Cette photo a été modifiée: le panneau original ne condamne pas le vote en faveur du Brexit

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Une image partagée plus de 3 000 fois sur Facebook depuis fin septembre prétend montrer un écriteau affiché dans un supermarché britannique, lequel s'excuse pour le choix limité de produits, conséquence "d'avoir voté pour la sortie de l'UE et d'avoir dit aux Européens de retourner dans leur pays". Si le Royaume-Uni fait face à des problèmes d'approvisionnement touchant en particulier les stations-service et les supermarchés, cette affiche est fausse et a été modifiée. Le panneau original ne critique pas le Brexit.

L'armée britannique a commencé à être déployée début octobre pour approvisionner les stations-services et tenter de réduire les pénuries d'essence dues au manque de chauffeurs routiers qui touche le Royaume-Uni depuis plusieurs mois.

Les pénuries touchent aussi le secteur alimentaire et de nombreux supermarchés font face à des ruptures de stock documentées sur les réseaux sociaux, ici et ici par exemple.

Sur Facebook, une photo partagée plus de 3 000 fois depuis le 29 septembre 2021 montre un panneau accroché dans les rayons d'un supermarché, sur lequel est écrit en anglais "Désolés pour le choix limité actuellement. C'est la conséquence d'avoir voté pour la sortie de l'UE et d'avoir dit aux Européens de retourner dans leur pays" -  "to fuck off back to their own country" signifiant littéralement "de foutre le camp et retourner dans leur propre pays".

Capture d'écran de la fausse image, réalisée le 11/10/2021 sur Facebook

Dans les commentaires, certains internautes pointent les fautes d'orthographe flagrantes du message, qui le rendent peu crédible. Ainsi il est écrit "cuntry", au lieu de "country", "back to there own" au lieu de "back to their own"...

"Ils devraient apprendre à écrire dans un anglais correct. Retourner dans LEUR propre pays!", écrit cet internaute en commentaire. Capture d'écran réalisée le 11/10/2021 sur Facebook.

  

Capture d'écran réalisée le 11/10/2021 sur Facebook.

Mais la plupart des internautes relaient la photo sans préciser qu'il s'agit d'un montage.

Cette image a également été partagée plusieurs milliers de fois sur Twitter. Sous ce tweet, l'un des internautes indique que l'image est fausse et partage ce qu'il présente comme l'image originale, sur laquelle est écrit: "désolés pour le choix limité actuellement. En raison de problèmes d'approvisionnement dans tout le pays, nous ne disposons pas de notre gamme complète (de produits). Nous travaillons dur pour que vous puissiez être approvisionnés. Merci pour votre patience".

En faisant une recherche inversée de cette image sur Google, l'AFP a pu retrouver la photo originale, prise par une journaliste de la BBC qui l'a postée sur Twitter le 12 août 2021. Les pénuries touchaient alors déjà le Royaume-Uni. Interrogée par l'AFP, l'auteure de la photo a indiqué l'avoir prise dans un supermarché de la chaîne britannique Co-op à Gunnersbury, dans l'Ouest de Londres.

La photo partagée sur les réseaux sociaux correspond bien à l'image originale publiée par la journaliste: même angle, même étiquette bleu de travers à gauche de l'écriteau et on aperçoit un bout des seules bouteilles du rayon, à gauche de l'image modifiée.

A gauche, l'image photoshoppée. A droite, la photo originale. Captures d'écran réalisées le 11/10/2021 sur Facebook et Twitter

L'AFP a également contacté la chaîne de supermarchés Co-op. Un porte-parole a confirmé le 8 octobre 2021 que l'écriteau n'est pas un panneau officiel affiché dans les supermarchés de la chaîne et que l'image "a été modifiée à dessein par une personne inconnue, sans lien avec Co-op". 

"Nous sommes désolés si nos clients sont confrontés à des rupture de stock. Comme beaucoup de détaillants, nous sommes impactés par des perturbations de nos livraisons et du fonctionnement des magasins, et nous travaillons en étroite collaboration avec nos fournisseurs pour nous réapprovisionner rapidement", a-t-il ajouté.

Les problèmes d'approvisionnement au Royaume-Uni s'expliquent en partie par la pandémie de Covid-19, qui a eu pour conséquence la fermeture pendant plusieurs mois des centres de formation pour les chauffeurs et incité de nombreux chauffeurs routiers à rentrer dans leurs pays. Le Brexit a compliqué l'arrivée de nouveaux chauffeurs de l'Union européenne, et les visas temporaires offerts par le gouvernement britannique pour tenter de pallier le manque de de main-d’œuvre n'ont pas réussi à combler le manque.

11 octobre 2021 ajoute lien archivé vers la publication Facebook