Non, il n'y a pas eu de décision d'attribuer des "chèques repas" en Belgique pour les jours non travaillés

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.

A partir de mai prochain, un chèque repas sera attribué pour "chaque journée d'inactivité prestée" par les centres d'action sociale (CPAS) belges, selon la capture d'écran d'un article partagée plusieurs centaines de fois en décembre 2021 sur Facebook. Cette affirmation est fausse et confond plusieurs choses. Les titres repas, destinés aux travailleurs, ne sont attribués qu'au prorata des jours travaillés et aucun changement n'est prévu en 2022, a confirmé à l'AFP le ministère de l'Emploi belge. Quant aux chèques alimentaires, fournis par les CPAS aux plus démunis, leur distribution n'a rien à voir avec les jours travaillés ou non. Enfin, le site d'information sudinfo.be a indiqué à l'AFP que le prétendu article était un "fake".

"CPAS: bonne nouvelle ! A partir du 1 mai 2022, un chèque repas d'une valeur de 8€ sera attribué pour chaque journée d'inactivité prestée", clame la capture d'écran d'un soi-disant article du média belge sudinfo.be, partagée par cet internaute.

En Belgique, les Centres publics d'action sociale (CPAS), déployés en régions wallonne et bruxelloise, proposent plusieurs services aux plus défavorisés: revenu d'intégration, vêtements, aide médicale, assistance juridique, aide alimentaire, etc. Chaque ville dispose de son propre CPAS.

Capture d'écran réalisée sur Facebook le 06/01/2022

Relayée sur Facebook pour la première fois le 22 décembre 2021, cette capture d'écran a depuis été partagée plusieurs centaines de fois par des internautes belges s'indignant de cette décision. "Rassurez-moi… c’est un poisson d’avril à l’avance ? Moins t’en fais plus t’en as", écrit celui-ci, tandis que cet autre ironise: "Mais donnez leur aussi 40% de nos salaires". 

Cette affirmation est fausse: le titre de ce prétendu article a été modifié, à partir d'un article réellement publié le 22 décembre 2021 par sudinfo.be, a expliqué à l'AFP un responsable du site d'information belge francophone.

L'auteur de cette image manipulée semble par ailleurs confondre les titres repas, apanage des travailleurs belges qui les reçoivent de leurs employeurs et les "tickets S", aussi appelés chèques alimentaires ou chèques repas, distribués par les CPAS aux plus démunis, qu'ils travaillent ou non.

Dans les deux cas, aucun changement d'attribution n'est prévu en mai 2022, ont confirmé à l'AFP le ministère de l'Emploi belge ainsi que les fédérations de CPAS de Wallonie et de Bruxelles.

Une image manipulée

En tapant le titre de ce prétendu article dans un moteur de recherche, l'AFP n'a retrouvé aucun lien vers le site sudinfo.be, ni aucune trace d'une telle décision dans d'autres médias belges.

Interrogé à propos de cette image, Jérémy Piette, responsable adjoint du site sudinfo.be, a indiqué à l'AFP qu'il s'agissait d'"un fake": "la typographie du titre ne correspond pas, on ne met jamais de point à la fin de nos titres et sur cette image, le titre apparaît centré, alors qu'on ne fait jamais ça", a-t-il déclaré le 5 janvier 2022.

Jérémy Piette a fourni à l'AFP le lien de l'article original de sudinfo.be qui a, selon toute vraisemblance, servi de base pour réaliser le montage partagé sur les réseaux sociaux. "La date, la signature (dépêche de l’agence Belga) et la section principale de cet article correspondent et n'ont pas été graphiquement modifiés", a-t-il ajouté.

Capture d'écran réalisée le 06/01/2022 sur Facebook
Capture d'écran réalisée le 06/01/2022 sur le site sudinfo.be

 

 

Sur les deux captures d'écran ci-dessus, on peut observer que seule la typographie du titre change.

Une confusion entre titres repas destinés aux travailleurs et tickets S pour les plus démunis

En Belgique, les chèques repas appelés "titres repas" permettent aux travailleurs d'acheter un repas ou de faire des courses. Bien qu'il n'existe pas de montant maximum dans la loi belge, l'intervention de l’employeur ne peut excéder 6,91€ par titre repas, tandis que celle du travailleur doit s'élever au minimum à 1,09€ par titre repas, comme l'explique le site du Service Public Fédéral (SPF) Emploi - équivalent d'un ministère. Ainsi, la société Sodexo, qui émet des titres repas, a fixé un montant maximal de 8€ par titre repas (résultat de l'addition entre l'intervention maximale de l'employeur et minimale du travailleur).

