Cette photo montre l'inauguration d'un feu de signalisation solaire au Nigeria, pas au Cameroun

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Des publications partagées plus de 1.400 fois en quelques jours sur Facebook relaient une photo censée montrer "l'inauguration d'un feu tricolore à Sangmelima", au "Cameroun". Dans les commentaires, l'aspect très officiel de cette cérémonie est raillé par un grand nombre d'internautes, certains s'indignant même du "ridicule" d'une image qui illustre selon eux le "sous-développement" du pays. Pourtant, ce cliché n’a rien à voir avec le Cameroun: il a été pris au Nigeria, en 2019. Le feu en question n'était pas un banal feu tricolore, mais un feu alimenté par l’énergie solaire.

Un feu rouge flambant neuf se dresse aux abords d'un rond-point. Son poteau est enroulé dans un linge blanc et orné d'un ruban bleu et blanc. Au pied de l'installation, on devine une sorte de stèle, recouverte de deux tissus dans les mêmes tons et de rubans affriolants. Cette photo montre la "cérémonie d'inauguration d'un feu tricolore au Cameroun", se gaussent les internautes qui la partagent sur Facebook. 

Capture d'écran d'une publication Facebook, réalisée le 28 mai 2021

Cette image a été partagée plus de 1.400 fois depuis le 23 mai (1, 2, 3, 4, 5…), suscitant de nombreux commentaires outrés. Certains utilisateurs déplorent qu'on fasse tout un "tapage" d'une telle installation et regrettent que "les ministres" n'aient rien d'autre "à faire"; d'autres s'inquiètent de l'image archaïque que cet "éloge" donne du Cameroun "au 21e siècle"; d'autres enfin s'interrogent sur le "budget" mobilisé pour une telle cérémonie. Le ton général des commentaires - plusieurs milliers au total sur l'ensemble des publications - oscille entre les moqueries et l'indignation. 

Captures d'écran de commentaires Facebook, réalisées le 28 mai 2021

Inauguration d'un feu rouge à énergie solaire au Nigeria en 2019

Pourtant, cette image n'a pas été prise récemment au Cameroun, mais au Nigeria en 2019, et ne montre pas un banal feu de circulation. 

Une recherche d'images inversée sur le moteur de recherches Bing permet de retrouver cette photo, accompagnée d'un autre cliché, visiblement pris lors du même événement, dans une discussion entre membres du forum nigérian Nairaland datant de mai 2019. 

Dans le premier message de cette conversation, un internaute publie l'image virale en félicitant l'Etat nigérian de Cross River (sud-est), qui a "commandé un feu tricolore fonctionnant à l'énergie solaire".

Capture d'écran du site Nairaland, réalisée le 28 mai 2021

L'autre cliché partagé dans ce message montre la stèle située au pied de ce nouveau feu, découverte cette fois. On peut y lire une description de l'installation, un "feu tricolore routier fonctionnant à l'énergie solaire", la date d'inauguration - le "mardi 21 mai 2019" - ainsi que les noms des personnes ayant commissionné le projet, dont "le professeur Ivara E. Esu (...), gouverneur adjoint de l'Etat de Cross River". 

Capture d'écran du site Nairaland, réalisée le 28 mai 2021

On retrouve également ces photos accompagnées d'autres images sur différents sites nigérians qui évoquent la même inauguration (1, 2, 3…).

Contacté par l'AFP, Owai Obo, chargé de communication auprès du gouverneur adjoint de Cross River, Ivara Ejemot Esu, a confirmé que ce dernier avait bel et bien "commissionné ce projet à Obudu [sud-est] en 2019".

Il s'agit d'un "projet porté par le gouvernement local [échelon le plus proche de la population] et pas par le gouvernement de l'Etat", a-t-il précisé. L'idée de ce feu de circulation "a été [elle] lancée par le chef du gouvernement local d'Obudu, Raymond Etta", dont le nom figure également sur la stèle au pied du nouveau dispositif routier, a-t-il par ailleurs indiqué.

Développement de l'énergie solaire au Nigeria

Au Nigeria, où a été inauguré ce feu de circulation fonctionnant à l'énergie solaire, "environ 55% de la population n’aurait pas accès à l’électricité", avec des écarts importants entre les villes et les campagnes, selon une note de l'ambassade de France au Nigeria rédigée en 2019.

De nombreuses personnes et entreprises "se voient ainsi obligées de se doter de moyens d’autoproduction, essentiellement des groupes électrogènes polluants", poursuit ce document. "Ces derniers sont néanmoins remplacés de manière croissante par des solutions renouvelables exploitant l’énergie solaire".

Des câbles électriques publics et des générateurs face à des panneaux solaires installés sur le toit d'un bâtiment pour lui fournir une source d'électricité alternative, le 26 septembre 2016 à Lagos (AFP / Pius Utomi Ekpei)

Fin 2020, le gouvernement nigérian a lancé une initiative appelée "Solar Power Naija", qui fait partie du plan de sauvetage économique du pays face à la pandémie de Covid-19. Ce programme, géré par l'Agence d'électrification rurale (REA), devrait permettre à 25 millions de personnes vivant dans des zones rurales d'avoir de l'électricité d'origine solaire. Cet investissement permettra aussi au pays de se rapprocher des objectifs fixés dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat, que le Nigeria a ratifié le 16 mai 2017 : réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre.

Marion Lefèvre