication Facebook réalisée le 10 janvier 2020. Ajout des numéros pour les besoins du fact-checking.

La légende en arabe accompagnant la série de cinq photos précise : "l'armée libyenne vise 14 avions turcs avec des armes lourdes à leur entrée au niveau de la frontière libyenne".

C'est faux. Ces photos sont anciennes et renvoient à d'autres évènements.

En faisant une recherche d'images inversées sur TinEye, nous avons trouvé l'origine de la première photo. Elle a été prise par Khaled Abdullah le 31 janvier 2018 pour l'agence de presse Reuters. Comme précisé dans la légende, il s'agit de l'explosion d’un dépôt d'armes houthi ciblé par des raids à Sanaa au Yémen.

Capture d'écran d'une image Reuters réalisée le 10 janvier 2020.

Grâce à une recherche sur Google, nous avons retrouvé la provenance de la seconde photo. Elle est également disponible sur la banque d'images de Reuters

Cette photo a été prise par un photographe de l'agence, Mohamed al-Sayaghi, et montre un site militaire attaqué par un raid aérien sur le mont Faj Attan, au Yémen, le 30 mars 2015.

Capture d'écran d'une photo Reuters réalisée le 24 janvier 2020.

Une image identique à la troisième photo a été publiée sur Twitter le 7 mai 2018 avec le hashtag #StopBombingYemen (stop au bombardement du Yémen). Nous n'avons pas pu retrouver l'auteur original du cliché, mais il s'agit donc d'un cliché vieux d'au moins un an et demi.

La quatrième photo a été retrouvée via une recherche sur Google images. Elle a déjà été diffusée par plusieurs médias dont le New York Times eta été prise par le photographe Jaber Ghurab pour l'agence photo EPA.

 

Elle date, tout comme la deuxième photo, du 30 mars 2015 et montre une attaque aérienne de la coalition dirigée par l'Arabie Saoudite contre un dépôt d'armes à Sanaa.

Capture d'écran d'une photo EPA réalisée le 24 janvier 2020.

Nous avons retrouvé la cinquième photo sur divers sites d'informations affirmant qu'il s'agit d'une explosion à Tel-Aviv dans la nuit du 27 au 28 novembre 2017. Le cliché a donc au moins 2 ans.

 

Le camion aperçu à l'image porte par ailleurs une inscription en hébreu et il y a effectivement eu une explosion dans une quincaillerie de Jaffa cette nuit-là. Elle avait provoqué l'effondrement des constructions et causé la mort de trois personnes.

Capture d'écran d'une photo sur le site d'infos yaffa48.com réalisée le 25 janvier 2020.

Aux portes de Tripoli, un cessez-le-feu précaire

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé le 5 janvier le début du déploiement de soldats turcs en Libye, conformément au feu vert donné par le parlement turc.

Il apporte ainsi son soutien au gouvernement de Tripoli reconnu par la communauté internationale contre l'offensive lancée par le général Khalifa Haftar pour s'emparer de la capitale.

Les acteurs clés du conflit en Libye.

Alors que les deux parties ont accepté l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu le 12 janvier après plus de neuf mois de combats aux portes de Tripoli, les réunions internationales pour instaurer un dialogue entre les belligérants se succèdent.

Après la conférence de Berlin le 19 janvier, les pays voisins de la Libye se sont réunis à Alger le 23 janvier pour tenter de trouver une solution politique. Ils ont par ailleurs exprimé leur opposition à toute ingérence étrangère.

Salsabil Chellali
AFP Middle East and North Africa