Non, cette araignée n'est pas considérée comme étant mortelle pour l'homme

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.
 

Une araignée brune dont le corps ressemble à "une oeuvre d'art" serait "très venimeuse" et tuerait en moins de "cinq minutes", prétendent des publications très relayées sur les réseaux sociaux, accompagnées de photos de ladite arachnide. C'est faux : l'araignée photographiée existe bien, mais plusieurs spécialistes ont expliqué à l'AFP qu'elle n'est pas considérée comme dangereuse pour les humains. 

"N'essayez pas de le ramasser en pensant que c'est une œuvre d'art. C'est une araignée très venimeuse. Si cela vous pique, vous mourrez dans les 5 minutes", alerte la légende d'un post Facebook, accompagné de trois images d'une araignée brune dont le corps ressemble à un bouchon de bouteille. Depuis sa publication le 8 novembre, il a été partagé plus de 4.400 fois sur le réseau social.

Des affirmations similaires ont circulé ces derniers jours au Nigeria, au Cambodge ou encore aux Philippines.

  

En mars 2020, les mêmes images accompagnées d'affirmations semblables avaient circulé au Mexique, et avaient déjà fait l'objet d'un article de vérification de l'AFP.

D'où viennent ces photos ?

En effectuant une recherche inversée de ces images (dont le principe est détaillé dans la vidéo en dessous), on peut en retrouver leur origine.

Les photos de l'araignée apparaissent ainsi sur le site de partage de photographies et vidéos Flickr, dans un album daté d'avril 2018, partagé via le compte du photographe singapourien Nicky Bay.

En bas des trois images partagées sur Facebook (à gauche ci-dessous), on peut d'ailleurs retrouver le nom de Nicky Bay et la date des clichés.

 

 

La légende des photos ajoutées sur Flickr en mars 2019, indique qu'elles montrent des "araignées à trappe 'bouchon en liège'", du genre Cyclocosmia.

Il est également précisé que les photos ont été réalisées "en captivité, à des fins de documentation".

Ce genre d'araignée a "un abdomen postérieur très sclérosé et abruptement tronqué qu'elle utilise comme un bouchon pour fermer son terrier. Cela permet d'éviter les attaques de ses prédateurs comme les guêpes", précise encore la description de Nicky Bay.

Le photographe a aussi publié les mêmes images sur son compte Twitter à plusieurs reprises, comme ici en 2019. En 2020, il les avait à nouveau partagées, regrettant qu'elles aient pu être utilisées pour véhiculer des "fausses informations".

En mars 2020, Nicky Bay avait expliqué à l'équipe mexicaine de fact-checking de l'AFP qu'il avait pris les photos en Thaïlande, sans en indiquer la localisation exacte, précisant que ces araignées étaient très recherchées par des trafiquants d'espèces.

Il avait alors assuré que l'araignée photographiée "n'est absolument pas dangereuse. Vous pouvez la toucher sans problème, mais vous risquez de l'énerver. C'est une espèce domestiquée, qui préfère se cacher plutôt que d'attaquer. Si elle mord, elle injecte du venin, comme presque toutes les autres araignées. Ce venin est généralement sans danger pour l'homme, sauf s'il provoque une réaction allergique".

"Pas connue pour être toxique pour les humains"

Plusieurs spécialistes contactés par l'AFP ont confirmé ces affirmations.

L'araignée à trappe sur les images est une espèce de Cyclocosmia qui n'est pas connue pour être toxique pour les humains, a assuré Jason Bond, professeur au département d'entomologie (l'étude des insectes et, par extension, des autres arthropodes terrestres) et de nématologie (l'étude des vers ronds) de l'Université de Californie Davis, début novembre 2021 à l'AFP. 

"Mon laboratoire à l'UC Davis travaille beaucoup sur la Cyclocosmia et sur d'autres espèces d'araignées à trappe. Nous ne considérons pas qu'elles représentent un quelconque danger, ni pour nous, ni  pour d'autres humains", précise le professeur Bond.