Les titres repas sont crédités "en fonction du nombre de jours de ce mois pendant lesquels le travailleur fournira vraisemblablement des prestations", écrit le SPF Emploi sur son site.

Contacté le 6 janvier 2022, le service de communication du SPF Emploi a confirmé à l'AFP que "les titres repas ne peuvent être octroyés que pour des journées de travail effectivement prestées" - c'est-à-dire pour les journées travaillées. Aucun changement vers une distribution de tickets repas les journées non travaillées n'est prévu, a assuré le SPF Emploi.

En Belgique, les titres repas sont émis par trois sociétés privées. Deux de ces sociétés, Sodexo et Edenred, ont confirmé à l'AFP qu'aucun changement dans la distribution des titres repas n'est prévu en 2022.

L'AFP a également contacté la Fédération des CPAS de Wallonie, ainsi que celle des CPAS bruxellois. Leurs représentants ont commencé par souligner le peu de crédibilité du titre de cet article, qui évoque une "journée d'inactivité prestée". Une journée prestée étant une journée travaillée, une journée d'inactivité ne peut donc pas être prestée.

"C'est un fake absolu - je vous confirme qu'il n'y a pas de titres repas octroyés aux bénéficiaires d'allocations sociales", a indiqué à l'AFP Georgy Manalis, responsable de la Fédération des CPAS Bruxellois, interrogé le 5 janvier 2022.

Les CPAS ne distribuent pas de titres repas tels que ceux distribués aux travailleurs, a confirmé à l'AFP Sandrine Xhauflaire, conseillère de la Fédération des CPAS de Wallonie: "Outre le revenu d’intégration, le CPAS peut également octroyer des aides sociales complémentaires qui peuvent prendre différentes formes", a-t-elle indiqué le 5 janvier 2022, "comme les colis alimentaire, de l'argent ou des tickets S, à ne pas confondre avec les tickets restaurants parfois octroyés aux employés, qui peuvent être utilisés pour aller faire des courses alimentaires".

L'auteur de la publication vérifiée par l'AFP semble confondre tickets repas et tickets S, parfois qualifiés de "chèques alimentaires", ou de "chèques repas".

Les tickets S, ou tickets sociaux, permettent de fournir une aide complémentaire aux colis alimentaires distribués par les CPAS, comme l'explique le site de la ville de Schaerbeek, en région de Bruxelles-capitale. Ils permettent aux bénéficiaires, des citoyens défavorisés, de payer leurs courses. Cependant, leur attribution n'a rien à voir avec le nombre de jours travaillés ou non.

"Il n’existe aucune disposition qui prévoit un octroi automatique" de ces tickets, a déclaré Sandrine Xhauflaire, précisant qu'il n'est "nul part fait mention d’un montant de 8€/jour. L’aide apportée, quand une aide est apportée, varie en fonction de la situation individuelle de la personne et est donc analysée au cas par cas. Elle fait l’objet d’une décision individuelle", a-t-elle précisé. Afin d'accéder à des tickets S, le demandeur doit se soumettre à une enquête sociale, qui détermine, selon certains critères, s'il en a besoin ou non. Le montant de ces tickets est décidé par chaque CPAS.

Les Fédérations des CPAS de Bruxelles et de Wallonie ont indiqué à l'AFP que ces tickets S, s'ils existent depuis plusieurs années, sont davantage distribués depuis le début de la pandémie de Covid-19 qui a mis à l'arrêt de nombreux secteurs en Belgique et aggravé la précarité.

Dans un article publié le 6 avril 2020 sur le site de la Fédération des CPAS de Wallonie, il est par ailleurs précisé que "les chèques repas que le CPAS octroie à ses salariés en tant qu'employeur ne peuvent pas être distribués aux bénéficiaires de l’aide sociale".  Les Fédérations bruxelloise et wallonne ont également indiqué qu'aucun employé des CPAS ne bénéficie de chèques repas les jours non travaillés.