Attention aux régimes basés sur le groupe sanguin sans fondement scientifique

Copyright AFP 2017-2023. Droits de reproduction réservés.

Une publication partagée des centaines de fois sur Facebook indique qu’en "cas de maladies ou de malaise" les personnes du groupe sanguin O doivent "éviter de manger l’aubergine" car cet aliment "maintient et exacerbe la douleur". Attention : il n’existe aucune donnée scientifique qui permette de valider l'hypothèse selon laquelle il faudrait privilégier certains apports nutritionnels en fonction de son groupe sanguin, d'après plusieurs études et experts contactés par l’AFP.

"GROUPE SANGUIN O et AUBERGINE. En cas de maladies ou de malaise évitez d’en manger car l’aubergine maintient et exacerbe la douleur", affirme la page Dr BOUA - Cabinet Dietline CI. Cette publication n’est accompagnée d’aucune explication sur les fondements de ces préconisations. Grâce aux informations figurant sur cette page, nous avons pu nous rendre compte qu’elle a été créée 6 août 2016 et est animée par le Cabinet Dietline CI situé dans le quartier de Cocody-Angré à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Ce cabinet est tenu par un certain "Docteur Boua K. Daniel" qui se présente comme un "ancien pharmacien, spécialiste en hydratation & santé et en alimentation selon le groupe sanguin".

Capture d'écran Facebook réalisée le 20 janvier 2023

Pour tenter d'en savoir davantage sur ce praticien, l'AFP s'est rendu directement à son cabinet dans le quartier d’Angré, à Abidjan. Il exerce dans un studio au rez-de-chaussée d’un immeuble d’habitation modeste avec une secrétaire, facture la consultation 10.000 f CFA (15 euros) mais aucune plaque ne renseigne sur le lieu et la fonction du supposé médecin.

Il vend sur place des médicaments et des ouvrages proposant des solutions pour améliorer sa santé grâce à son alimentation. Interrogé sur les risques liés à la consommation d’aubergine, il reste évasif, se contentant de répéter que "certains composants de l’aubergine seraient nocifs pour le groupe sanguin O".

Sur sa page Facebook, où il se montre plus loquace, M. Boua vante mille et unes recettes pour "guérir grâce à l'alimentation" à condition de "manger selon votre groupe sanguin". Il y partage de très nombreux conseils diététiques suscitant parfois des interrogations. Dans la majorité des cas, il semble ignorer les commentaires qui lui demandent des explications scientifiques, comme ici et en ce qui concerne les interdits alimentaires adressés aux personnes des groupes sanguins A et B.

Dans un livre intitulé Ma guérison est possible, il revient également sur les régimes adaptés aux groupes sanguins: "Vous trouverez pour chaque groupe sanguin la liste des aliments favorables à une bonne santé et également la liste des aliments toxiques", avec des "cas pratiques" pour soigner certaines pathologies comme le diabète, l'hypertension, la colopathie, l'obésité, les problèmes de reins et de prostate.

La demande adressée par l'AFP à l’Ordre des médecins de Côte d’Ivoire pour savoir si le Dr Boua est un praticien reconnu est restée sans suite. Cependant, c’est une pratique assez courante en Côte d’Ivoire pour de simples vendeurs de compléments alimentaires, de remèdes traditionnels ou de pilules chinoises exerçant à domicile ou dans la rue, de s’affubler du titre de Docteur. Dans le cadre des campagnes de lutte contre les officines médicales clandestines, les autorités sanitaires ivoiriennes ont par le passé multiplié les appels aux populations pour les mettre en garde face aux risques de se faire soigner par des praticiens non reconnus.

Capture d'écran Facebook réalisée 19/01/2023 ( SUY Kahofi)
Capture d'écran Facebook réalisée 19/01/2023 ( SUY Kahofi)

 

 

Groupe sanguin et alimentation

Le groupe sanguin est caractérisé par un gène, situé sur un chromosome, et par un antigène correspondant à la surface des globules rouges.

Le système Rhésus est, avec ABO, l'un des principaux systèmes permettant de classer les personnes en différents groupes sanguins. La classification traditionnelle des groupes sanguins est formée des lettres A, B ou O avec rhésus positif ou négatif. En fonction, notamment, de la présence d'un certain antigène à la surface de ses globules rouges, une personne fera partie du groupe A, B, AB, ou O.

Quant à la positivité ou négativité, elle est déterminée en fonction de la présence ou de l'absence d'un autre antigène à la surface des globules rouges. Le système Rh détermine si vous êtes Rh positif ou négatif. Une personne O- aura par exemple un rhésus dit "négatif" - l'antigène n'est pas présent à la surface des globules rouges - tandis qu'une personne O+ a un rhésus dit "positif" - l'antigène est présent.

Contactés par l’AFP, des spécialistes nous ont apporté quelques précisions sur les liens entre les groupes sanguins et l’alimentation. Selon le Dr Issa Coulibaly, médecin anesthésiste et réanimateur, "les groupes sanguins sont basés sur la présence ou non de certaines protéines et sucres sur les cellules. Le groupe O a un manque d’une chaîne protéique glucidique par rapport au groupe A et B", mais ces protéines et sucres dont il est question dans le sang pour déterminer le groupe sanguin ne sont pas ceux contenus dans les aliments.

