Non, ces images ne montrent pas des "mineurs maliens" cherchant des diamants en Guinée

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Une publication partagée 1.400 fois sur Facebook depuis le 15 juin assure, photos à l’appui, que "des milliers de mineurs maliens" ont "envahi" la ville de Gadha Woundou, en Guinée, après la découverte d'un diamant. Il n'en est rien: les images associées à cette publication ont été prises en Afrique du Sud, et non sur le territoire guinéen. Les autorités locales évoquent quant à elles une rumeur "fausse de A à Z". 

La publication virale est assortie de cinq images, assemblées sous forme de mosaïque. Sur la première, un homme montre entre son pouce et son index ce qui s’apparente à une pierre précieuse translucide.  Sur les quatre autres, des femmes et des hommes sont disséminés sur une vaste étendue de terre: certains sont assis à même le sol quand d’autres, pioche en mains, sont occupés à creuser. Ils portent des chapeaux et des foulards pour se protéger d'un soleil visiblement plombant. 

"Après l’or à Gaoual, du diamant trouvé à Gadha Woundou dans la préfecture de Koubia, à la frontière malienne", affirme l’auteur de ce post viral, partagé plus de 1.400 fois depuis la mi-juin. "Des milliers de mineurs maliens ont envahi les lieux pas très loin de la ville malienne de Faléa”, poursuit-il. 

Capture du post viral sur Facebook, réalisée le 12 juillet 2021

Ce message a été publié quelques jours après l'arrivée de plusieurs milliers de personnes dans le nord de la Guinée, à la recherche non pas de diamants mais de métaux précieux, dont de l'or. Ces habitants, qui espéraient faire fortune dans l'orpaillage, ont pris d’assaut des sites aurifères dont les réserves restent peu exploitées, à Kounsitel, près de Gaoual, non loin de la frontière avec le Sénégal.

Cette "ruée vers l'or", consécutive à une rumeur faisant état de la présence d'un gisement d'or dans la région, a fait au moins six morts, notamment lors d'accidents de motos, selon les autorités locales interrogées par l'AFP. Elle a poussé le gouvernement à déployer l'armée pour interdire aux orpailleurs l'accès à cette zone, située dans une région où les populations vivent essentiellement d'agriculture.

Capture Google Map de la carte de la Guinée, montrant la distance entre Gaoual, Conakry et Gadha Woundou

La publication virale, qui annonce un afflux de migrants venus du Mali après la découverte d'un gros diamant, est cependant contestée par de nombreux internautes. Bon nombre y voient en effet un "grossier mensonge" et ils n’ont pas tort. 

Des images  prises en Afrique du Sud 

Une recherche d’images inversées permet de retrouver les photos associées au post viral dans des publications n'ayant rien à voir avec la Guinée. Certaines ont été publiées en ligne sur le site du quotidien régional français Ouest-France, évoquant "la découverte de prétendus diamants dans un village sud -africain, KwaHlathi", "assailli par des chasseurs de trésors".

Les images en question, identiques à celles utilisées par la publication virales, sont créditées au nom de Siphiwe Sibeko, un photographe de l’agence de presse Reuters. Une recherche dans la banque d’images de l'agence avec les mots-clés "KwaHlathi DIAMONDS" (diamant de KwaHlathi en français) permet de retrouver l'ensemble des cinq clichés  utilisés sur Facebook. 

Capture de résultats de la recherche effectuée sur pictures.reuters.com

La légende de cette série d’images indique qu’elles ont été prises le 14 juin 2021 et montrent la ruée des chasseurs de trésor vers le village KwaHlathi, en Afrique du Sud. Cet afflux est survenu "après que des images partagées sur les médias sociaux ont montré des gens faisant la fête après avoir trouvé ce qu’ils croyaient être des diamants", est-il précisé.

L’AFP a publié une vidéo sur le même sujet. 

"Tout est faux, de A à Z"

Ces images n’ont donc aucun rapport avec une quelconque découverte de diamants en Guinée, comme l’a précédemment souligné le site de vérification Guineecheck. D'autant qu'aucun événement de ce type n'a été relevé par les autorités guinéennes.

"Tout ce qui a été dit ou écrit sur cette affaire de diamant découvert dans la sous-préfecture de Gadha Woundou est faux", a ainsi assuré le préfet de Koubia, Mamadou Saidou Diallo, contacté par l’AFP le 12 juillet 2021.

"Lorsque la rumeur s'est propagée ici, j'ai immédiatement mis en place une commission qui après investigations a conclu que c'est faux", a-t-il détaillé. "Il y a certes eu déferlement de foules dans la ville, mais elle a vite déchanté. Donc tout est faux de A à Z", a-t-il conclu.

Aucun média sérieux, de fait, n’a rapporté une telle découverte dans la région.

Contacté par l’AFP le 9 juillet 2021, le directeur national des Mines, Fodé Berété, a confirmé qu’il n’y avait "pas eu de découverte de diamant dans la localité de Gadha Woundou". Une source au ministère guinéen des Mines et de la Géologie a assuré de son côté qu’aucune étude n'avait été menée dans cette localité permettant de croire à la présence de diamants. 

La Guinée dispose d'importantes ressources minières, notamment de bauxite. Elle possède également 'une des plus importantes réserves mondiales non-exploitées de fer à haute teneur. "D'une manière générale, tout le sol guinéen est potentiellement aurifère, bauxitique et diamantifère", assure Ahmed Keita, chef de cabinet du ministère guinéen des Mines net de la géologie.

Un homme marche sur des rails près d'une usine de la Compagnie des Bauxites de Guinee (CBG), à Kamsar, au nord de la capitale Conakry ( AFP / GEORGES GOBET)

Malgré ces importantes ressources, qui attirent des mineurs clandestins du Mali, du Sénégal et d'autres pays d'Afrique de l'Ouest, la Guinée reste confrontée à d'importants problèmes de pauvreté. Selon l'ONU. plus d'un Guinéen sur deux vit ainsi en dessous du seuil de pauvreté.