Faux, cette vidéo ne montre pas une manifestation pour "libérer Alpha" Condé

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.
  

Une vidéo vue des milliers de fois en quelques jours sur Facebook, notamment en Guinée ou en Côte d'Ivoire, est censée montrer une mobilisation en Europe pour exiger la libération d’Alpha Condé, l'ex-président guinéen récemment renversé par un coup d’Etat militaire. Mais c’est faux: cette vidéo date de 2019 et n’a rien à voir avec le président déchu. Elle montre un rassemblement devant le Centre de rétention administratif (CRA) de la ville d’Oissel, dans le nord de la France. Les participants exigeaient la libération du jeune Alpha Bah, un migrant guinéen menacé d’expulsion.

Sur cette séquence d'un peu plus d'une minute, on entend distinctement des manifestants scander plusieurs fois : "Alpha, libérez Alpha !", "On est là, Alpha". Certains  tiennent une banderole où on peut lire : "Association havraise de solidarité et d'échange avec tous les immigrés" et "Non aux expulsions".

Ils forment une chaîne humaine en se tenant par la main sur un parking. 

Cette vidéo, qui cumule près de 30.000 vues, est présentée par plusieurs utilisateurs de Facebook (1, 2 par exemple) comme un appel, en Europe, à la libération d’Alpha Condé, l’ex-président guinéen, actuellement retenu par les putschistes ayant pris le pouvoir le 5 septembre 2021. 

Capture d’écran d’une publication Facebook, réalisée le 29 septembre 2021

Alpha Condé, un président renversé et détenu

Les putschistes guinéens ont capturé Alpha Condé le 5 septembre et l’ont gardé dans un lieu tenu secret. Au cours d’un sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) au Ghana, l'organisation a réclamé sa libération, comme expliqué dans cette dépêche de l’AFP.

La junte a affirmé le 17 septembre qu’Alpha Condé, dont la communauté internationale réclame la libération, "est et demeurera en Guinée".

C’est dans ce contexte que sont apparues les publications que nous examinons, qui détournent une vidéo qui n’a rien à voir et qui date de 2019.

Une vidéo qui remonte à mars 2019

Une recherche de vidéo sur Facebook avec les mots-clés "Libérer Alpha" propose plusieurs publications avec ces images, et faisant mention d'Alpha Condé.

Mais une publication, sur une page Facebook appelée "Des lits solidaires", porte cette légende : "Cette vidéo ne concerne pas Alpha Condé, elle a été postée en 2019", avec la date de mise en ligne au  2 mars 2019. 

Il s’agit d’une association française à but non lucratif qui travaille à l’”hébergement solidaire pour mineurs isolés étrangers".

En déroulant l'historique des modifications de cette publication, on retrouve la légende initiale : "TOUS UNIS POUR ALPHA". Elle a été modifiée le 21 septembre 2021, soit quelque temps après que la vidéo a été contextualisée par des internautes guinéens. 

Capture d’écran de Facebook, réalisée le 28 septembre 2021

 

Contactée par l’AFP le 27 septembre via Facebook, Marie Imbert, co-présidente de l’association, a indiqué que cette vidéo a été prise le 2 mars 2019 "lors d’un rassemblement devant le Centre de rétention administratif (CRA) de Oissel près de Rouen à l'initiative de plusieurs associations". Cette manifestation, a-t-elle ajouté, "avait pour but de demander la libération d'un jeune mineur prénommé Alpha". 

Mme Imbert n’a pas été en mesure d’indiquer à l’AFP qui était l’auteur de la vidéo postée sur la page de l’association.

En plus de la vidéo de la manifestation du 2 mars 2019, "Des lits solidaires" avait aussi publié, le même jour, sur sa page Facebook, une série de photos de l’événement, cohérentes visuellement (participants, pancartes, bâtiments) avec la vidéo.

L’appel à cette mobilisation avait été lancé le même jour sur cette même plateforme. 

La presse régionale avait évoqué cette mobilisation et le cas du jeune Alpha Bah (1). Un article du Monde du 28 février 2021 avait aussi évoqué l'affaire. 

Un article du site du média régional Paris Normandie, revenant sur la manifestation du 2 mars, est illustré par une photo qui contient des éléments visibles sur la vidéo qui circule actuellement (la femme à l’écharpe rouge, le logo sur la banderole). 

Capture d'écran d'un article de paris-normandie.fr, réalisée le 29 septembre 2021
Capture d'un post viral sur Facebook, réalisée le 29 septembre 2021

 

 

Qui est Alpha ?

Alpha est un Guinéen qui se présentait comme un mineur de 17 ans et qui était sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français, selon un article de France 3 Normandie. Pour fuir la maltraitance de son oncle, il avait quitté la Guinée pour la France en passant par le Maroc et la Méditerranée, selon la même source.

A son arrivée en France, il avait déclaré être né le 3 février 2002, poursuit l’article. Mais pour la Préfecture de Seine-Maritime, Alpha n'avait pas 17 ans mais ... 34. Avant de fuir la Guinée, le jeune homme aurait effectué des demandes de visa avec un passeport indiquant 1984 comme date de naissance, toujours selon la presse.

"C'est sur ce passeport et sur cette date de naissance que la Préfecture s'appuie pour contester au jeune migrant son statut de mineur", explique l’article. Alpha sera donc placé au centre de rétention administratif à Oissel, sous le coup d'une obligatoire à quitter le territoire français.

Suite à cette menace d’expulsion, les employeurs d’Alpha, les établissements Aubry spécialiste de l’horticulture, lancent une alerte le 28 février 2019 sur les réseaux sociaux. Ils vantent alors un jeune homme "motivé et travailleur, rigoureux et débrouillard". 

La mobilisation vise à la libération du jeune homme et la levée de la menace d'expulsion.  Il a été libéré le 3 mars 2019, selon cet article de la presse locale. 

Finalement, le 11 avril 2019, le tribunal administratif de Rouen a rendu sa décision : l’obligation de quitter le territoire français est levée. "Alpha est donc libre de rester en France", informait le journal régional "Le Havre libre", le 12 avril 2019. D’autres médias ont relayé cette information (1,2).