Pour revenir au contenu de la publication virale, "l’aubergine si elle est cuite n’a pas de toxicité particulière à part peut-être en cas d'allergie d’un sujet précis à l'un des composants de ce légume. Je vous garantis qu’à ce niveau, il n’y a aucun rapport avec le groupe sanguin", estime le Dr Coulibaly, chef de service du bloc opératoire de l’Hôpital Général d’Anyama, en Côte d’Ivoire.

Le Dr Pierre-Edouard Debureaux, membre de l’Association des Internes en Hématologie de France abonde, précisant que "l’information partagée par la page Facebook n’est basée sur aucune véracité scientifique. Manger de grandes quantités d’aubergines ou en manger sous forme crue peut être toxique. Mais je confirme qu’il n’y a aucun rapport avec le groupe sanguin".

Groupes sanguins (Capture d'écran Héma-Québec)

De nombreux articles en ligne en français comme en anglais prônent les bienfaits des régimes adaptés aux groupes sanguins. La plupart d'entre eux, tout comme d'ailleurs Boua K. Daniel, mettent en avant les travaux d'un naturopathe américain sur le sujet. Auteur de plusieurs best-sellers mondiaux dont 4 groupes sanguins 4 régimes, ou encore 4 groupes sanguins, 4 modes de vie, le Dr Peter J. D’Adamo fut l'un des pionniers à théoriser l'influence des groupes sanguins sur l'état de santé dans les années 1990.

Dominique Fay-Keller, praticienne naturopathe installée à Paris, estime que "la publication (virale) sur Facebook est dangereuse et dépourvue de sens" par rapport à ce que que préconise le médecin américain. Pour appuyer son point de vue, elle nous renvoie à la classification en trois catégories des aliments établie par le Dr Peter J. D’Adamo : les aliments bénéfiques, les aliments neutres et les aliments toxiques. L’étude classe certes l’aubergine parmi les aliments dits "toxiques" pour le groupe sanguin O mais elle ne lie pas le légume au déclenchement d’un malaise ou l’aggravation d’un état de maladie.

"En matière d’alimentation et d’interdit il n’y a pas que le groupe sanguin qui compte. Le stress, l’hérédité des parents, les habitudes alimentaires aussi... Si vous n’avez jamais goûté à des produits laitiers ou des fruits ou encore que vous consommiez peu de sucre et que vous vous mettez subitement à en ingurgiter à 40 ans, il y a des chances pour que votre organisme encaisse mal", nous explique par ailleurs Dominique Fay-Keller.

"4 groupes sanguins 4 régimes", capture d'écran réalisée sur Google search le 19/01/2023

Pas de consensus scientifique

Les théories du régime alimentaire en fonction du groupe sanguin ne font toutefois pas l’unanimité dans le monde scientifique. Des études de référence publiées sur le sujet les remettent en question et évoquent même des risques. Cette étude qui date de 2013 soutient qu'aucune "preuve n'existe actuellement pour valider les prétendus avantages pour la santé des régimes de groupe sanguin. Pour valider ces allégations, il faut des études qui comparent les résultats de santé entre les participants qui adhèrent à un régime de groupe sanguin particulier (groupe expérimental) et les participants qui poursuivent un régime standard (groupe témoin) au sein d'une population de groupe sanguin particulière".

En 2014, des chercheurs de l'université de Toronto, au Canada, ont mené une étude plus poussée basée sur des données recueillies auprès de 1.455 participants, confirmant qu'aucune preuve scientifique n'appuie la théorie du régime alimentaire basé sur le groupe sanguin. Un groupe expérimental et un groupe témoin au sein de l'échantillon ont été soumis aux régimes par groupes sanguins. "La façon dont une personne réagit à l'un de ces régimes n'a absolument rien à voir avec son groupe sanguin et a tout à voir avec sa capacité à suivre un régime végétarien ou à faible teneur en glucides raisonnable", a déclaré le Dr El-Sohemy, auteur principal de l'étude et professeur associé à l'Université de Toronto.

"Des études sérieuses ont associé groupes sanguins ABO et susceptibilité à certaines maladies, avec plus récemment l’observation d’une incidence plus élevée du groupe A chez les patients atteints de Covid-19. En revanche, il n’a jamais été montré une quelconque association entre groupes sanguins et alimentation, ou susceptibilité à certains aliments", confirme de son côté le Professeur Thierry Facon, Président de la Société Française d’Hématologie.

Quant aux travaux du naturopathe américain d’Adamo, ils sont selon le Pr Facon "basés sur un parallèle entre la répartition des différents groupes sanguins en fonction de l’origine des individus et les habitudes alimentaires de ces individus. Les données de ce livre, de même que ce sujet plus récent d’une intolérance possible à l’aubergine chez les individus de groupe O ne reposent sur aucune base scientifique solide".