Des araignées expertes du camouflage

La principale caractéristique de l'araignée à trappe est la phragmose, un phénomène biologique lors duquel l'arachnide utilise une partie de son corps pour sceller son terrier, ce qui peut s'apparenter à un phénomène de camouflage, expliquait à l'AFP en mars 2020 Diego Barrales Alcalá, membre de la Collection nationale d'arachnides de l'Institut de biologie de l'Université nationale autonome du Mexique et conservateur de la plateforme Naturalista.

"La plupart de ces animaux sont inoffensifs, ils ne cherchent pas à attaquer ou à mordre. Ils sont habituellement enfouis dans le sol, et il est donc peu probable que cela se produise", appuyait le chercheur. Ainsi, ces araignées qui construisent les tunnels où elles vivent sont difficiles à localiser.

Du venin toxique pour les petits insectes

Jason Bond et Diego Barrales Alcalá ajoutent que, comme presque toutes les 48.000 espèces d'araignées découvertes, la Cyclocosmia utilise du venin lorsqu'elle attrape ses proies. Celui-ci est donc destiné aux insectes et autres petits arthropodes.

Diego Barrales Alcalá ajoutait qu'une seule famille d'araignées, les Uloboridae, n'a pas de venin.

Jason Bond de l'UC Davis souligne par ailleurs qu'il n'existe aucune espèce d'araignée connue dont le venin soit assez toxique pour tuer une personne "en cinq minutes". Parmi toutes les espèces recensées, "seulement 20 à 30 sont 'dangereuses' pour l'homme", selon lui.

Des morsures aussi dangereuses que des piqûres d'abeille

"Si l'araignée [à trappe] mord et qu'elle injecte du venin, l'endroit de la morsure peut devenir un peu rouge et gonflé, un peu comme lorsque l'on se fait piquer par une abeille. Ce serait la seule réaction chez la plupart des gens", abonde Cole Gilbert, professeur d'entomologie à l'université Cornell, début novembre à l'AFP.

"C'est pourquoi nous ne considérons pas que l'araignée à trappe est venimeuse pour les humains", résume-t-il.

Cole Gilbert explique aussi que les araignées tuent leurs proies à l'aide de leurs deux mâchoires dotées de crocs creux par lesquels elles peuvent injecter du venin, comme un serpent.

Mais elles peuvent choisir de ne pas en administrer, lorsqu'elles mordent pour se défendre, ce qui serait vraisemblablement le cas si elles venaient à mordre un humain. 

Il ajoute que les mâchoires des araignées à trappe sont suffisamment grandes pour pouvoir déchirer la peau et laisser des petites cicatrices en cas de morsure, même sans injecter de venin.

"Chaque personne réagit différemment aux venins. Ainsi, certaines personnes peuvent avoir une réaction mortelle à la piqûre d'une abeille, mais ce n'est pas le cas de la grande majorité des gens. Ainsi, il est possible qu'une certaine personne ait une mauvaise réaction à la morsure d'une araignée à trappe, mais la plupart des gens n'auront aucune réaction de ce type", conclut-il.

Une espèce bientôt menacée

Ce genre d'araignée est susceptible de devenir une espèce menacée, en raison du faible nombre d'individus recensés, de la perte de leur habitat et du braconnage, estimait le photographe Nicky Bay en 2020 auprès de l'AFP.

La liste rouge des espèces menacées réalisée par l'Union internationale pour la conservation de la nature ne présente qu'une seule espèce du genre Cyclocosmia, découverte en Floride, aux États-Unis. Le site indique que les "données sont insuffisantes" pour rendre compte de la situation de l'espèce.

L'arachnologue mexicain Diego Barrales Alcalá signalait que dix espèces du genre Cyclocosmia ont été identifiées dans le monde : "il y a trois espèces de ce genre en Amérique du Nord et sept autres se trouvent en Asie".

Traduction et adaptation :