Cette photo ne montre pas une manifestation contre la hausse des prix du carburant en Allemagne, mais des embouteillages en Chine

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Une publication datée de 2017 et à nouveau relayée ces dernières semaines prétend montrer une manifestation en Allemagne contre la hausse des prix du carburant. Ces prix ont en effet flambé en Europe avec la reprise économique. Mais cette photo, prise en 2012, montre des embouteillages en Chine et aucune manifestation de ce type n'a eu lieu ces dernières années en Allemagne.

La reprise économique post-Covid et l'offre limitée ont fait flamber les prix du carburant partout dans le monde. En Allemagne les prix du fioul, de l'essence et du gazole sont, de plus, poussés par l'instauration, depuis janvier, d'une taxe carbone sur le CO2.

Sur Facebook, une publication, partagée plus de 519 000 fois depuis décembre 2017, est de nouveau relayée depuis plusieurs semaines. On y voit de longues files de voitures à l'arrêt et leurs occupants debout sur la route.  

"En Allemagne, le gouvernement a augmenté le prix de carburant", affirme le texte de la fausse publication, "En seulement une heure, les gens abandonnés (sic) leurs voitures dans les rues et les avenues et ont été à pied à la maison. Plus d'un million de voitures abandonnées Ils ont dû baisser le prix. Quand le peuple est intelligent, les corrompus ne parviennent pas à atteindre leurs objectifs".

Capture d'écran réalisée le 13/10/2021 sur Facebook

Cette photo, accompagnée de la même description, a été partagée plusieurs centaines de milliers de fois ces dernières années en plusieurs langues et vérifiée par l'AFP ici et ici.

En réalité, elle ne montre pas une manifestation en Allemagne mais un embouteillage immense au premier jour des vacances d'automne en Chine, en septembre 2012.

Un embouteillage en Chine

Une recherche inversée d'image avec l'outil Tineye - voir ici comment procéder - permet de retrouver des occurrences de cette photo sur le site de la banque d'images Alamy. Elle est datée du 30 septembre 2012 et la description indique: "Des vacanciers chinois se reposent à côté de leur voiture pendant qu'ils font la queue dans un embouteillage sur une voie rapide pendant la fête de la mi-automne et la fête nationale dans la ville de Shenzhen, dans la province du Guangdong, dans le sud de la Chine, le 30 septembre 2012". 

La photo ainsi que d'autres, prises le même jour, peut également être trouvée sur le site de l'agence britannique Rex Features (rachetée par Shutterstock).

Dans l'image originale, on peut d'ailleurs apercevoir un panneau de signalisation en chinois au bord de la route.

Capture d'écran réalisée sur le site de l'agence britannique Rex Features, rachetée en 2015 par Shutterstock

L'histoire a été rapportée par Le Point dans un article publié le 1er octobre 2012. Le magazine hebdomadaire y explique que le ministère des Transports chinois avait décidé, afin d'éviter de trop longues queues aux péages, de laisser les autoroutes gratuites durant les deux premiers jours des congés. Résultat: à six heures du matin le 30 septembre, "plus de 17 000 voitures avaient déjà été enregistrées au départ d'une des dix-sept autoroutes qui relient la capitale au nord". 

L'histoire a également été rapporté dans les médias chinois à l'époque, ici ou ici par exemple.

Pas de manifestation similaire en Allemagne récemment

Malgré une forte augmentation du prix de l'essence qui pousse certains frontaliers allemands à venir faire leur plein en France, l'AFP n'a pas trouvé la trace d'une manifestation similaire récemment.

En septembre 2000, des camions, tracteurs et taxis avaient bloqué les routes de plusieurs villes allemandes pour demander la baisse des prix du carburant.

En 2017, année de la publication de la photo que nous vérifions, des manifestations importantes ont eu lieu dans la ville de Hambourg en juillet, mais pour protester contre l'ouverture du sommet du G20. En novembre 2017, des milliers de manifestants avaient marché à Bonn deux jours avant l'ouverture de la COP23, là encore pour une autre raison: pour réclamer des actions plus fortes contre le réchauffement climatique.

Début 2021, l'Allemagne a introduit une taxe carbone, taxant désormais aux entreprises 25 euros par tonne de CO2 émise et faisant de fait augmenter les prix du carburant de 7 à 8 centimes par litre

Le réchauffement climatique et la taxe carbone ont été au cœur des débats en amont des élections fédérales allemandes, fin septembre. Des défenseurs de l'environnement sont aussi descendus dans la rue à plusieurs reprises cette année, récemment en septembre dans plusieurs villes. En revanche, la hausse des prix du carburant n'a pas provoqué de manifestation de grande ampleur récemment dans le pays.

Traduction et adaptation :